Conférence de presse d’Emery et Cech avant le déplacement à Valence

Ce soir, Arsenal jouera un match capital pour son avenir. Un match européen qui pourrait décider de la direction prise par les Gunners pour les années qui viennent. Et la victoire est impérative. Introduction de la rencontre. 

Et ce sont Unai Emery et Petr Cech qui nous parlent de ce match si décisif.

La menace d’un comeback… 
UE: « Bonsoir. De notre côté, le message est le même que lors du premier match à Londres. C’est du 50/50 pour les deux équipes et après le premier match, le résultat n’a pas changé mes idées. Demain, ce sera délicat et nous pouvons prendre en exemple le passé, pas seulement ce qu’il s’est passé hier. En sachant la difficulté de ce match, nous jouerons avec nos ambitions, une énorme motivation et une préparation qui doit être la meilleure possible. »

L’attaque comme meilleure défense… 
UE: « Notre idée est de jouer le match, en ayant la volonté de gagner. Après, pour gagner vous devez marquer. Il faut également prendre en compte les attentes de l’quipe adversaire qui s’attend à ce que vous tentiez de marquer et leur réponse à cela parce qu’ils sont très bien organisés et structurés défensivement. Mais ils doivent marquer aussi. Ils ont des joueurs offensifs de grande qualités et ont donc la possibilité de marquer ici. L’idée de réaliser les deux: être forts défensivement et offensivement de saisir nos chances. Après tout, je crois que cela dépend de notre façon d’être sur le terrain demain. Les 90 minutes peuvent être longues et il y aura des moments en faveur de leur attaque et d’autres en notre faveur. Nous devons être solides et le plus important est de réussir à contrôler le match. »

Une pression supplémentaire dans une compétition qui est la dernière opportunité d’atteindre la Champions League… 
UE: « Nous avons déamrré avec deux moyens d’y accéder. Par la Premier League et par l’Europa League. Nous voulons saisir cette chance de remporter un titre et d’atteindre la Champions League en le gagnant. Nous savions que c’était important et nous avons laissé passer cette chance en Premier League. Mais cette opportunité se présente à nouveau demain. Avec de l’ambition, une mentalité forte et une énorme motivation, nous en sommes capables. Je veux apprécier ce match demain, je veux jouer ce genre de matches, ces moments – ces demi-finales contre des grandes équipes, à l’extérieur – dans un objectif précis et capital. Ce n’est que du positif pour nous. » 

Une pression personnelle…
UE :« Je ne crois pas. Je suis coach depuis longtemps et je sais ce dont je suis capable. Être positif et faire en sorte que notre travail nous mène vers nos objectifs individuels et collectifs. J’ai travaillé et je travaille aujourd’hui en étant très exigeant avec moi-même et en inculquant la même mentalité à mes joueurs. Celle de ne pas considérer la pression comme un frein. C’est exigeant et positif. »

 Avoir quelque chose à prouver en tant qu’ancien coach de Valence… 
UE :« Je suis né au nord de San Sebastian, j’y ai joué, d’abord avec la Real Sociedad et ensuite en seconde division. J’ai apprécié mon temps là-bas. J’y ai de nombreux amis, de nombreux souvenirs joyeux avec tout le monde à Valence. C’est une grande équipe avec de très bons joueurs et ils ont maintnant un très bon coach. Le passé ne me sert qu’à apprendre, rencontrer des gens, et ensuite, j’ai travaillé dans d’autres équipes avec la même mentalité. Avoir la possibilité de venir  Valence et jouer ce match retour est incroyable. J’aurais préféré jouer la finale face à eux mais c’est une demi-finale et je veux prendre du plaisir pendant 90 minutes ou plus avec mon équipe, l’ambiance et amasser encore plus d’expérience individuelle et collective. »

Ce qu’il pense de ce stade… 
UE :« C’est très spécial parce que j’y reviens après avoir entrainé l’équipe pendant 4 ans. Chaque match est spécial parce que j’ai beaucoup d’amis ici mais je suis un professionnel et demain, je défendrai mon équipe d’Arsenal. Nous sommes l’équipe adverse et je donnerai tout pour mon équipe, Arsenal, en sachant que ce sera très difficile. Ils ont une grande histoire et sont un très grand club. Cet affrontement sera difficile. Toute personne dans le milieu du football, tout professionnel veut jouer des matches comme ça et atteindre la finale. Je dois transmettre ça à mes joueurs, qu’ils prennent du plaisir, qu’ils soient concentrés et prennent cette expérience de manière positive à chaque moment et chaque minute, tout en gardant dans un coin de la tête qu’ils le font pour nos supporters. » 

La possibilité que sa carrière puisse se terminer demain… 
P.Cech :« Dans cette campagne européenne, nous avons été dans cette situation quelques fois. Après la défaite à Borisov, le match retour aurait pu être mon dernier en Europe. Et ensuite, nous avons perdu en France, donc chaque tour aurait pu être le dernier. La fois d’après, après voir remporté le match aller, nous sommes de tout de même allés en Italie avec le plus grand respect du monde en sachant que ce serait difficile. La situation est la même demain. Nous nous sommes donnés un avantage de 2 buts, mais ce n’est pas un avantage décisif. Nous l’avons vu dans le passé et nous le verrons dans le futur, ces déficits seront remontés parce que c’est le football. Nous respectons l’adversaire et ce sera délicat. Nous avons réussi à gérer de très bonne manière ces petits détails qui nous ont permis de l’emporter 3-1, donc nous devons garder nos pieds sur terre et demain, nous disputertons 90 nouvelles minutes très difficiles. » 

La difficilté de trouver sa forme lorsque l’on joue si peu…
PC :« La clé est l’entrainement. Vous devez continuer à vous entrainer du mieux possible et ensemble, avec mon expérience, vous vous préparez pendant la semaine. Même sans jouer régulièrement, la clé est l’entrainement. Si vous vous préparez bien, alors vous êtes bons en match et avec l’expérience qui est la mienne, je ne vois pas d’énormes différences. Je me sens prêt pour chaque match. » 


Source: https://www.arsenal.com/news/emery-and-cechs-presser-read-every-word

Articles liés