[EL – 1/8èmes aller] Rennes v Arsenal – Suffit de traverser la route de Lorient, c’est ça Manu ?

Ce jeudi, Arsenal se déplace sur le terrain du stade Rennais pour y défier une équipe de confiance. Et on fait confiance à Manu: on traverse la route de Lorient et ça devrait suffire pour faire le job. Non ? 

Hey Manu, tu descends ?

« Mais pour quoi faire ? »… Au-delà de la seule référence humoristique, c’est un peu le sentiment qui nous habite à l’aube de cette rencontre. Un nouvel exemple de cette bipolarité maladive qui s’empare de nous avant chaque match d’Europa League. Bon, cette fois-ci, on a moins de kilomètres à faire, c’est déjà ça. Fini l’Azerbaïdjan ou l’Ouzbekistan, et vive la Bretagne. Fini le taboulé, on va manger de la galette saucisse.

A dire vrai, les impressions avant cette rencontre sont partagées. Avez-vous également le sentiment qu’Arsenal s’apprête à rencontrer une équipe qui va jouer le plus grand match de son histoire ? Si l’on doit être honnête, c’est sans doute le cas. Sans aucune hésitation possible, le stade Rennais vivra demain son plus grand rendez-vous européen. L’effervescence est énorme. Les images marquantes. Ces quelques 90.000 demandes de places pour assister à un match dans un stade qui n’en contient que le tiers. Ces milliers de personnes dans leur tente le long du Roazhon Park la veille de l’ouverture de la billetterie au grand public. Ces bugs informatiques qui n’ont permis de réserver une place pour le match qu’entre 10h et 11h30 samedi dernier.

Et malgré tout ce sentiment côté Arsenal de vivre une rencontre comme les autres. Un rendez-vous qui n’a rien d’historique mais qui conserve une nouvelle fois son caractère fondamental pour les Gunners. La seule joie immense que nous ayons ressenti au moment d’apprendre que nous affronterions le Stade Rennais fut cette possibilité devenue concrète d’aller supporter notre club de cœur en France – bon match aux chanceux qui ont réussi à dégoter une place. Un match habituel dont l’issue est capitale. Mais à force de le répéter, cela en devient presque normal, banal et classique. Alors, pour ne pas se laisser aller dans la banalisation de ce genre de rencontres. Et même si ce n’est que la C3. Laissons-nous prendre par l’engouement rennais, à défaut d’être capable d’en créer un nous-même.

Les rouge et noirs pour un match de gala et des paillettes, Manu

La première chose à faire est évidemment de s’excuser pour ce jeu de mots qui n’est en rien original. On se laisse aller la facilité, mais ça fait du bien parfois. Bref.

Le match de jeudi soir (18h55, heure française) s’annonce comme un match de gala. Et il se déroulera sans aucun doute dans un Roazhon Park, comble, couvert de rouge et chauffé à blanc. Une ambiance qui s’annonce très chaude dans un stade qui en manque cruellement pendant la saison. Face au Betis Seville, au tour précédent, les supporters rouge et noirs avaient été extrêmement présents à domicile lors de la contre-performance de leur équipe (le match s’était fini à 3-3 alors que Rennes menait 3-1 à la mi-temps). Mais c’était en Andalousie que les fans du Stade Rennais avaient impressionné en se déplaçant en nombre à Benito Villamarin. Et ces centaines de supporters avaient porté leur équipe vers l’exploit en terres espagnoles.

Suspendu pour ce match retour, le capitaine rennais, Benjamin André avait vécu cette soirée très intensément.

« C’était difficile. J’ai préféré rester seul chez moi devant la télé. J’ai failli la casser 50 fois. L’équipe a réalisé une grosse performance. C’est un match qui restera gravé pour les supporters, pour nous aussi. Notre force, c’est aussi la cohésion qui existe dans ce groupe. C’est ce qui nous permet d’obtenir ces résultats. » 

« Depuis la saison dernière, il y a des choses qui se passent entre eux et nous. On espère qu’ils seront derrière nous comme ils l’ont été jusqu’ici. Je n’ai aucun doute, il y aura une très belle ambiance jeudi prochain. Évidemment, ils ont aussi leur part de responsabilités dans nos résultats. » 

Tout comme son coéquipier Hamari Touré – suspendu pour la réception des Gunners, ce jeudi.

« On avait envie d’être à la hauteur. On s’est mis au niveau, on s’est surpassés. Nous sommes des compétiteurs. L’engouement à Séville nous a mis directement dans le bain. Nos supporters faisaient beaucoup de bruit. On espère que ce sera encore mieux au Roazhon Park jeudi prochain. » 

« On n’a rien à envier aux autres clubs français. Les Rennais sont passionnés et nous soutiennent partout. On a à cœur de les rendre fiers. Le club vit un moment très important de son histoire. Il est en train de passer un cap. On est sur la bonne voie mais il faut rester humble, lucide et solidaire. En conservant ces valeurs, le club va continuer de grandir. Il ne faut pas qu’on se prenne pour d’autres. Nous voulons encore vivre de bons moments et rendre fier ce peuple Rouge et Noir et nos familles. » 

Bien qu’il ne puisse disputer la rencontre, Hamari Touré reste impliqué dans la préparation d’un match qu’il attend compliqué, accroché et intense.

