[EL – 1/8èmes retour] Arsenal v Rennes – Une qualif’ pour justifier le complot

Oui, ce jeudi, Arsenal reçoit son adversaire. Le match retour des Gunners sur leur pelouse sera âpre, tendu et disputé. Sympa qu’on puisse le jouer chez nous. On a oublié de remercier Aleksander, alors on le fait maintenant. Cimer, président ! 

Ah, bah finalement, il est là Laca ?

Et oui. Entouré de Tinky-Winky, Dipsy et Popo, il est bel et bien là Laca – on vous laisse comprendre la référence. On a que ce qu’on mérite. Et lorsque l’on regarde de nouveau le score du match aller, on hésitait entre Télétubies et Bisounours tant nous avons fait preuve de naïveté, de manque d’expérience, de faiblesse – certains diront tendresse – et d’attentisme face à une équipe qui a mis une pression colossale sur leurs adversaires du soir. Alors, Alex a quelque peu influencé nos références, mais Grosdodo et Toubisou n’étaient pas loin d’être dans la discussion. Enfin.

Revenons quelque peu sur la seconde affaire de ce complot de l’UEFA. Ce fameux complot qui fait s’offusquer les fans Rennais et sourire des fans d’Arsenal en phase de décompression au moment d’apprendre la nouvelle. Il est exactement 17h25 hier lorsque le CM du compte twitter officiel du club nous apprend ceci: “Lacazette now eligible for Rennes clash“. Là, je me tâte à faire la traduction pour les non-anglophones. Ai-je une trop haute estime des supporters d’Arsenal dans leur globalité en pensant que tout supporter d’un club anglais qui se respecte devrait savoir marmonner quelques mots d’anglais ? Je crois bien, oui. “Comment ? Tu confirmes le complot de l’UEFA et tu insultes les supporters de ton équipe dans le même avant-match ?” Ou pas. Comprendront qui veulent. Bref.

Rappelez-vous. Au tour précédent, sur un terrain gelé en Biélorussie, Laca s’était lâché. Dans une rencontre où son équipe avait été cueillie à froid – ahah – l’attaquant français avait vu rouge. Et le rouge. Pas le vin. Simplement le carton. Un coup de coude en plein mâchoire avait contraint le tricolore à laisser ses partenaires terminer la rencontre à 10. Et le lendemain, la sanction était tombée: 3 matches de suspension pour l’attaquant qui ne devait revenir qu’une fois son équipe qualifiée pour les quarts. “Quel manque d’humilité de ne même pas utiliser le conditionnel ou de placer un “si” !” Quand on crie au complot de bout en bout, faut savoir recevoir quelques petites piques, non ? En tout état de cause, Laca devait donc manquer les trois matches suivants en Europa League. Le retour face au BATE, ça fait un. L’aller face à Rennes, ça fait deux. Et le retour face à Rennes, ah bah non. Réduction de peine pour le français. Bonne conduite ? On ne sait pas. Voici le genre de tweets qui a donc pu fleurir sur Twitter. Quel merveilleux média.

Rétablissons quelques faits après l’annonce de cette formidable nouvelle. La malette de billets a fait son effet. Naaaaan, on plaisante ! S’en prendre à Arsenal après l’annonce de l’éligibilité de Laca pour ce match est d’une bêtise profonde. Rappelons que, en son droit le plus total, Arsenal avait décidé de faire appel de la sanction prononcée par l’UEFA à l’égard d’Alex Laca après le match aller face au BATE. En son bon droit, l’UEFA aurait pu décider d’accéder ou non à la demande des Gunners. Bah ouais, parce que faire appel ne te garantit pas d’avoir gain de cause, cours de droit de première année. Et encore.

Accuser Arsenal est stupide. S’en prendre à l’UEFA serait bien plus logique. Mais accordons-nous sur un point: la sanction prononcée à l’encontre de Laca était logique. Le geste était entièrement déplacé et méritait d’être sanctionné. Annoncer une réduction de peine à ce moment est très maladroite mais comment et quand le faire si la réduction doit être prononcée en sachant que Laca avait déjà purgé ses deux premiers matches de suspension ? Délicat.

Quoiqu’il en soit, nous ne pleurerons pas de cette nouvelle. Elle est réjouissante pour tous les fans d’Arsenal. Et puis, les larmes semblent déjà avoir fonctionné auprès du président de l’UEFA alors n’en rajoutons pas.

Ah c’est vrai, il est chez nous le match retour !

Oops. Oui, bon d’accord, ça fait beaucoup. Mais ça on le sait depuis des semaines maintenant, ça ne compte plus. On a eu le temps de tous encaisser non ? Moi je voulais absolument me rendre à Rennes le 14 mars pour le match. Quand ils ont annoncé que les matches seraient inversés, j’étais dévasté. C’est un traumastisme ça.

