[EL – 1/16èmes de finale aller] BATE Borisov v Arsenal – Franchir le premier glacier

L’Europa League reprend ses droits ce jeudi soir. Après les premiers rayons venus de la plus grande des compétitions européennes, Arsenal retrouve son niveau. En route vers le sommet ? 

On revient, après la pause

Cela faisait deux mois que l’on n’avait pas entendu la douce musique dissonante de l’Europa League. On se doit d’être honnête, on ne se réveille pas la nuit pour écouter cette musique fédératrice. Elle passe souvent à la trappe. Mais elle a un mérite. Elle peut accompagner certaines équipes vers un concert bien plus mélodieux aux côtés d’autres équipes bien plus prestigieuses. Et c’est là l’objectif principal.

Pour son retour en Europa League, et le début des phases éliminatoires, Arsenal se rend en Biélorussie. Y’avait pas plus près ? Comment, ça ne vous dit pas un petit voyage dans le grand froid ? Il faut bien ça. Et puis après une phase de poules qui nous a emmenés jusqu’en Azerbaïdjan, difficile de se plaindre d’un déplacement qui apparaît beaucoup plus plus court. Les 23h de voiture séparant Arsenal du BATE paraissent être aussi faciles qu’un Paris – Roubaix, les pavés en moins.

Pendant cette phase de poules, Arsenal s’en est parfaitement sorti. 16 points inscrits, 5 victoires et un seul petit nul 0-0 sur la pelouse de l’Emirates Stadium face au Sporting qui nous permettait alors de confirmer notre qualification pour la phase éliminatoire. Tout le monde était heureux. 12 buts marqués, seulement 2 encaissés – en ouverture face à Vorskla – et surtout beaucoup de turnover. Dans la lignée de ce qu’avait produit Arsène Wenger, l’Europa League a jusqu’ici été le moyen idéal pour donner du temps de jeu aux jeunes ainsi qu’aux joueurs d’effectif ne cumulant que très peu de minutes en championnat. Emile Smith-Rowe, Bukayo Saka, Joe Willock, Eddie Nketiah ont, par exemple, pu prendre de l’expérience, aux côtés de Momo Elneny, Stephan Lichtsteiner et Petr Cech. Une phase de poule qui ouvre désormais les hostilités.

Jeudi, Arsenal ouvre une nouvelle porte de sa saison. Sans aucun doute la plus importante. Celle qui permettra au club d’assurer un objectif essentiel : jouer la prochaine Ligue des Champions. Mais il faut d’abord passer les seizièmes. On espère être un peu plus intelligents que l’équipage du Titanic et que l’iceberg biélorusse fondra très vite.

Parce que si Arsenal reprend cette compétition après une pause longue de deux mois, leurs adversaires n’ont pas joué du tout depuis deux mois. Trêve hivernale oblige en Europe de l’Est, les joueurs biélorusses ont dû se contenter de sucer des glaçons et jouer avec des boules de neige. En même temps, c’était ça ou jouer en moon boots… Le choix est vite fait. On ne trouve pas de crampons de foot pour moon boots.

Dernier match en date pour les joueurs du BATE, une rencontre remportée en Grèce, le 13 décembre, sur la pelouse du PAOK Salonique 3 buts à 1. Une victoire qui permit aux hommes d’Aleksei Baga de se qualifier pour les phases éliminatoires. Et pour ce que cela vaut, le BATE est sur une meilleure série que les joueurs d’Arsenal. Bon, elle date de deux mois.

Autant revenir à deux ans quoi… Ah bah tiens.

Il était une fois… Robbie buteur, BFG capitaine et un maillot bleu ciel sur le terrain du BATE

C’est effectivement de l’histoire. Ou de l’anecdote dans l’histoire d’Arsenal. Les présences dans les titulaires de David Ospina, Olivier Giroud, Jack Wilshere – qui avait rangé ses clopes pour l’occasion -, Theo Walcott et Per Mertesacker, encore capitaine de l’équipe. En l’espace de deux ans, les Gunners ont énormément changé. Ce jour-là en 2017, Arsenal étrennait son maillot extérieur et l’emportait sur la pelouse de la Borisov-Arena et venait à bout pour la dernière fois du BATE de Hleb.

Au cours de cette rencontre des matches de poules de l’Europa League 2017/2018, Arsenal semblait déjà avoir trouvé son Mister “Tap-in”. Si ce rôle est aujourd’hui dévoué à PEA, ce fut d’abord Walcott qui en exerça les fonctions au cours d’une rencontre dans laquelle l’anglais – qui mange aujourd’hui des caramels – avait très tôt ouvert le score. Et dans un élan de générosité, les Biélorusses finissaient de convaincre tout le monde qu’ils n’étaient pas dans une grande forme en offrant le deuxième but de la rencontre au même sprinteur anglais. On remercie Machinchuk et ses pieds de velours.

Et en vrai privilégié, Wenger avait pu être témoin, au cours de sa dernière campagne européenne à la tête d’Arsenal, du premier but d’Holding, et d’un pénalty d’Olivier Giroud. Un match plié à la 48ème minute qui vit néanmoins les Biélorusses inscrire un second but.

Au cours de ces phases de poules 2017/2018, les hommes de Wenger finirent à la première place du groupe H. Et face au BATE, ce furent deux victoires 4-2 à l’extérieur et 6-0 à domicile qui participèrent de la phase de poules réussie par les joueurs anglais. 10 buts marqués, 2 encaissés et un terrain finalement assez favorable.

Ce jeudi, on va se prendre à rêver d’un doublé d’Aubam sur ses deux seules touches de balle du match, du premier but en professionnel de Dinos avec Arsenal et au but sur pénalty d’un Iwobinho, toujours plus ou moins à l’aise avec ses pieds lorsqu’il s’agit de finir. Autrement dit, on croit à une victoire qui permettrait aux joueurs d’Emery d’aborder le match retour de manière sereine et tranquille. Arsenal en est évidemment capable.

Le point Croix-Rouge

Que de bonnes nouvelles pour les Gunners. Nemo, Papa Grec, le Walcott Gabonais, et le Suisse Rocailleux sont tous de retour. Rambo devra passer des tests afin de confirmer ou non sa participation à cette rencontre en sol biélorusse. Les autres habituels blessés restent à l’infirmerie.

Et nous, on pleure une nouvelle fois à la seule lecture du nom d’Aleksandr Hleb au sein de l’effectif du BATE.

Articles liés