« Il faudra faire le maximum devant notre public. Il faudra jouer sans calculer. C’est sûr qu’il y aura des buts et je suis aussi sûr que nos supporters vont beaucoup nous aider. On est tous conscients de ce match, si important pour le club et les fans. Il faudra mettre tous les ingrédients pour prendre les devants. »

« Je suis le foot anglais depuis l’enfance. Je suis un passionné de football. Pendant mon enfance, je regardais beaucoup de matchs d’Arsenal. Quand j’étais petit, j’avais créé une page Facebook qui s’appelait « Hamarintos le Gunner ». J’aimais beaucoup leur façon de jouer au football. Mais aujourd’hui pas question d’être supporter de ce club, je suis Rennais et fier de l’être. »

Et à Benjamin André de partager cette tension et cette attente.

« C’est une grande joie. Quand tu passes les tours et que tu rencontres des grandes équipes, cela veut dire que tu es en progression. Il ne restait que des grands clubs, on savait qu’on allait tirer une grosse formation. Arsenal, ça résonne dans toute l’Europe. Ils seront bien évidemment les grands favoris. C’est une équipe historique du championnat anglais. Affronter une équipe prestigieuse, c’est génial. » 

« Le football anglais, c’est surtout une grosse intensité. En Coupe d’Europe, c’est aussi une intensité supérieure. Face à un tel club, on sait que ce sera un étage supérieur. Il faudra être prêt à livrer un gros match, surtout dans l’intensité. »

Se motiver pour les saigner, Manu

On évoque la possibilité de les saigner parce que ton sur ton, ça ne se verra pas. C’est au moins ça. Et puis, c’est aussi cette intention qui doit habiter les Gunners la veille d’un tel match. Au sens figuré, bien évidemment. Quelle idée.

Est-il possible de réaliser une campagne parfaite en Europa League ? La perfection n’existe pas mais ce que réalisent Emery et ses hommes depuis le début de saison sur les terrains d’Europe et le leur est assez convaincant. Convaincant parce qu’il nous permet encore aujourd’hui d’aborder les 8èmes de finale de l’Europa League avec espoir. Parce qu’il a permis de donner un temps de jeu non négligeable à des joueurs en quête de minutes – et ça ne se trouve pas sous la jambe d’un cul-de-jatte, ou quelque chose comme ça. Parce qu’il a été concluant et a permis de maintenir un bon niveau d’exigence et de résultats.

Bon, cela n’a pas été tout rose non plus. C’est pas faux. Mais 5 victoires et un match de nul en phases de poules plus tard, Arsenal affrontait le BATE Borisov sans trop sourciller. Avec le respect et l’attention que mérite cet adversaire, mais dans la sérénité. Une double confrontation un peu plus délicate que prévue qui obligea les joueurs d’Emery à s’employer lors du match retour après une défaite 1-0 en Biélorussie.

Aujourd’hui c’est évidemment serein et concentré qu’Emery aborde cette rencontre déjà décisive. Toujours sans se soucier de la fatigue, du calendrier et de l’enchainement des matches.

« Ce n’est pas une excuse, nous avons l’habitude de jouer beaucoup de matches d’une semaine sur l’autre. Nous nous sommes reposés dimanche, nous avons commencé notre préparation lundi, mardi. » 

« Demain, tout le monde ira très bien. Tout le monde doit réfléchir à ce que nous devons réaliser individuellement et collectivement. » 

« Nous nous sommes adaptés [au calendrier chargé, ndlr]. Notre faculté d’adaptation c’est d’être capable de se préparer dans le temps imparti. Nous avons l’habitude de jouer beaucoup de matches toutes les semaines. Si vous demandez si j’aimerai avoir plus de temps pour préparer certains matches, parfois oui. Cette fois-ci, nous n’avons aucune excuse parce que nous avons eu le temps de nous préparer. » 

« Nous disposons des joueurs qu’il faut afin de trouver les meilleurs combinaisons. Après, nous pourrons nous reposer jusqu’à dimanche, puis remettre autant d’énergie pour obtenir le meilleur de ces deux matches. » 

Le point Croix-Rouge

Côté Arsenal, seul absent de plus qu’habituellement, Alex Laca suspendu pour le premier match de cette double confrontation.

A Rennes, Hamari Touré est lui-aussi suspendu, tout comme MBaye Niang.

Rennes: Koubek – Zeffane – Da Silva – Mexer – Bensebaini – Grenier – Bourigeaud – Andre – Hunou – Del Castillo – Sarr

Arsenal: Leno – Lichtsteiner – Sokratis – Koscielny – Monreal – Kolasinac – Xhaka – Torreira – Iwobi – Mkhitaryan – Aubameyang

Articles liés