[EL – 1/4 de finale retour] Naples v Arsenal – Quand Saint-Paul répond à Notre-Dame

Demain, l’heure sera au serrage de fesses et au courage. Un match au San Paolo pour décider d’une éventuelle qualification pour les demi-finales de l’Europa League, il y a sans doute plus aisé. Grosse tension avant un potentiel périple espagnol. 

Hallelujah, une victoire à l’extérieur sur le terrain d’un Top 7 de Premier League !

Et premier clean sheet à l’extérieur ! Oui parce qu’on évoque souvent, et à juste titre, l’importance capitale d’une victoire comme celle que les Gunners ont obtenu sur le terrain de Watford, principalement dans l’optique d’une qualification pour la prochaine Ligue des Champions, mais il fallait aussi parler de cet autre aspect de la victoire d’Arsenal lundi soir. Les hommes d’Emery étaient les derniers. La dernière équipe de ce championnat à ne pas avoir réussi à conserver sa cage inviolée hors de ses bases. Depuis Août dernier, tout supporter d’Arsenal n’espérait qu’une chose, que les rouge et blancs parviennent à inscrire au moins deux buts parce que c’est ce qui était, a minima, nécessaire afin de se défaire de chacune des équipes recevant les joueurs de Londres. Lundi dernier, pour une raison encore inconnue et assez extraordinaire, Arsenal n’a eu besoin que d’un but pour se défaire d’un adversaire coriace. On ne va pas se mentir, soyons très francs entre nous, ce 15 avril du football anglais ne restera pas célèbre pour la qualité du football proposé. Mais dans cette lutte intense, seule la victoire compte. Non ?

Une fois Troll Deeney expulsé pour un excès de cojones – on ne le dit pas trop fort mais on pense ici qu’il doit en avoir trois pour compenser un cerveau défaillant, just sayin’ – et Ben Foster de retour à ces belles époques Birmimgham et West Brom, Arsenal était devant et une fois n’est pas coutume c’était Aubam, sur une action de pressing qui mettait le ballon au fond. Respect de la méthode par Mister “Tap-in” et les Gunners prenaient l’avantage. De quoi se rendre la vie beaucoup plus simple, et surtout rendre jaloux le trio infernal d’Arsenal, Fabianski, Mannone et Viviano qui se sont mis à rougir en voyant Ben de Watford. Bref.

On pensait réellement être sur la bonne voie vers une victoire acquise tranquillement et sereinement, sans embuche et sans sueur. La prestation réalisée par les joueurs d’Emery à l’extérieur fut une nouvelle fois désastreuse, inadmissible à certains égards. Sans un excellent Bernd Leno, homme du match de manière officieuse, Arsenal serait une nouvelle fois reparti bredouille d’une rencontre à l’extérieur. Mais les astres étaient alignés, Mustafi réveillé pour l’une des premières fois de la saison, et Arsenal sortait vainqueur de cette rencontre. Quoi de mieux que de se lancer avant un match retour, à Naples, qui s’annonce particulièrement délicat ?

Courage, intelligence et coeur selon Carlo

Vous vous souvenez lorsque l’on vous disait, la semaine passée, que l’équipe de Carlo tâtonnait ? Naples s’apprêtait à se rendre à l’Emirates Stadium après une défaite sur la pelouse d’Empoli, et un match nul très décevant à domicile face au Genoa. Ce weekend, les Napolitains – toujours pas le gâteau – ont remis les points sur les i – On n’a pas mis la lettre en majuscule sinon vous n’auriez pas vu qu’il y avait un point sur le i, et les points sur les l, ça ne veut rien dire. Une performance solide sur la pelouse du Chievo Verone et une victoire 3-1. Et même si la rencontre se jouait face au dernier de Serie A, la victoire permet aux coéquipiers de Kalidou Koulibaly de reprendre confiance et apporter le match retour plus sereinement, sûrs de leur force, le couteau entre les dents et les cojones bien placées, Troll !

