Comment finir dignement, les leçons de Maitre Lolo

L’info a été confirmée par David Ornstein ce matin et vient appuyer les infos sorties dans la presse depuis quelques mois, Kos the Boss sera un joueur de Bordeaux l’an prochain. On vous laisse digérer. 

Soigner son arrivée, foirer sa sortie

Imagine, nous sommes le 5 Août, la brise est fraîche dehors. Le vent te caresse la peau et les quelques derniers rayons de soleil réchauffent ton épiderme. Tu t’endors en te disant “Nickel, la Premier League revient dans 5 jours ! Trop hâte !“. Et tu confies ton destin à Morphée en te disant qu’il va y veiller avec soin. C’est ce que tu pensais.

Et là, d’un coup, t’as David Ornstein qui te réveille – t’avais qu’à pas activer les notifs, banane – avec une news à laquelle tu t’attendais plus ou moins, mais qui fait quand même extrêmement bizarre. Celle-ci:

Une news qui vient alors confirmer des bruits de couloir qui avaient commencé à trouver un écho sur Twitter hier soir. Cette info est surtout celle qui marque l’épilogue d’une histoire douteuse entamée il y a quelques semaines et qui aura sans aucun doute terni l’image que laisse ce grand monsieur de l’ère Emirates aux supporters londoniens.

Il y a presque un mois, une nouvelle à laquelle personne ne s’attendait tombait : Kos refusait de participer à la tournée de pré-saison du club aux Etats-Unis. La raison de ce refus ? Une volonté marquée de Laurent Koscielny de quitter le club, un an après avoir prolongé pour deux saisons en faveur d’Arsenal (une année garantie et une année d’option levée par le club en cours de saison). Sous contrat jusqu’en 2020, l’international français espérait alors être libéré pour bons et loyaux services ce que la direction actuelle ne souhaitait pas entendre.

Depuis lors, les rumeurs ont grossi, puis se sont estompées laissant d’abord place à l’actu chaude d’Arsenal, aux matchs de préparation ainsi qu’aux recrues arrivées entre temps. Quelques jours plus tard, les infos annonçaient la mise au ban du français qui était alors sommé de s’entraîner avec les jeunes de l’Academy.

Plus les jours passaient, plus le départ de Kos semblait inéluctable. Les journalistes français et anglais s’accordaient sur son départ dans les jours qui suivent. Les infos de Bilel Ghazi, Mohamed Bouhafsi et Manu Lonjon en France, et notamment de Charles Watt et David Ornstein en Angleterre ont très vite concordé. Après des rumeurs d’accord avec Rennes, c’est donc Bordeaux que le Français rejoint. Et certains imaginent déjà la future vie de l’ex-joueur d’Arsenal.

Celui qui était arrivé sur la pointe des pieds en provenance de Lorient en 2010 quitte donc un club où il a brillé par la petite porte. D’une manière qui n’aura pas été appréciée. Ni de la part du club qui décidait de condamner publiquement le français au lendemain de sa grève. Ni de la part des fans qui pointent le manque de respect et de dignité du français.

Cela serait bien évidemment injuste de le réduire à ce départ mais l’image que laisse Koscielny à Arsenal est entachée d’un épisode que tout le monde aurait préféré éviter. Et si l’heure est à la déception, tentons de rendre hommage à un joueur qui est sans nul doute l’un des plus grands défenseurs de l’ère Emirates pour Arsenal. La déception est à la hauteur du niveau qui fut le sien jusqu’à il y a encore quelques mois.

Rendre hommage au Boss, trouver un nouveau patron

Parce qu’on refuse de se laisser prendre par le dépit et la déception, et que l’on admet cette volonté de Koscielny de finir sa carrière en France, on va tenter de rendre hommage au défenseur central français. Non parce que vous en connaissez beaucoup des défenseurs qui font ça ?

Plus sérieusement, comment ne pas rendre hommage à un défenseur central qui aura survécu à un partenariat avec un joueur de la trempe de Sebastien Squillaci ? Qui passait son temps à compenser les lacunes de Thomas Vermaelen ?

Comment ne pas rendre hommage à un joueur qui a formé, avec Per Mertesacker, une charnière superbe, la meilleure charnière que les supporters d’Arsenal de moins de 15 ans aient connu et vu joué pour les Gunners ? 

Laurent Koscielny c’est surtout plus de 350 matches pour Arsenal. Un pick de niveau sublime qui a fait de lui l’un des meilleurs centraux de Premier League et le meilleur défenseur central français pendant une période. Des moments pleins d’émotions lors de son but victorieux face à Everton à l’Emirates en Premier League, de son but face au Milan en huitièmes de finale de la Ligue des Champions ou à l’Allianz Arena face à au Bayern Munich. Trois titres en FA Cup en 2014, 2015 et 2017.

Une nouvelle fois, Arsenal perd son capitaine. Arsenal perd un serviteur du club dont il aura défendu les couleurs fièrement. Le Club l’a annoncé presque dans l’anonymat. Malheureusement.
Nous on vous laisse avec un message plus sympa.

Koscielny parti, Jenkinson est le joueur avec le plus d’ancienneté au club. Jenko sur le départ, la page se ferme définitivement. Surtout, le départ de Kos confirme la nécessité pour Arsenal de chercher un nouveau défenseur central.

Upamecano est évoqué et serait une solution idéale. Un nouveau Français pour prendre la place du meilleur central français qu’Arsenal ait connu ?

Bon vent à Koscielny et bonne chance pour sa prochaine aventure de pré-retraité. Oops.

Articles liés