“C’est une victoire méritée qui nous réjouit mais maintenant toute notre concentration se porte sur le match de jeudi. Nous pouvons maintenant penser au défi qui nous attend contre Arsenal. Ce sera dur à remonter mais pas impossible non plus.” 

“Nous sommes toujours furieux de notre performance à Londres. Nous sommes conscients de ne pas avoir fait les choses correctement et de ne pas avoir montré notre valeur. Nous le ferons à l’aller. Les chances sont là, si nous jouons avec toute nos qualités, au plus haut de notre potentiel. Nous devrons être agressifs et les mettre sous pression.”

Et poursuivant dans cette même logique, en conférence de presse d’avant-match, Ancelotti annonçait les valeurs qu’il voulait retrouver chez son équipe ce jeudi.

“Du courage, de l’intelligence et du coeur. Ce sont les trois valeurs que j’ai demandées à mon équipe. Je n’en ai vu que trop peu au match aller. Demain nous aurons du coeur et mettrons de l’intensité. C’est une belle opportunité à saisir avec une attitude positive et beaucoup de coeur. L’ambiance au sein du San Paolo nous y aidera sans doute.” 

“Jouer avec nos trois attaquants est une possibilité. Mais cela demandera de l’équilibre, même dans les phases offensives. J’attends du courage et de la personnalité. Nous devons aller de l’avant mais cela exigera de nous de savoir rester compacts et solides.” 

“Nous allons jouer jusqu’au but. Nous devons jouer au maximum de nos possibilités, sans avoir la frénésie offensive afin d’aller chercher ces buts, mais tout en restant ouverts et intenses. Je sais que nous réaliserons un grand match demain, nous pouvons le faire. Nous avions un peu peur à l’aller mais demain l’environnement est le nôtre et nous serons débarrassés de nos inquiétudes.” 

Un discours ancré dans le mental de ces joueurs avant d’être l’exposé d’une approche purement tactique, Carlo annonce la couleur d’un match qui s’annonce, à coup sûr, intense et disputé. Une intensité recherché par les joueurs de Naples après un match aller décevant. L’une de ces déceptions, José Callejon, était en conférence de presse aux côtés de son entraineur ce mercredi. Quoi de plus normal que de l’écouter relayer le message de son coach auprès des journalistes. Toujours plus d’intensité pour des joueurs conditionnés pour le combat de jeudi.

“Nous donnerons tout ce que nous avons en nous pour nous qualifier. Nous avons confiance en nos moyens et une énorme envie de l’emporter. Nous voulons nous qualifier. Ce groupe, ce club et nos fans le méritent.” 

“Après le match aller, nous nous sommes réunis et nous avons parlé. Nous avons parlé de tout et de rien. Nous avons un vestiaire solide et soudé, nous le montrons depuis tant d’années.” 

“Nous sommes remontés et conscients de nos forces. Lors du match aller, nous nous sommes trompés, nous avons joué dans un faux rythme lors de la première mi-temps, mais en seconde, nous sommes parvenus à rester dans le match et à nous créer des occasions.” 

“Il y a du regret après le match aller à Londres, mais nous avons l’occasion de changer l’histoire et réaliser un grand match pour nous qualifier pour les demi-finales.” 

Comment vous dire qu’une victoire à Watford ne rassure pas tant que ça sur les facultés de cette équipe à tenir une pression énorme imposée par ses adversaires. Et au San Paolo. Avec un public chauffé à blanc et un speaker génial – là, on voulait juste glisser une petite dédicade au speaker, soyons honnêtes. Mais il le faudra. Parce que si Arsenal se qualifie, il se pourrait qu’elle élimine l’un, si ce n’est le plus grand favori pour cette Europa League. Mission accepted?

Le point Croix Rouge

Naples: Meret – Hysaj – Maksimovic – Koulibaly – Ghoulam – Callejon – Zielinski – Allan – Ruiz – Insigne – Mertens

Arsenal: Cech – Maitland-Niles – Mustafi – Koscielny – Monreal – Kolasinac – Torreira – Xhaka – Ramsey – Aubameyang – Lacazette

Articles liés