Cette histoire d’inversion de matches a également fait parler. Et pas qu’un peu. Au moment du tirage au sort des huitièmes de finale de l’Europa League, le hasard place Chelsea et Arsenal au même endroit, au même moment afin de jouer leur match aller de cette double confrontation. L’un face au Dynamo Kiev, l’autre face à Rennes. Règles de sécurité de l’UEFA obligent, la double confrontation entre Arsenal et Rennes s’est vue être inversée et les Gunners ont recu un magnifique cadeau de leurs amis dirigeants des instances européennes en recevant au match retour. On savait qu’avec quelques personnes bien placées, on pouvait se rendre la tâche plus aisée.

Là encore, on remercie Aleksander et notre réseau dormant slovène. L’annonce de la réduction de la sanction de Laca n’a donc fait qu’attiser des haines déjà bien présentes. Et un débat sur la justification de telles choses s’est vue lancé avec en témoin l’annulation du match du stade Rennais face à Nimes le weekend précédent le match aller de cette confrontation.

Finalement, le résultat du match aller ne fait que nous conforter dans nos ambitions. La corruption est toujours le meilleur moyen d’obtenir ce qu’on veut. Et ce n’est pas le 3-1 au Roazhon Park qui nous contredira. La semaine passée, Arsenal est passé à côté de ce rendez-vous. A dire vrai, les joueurs d’Emery avaient parfaitement entamé cette rencontre. Un but rapide d’Iwobi pour les mettre en confiance. Une maitrise face à des Rennais fébriles. L’équipe était solide bien que quelque peu bousculée et l’idée de ramener à Londres un but à l’extérieur au cours d’une rencontre qui semblait se diriger vers un match nul, dans le pire des scénarios, à ce moment-là, faisait son chemin. Et puis, un nouveau carton rouge. Et puis, une égalisation sublime de Bourigeaud. Et puis, un second but concédé par Monreal contre-son-camp. Et finalement un troisième de la tête inscrit par Sarr – se faire un malin plaisir de marquer face à sa future équipe, ah.

A l’issue du match, quand les hôtes jubilaient à juste titre, Emery tentait de tempérer.

“C’est plus que ce nous voulions [concéder le 3-1, ndlr] et je pense que nous pouvons mieux faire. Le résultat ne compte que pour le premier match, les premières 90 minutes.” 

“Perdre 3-1 est dur pour nous, mais nous allons nous reprendre pour le prochain match, l’entamer à 11 contre 11 avec le même respect que celui qui était le nôtre en première mi-temps, durant les 40 premières minutes. Nous le ferons à domicile.” 

“Mais nous devons aussi rendre une meilleur copie et j’ai confiance en mes joueurs pour le réaliser, avec l’aide de nos supporters pour créer une énorme ambiance afin de renforcer notre état d’esprit et réaliser l’exploit.”

Et ce jeudi, Arsenal aura effectivement besoin de toutes ses armes.

Ah, Laca et Aubam dans la même équipe. Encore un coup de l’UEFA ça !

C’est vrai. En Janvier 2018, Arsène Wenger s’était rendu à Nyon, à pieds. En claquettes, avec le survet d’Arsenal – vous savez celui qu’il porte encore aujourd’hui – ses petites lunettes sur le nez et s’était adressé à Aleksander, encore lui: “Lookeuh, I think we need another striker !” Et là, grâce à Ceferin, Arsenal avait accueilli PEA parmi les siens. Qui ne se souvient pas de cette magnifique vidéo du président de l’UEFA, publiée sur le compte twitter d’Arsenal, apostrophant l’attaquant d’un aujourd’hui mythique: “Yo, Pierre !“. Une image sublime qui n’a fait que renforcer nos liens avec les instance décisionnaires européennes. Quand on sait que c’est l’UEFA qui nous permet aujourd’hui de jouer avec PEA et Laca au match retour face à Rennes, c’est dingue. Si avec ça, on ne passe pas… Ne restera que faire de la qualification et d’inventer une règle qui interdit les clubs bretons d’aller au-delà des huitièmes de finale en coupe d’Europe. Un truc comme ça.

Enfin, en réalisant ça, Aleksander s’est sans aucun doute rendu compte de l’absolue nécessité pour Arsenal d’avoir à sa disposition ses deux meilleurs attaquants. Affirmer que Laca est aujourd’hui devenu un joueur formidable, le meilleur offensif de cette équipe, n’est finalement qu’enfoncer une porte ouverte. Et ça fait beaucoup de bien. Et Arsenal en aura besoin. A coup sûr. En soit, pour sa qualifier les Gunners devront l’emporter 2-0. Ce même résultat qui était l’objectif des joueurs d’Emery après le match aller face au BATE. Mais la pression est évidemment toute autre. D’abord parce qu’il ne faut seulement combler un déficit d’un but. Aussi et surtout parce que l’adversaire est nettement supérieur à celui rencontré au tour précédent.

Jeudi soir, il faudra marquer des buts et trouver un équilibre. Comme d’habitude. Et la meilleure arme offensive sera… L’amitié. On vous avait dit que la référence aux bisounours n’était pas loin. On a juste décidé de l’assumer.

Ce weekend, c’est encore Alex qui a fait parler de lui alors qu’Aubam s’apprêtait à tirer un pénalty qui permettait aux joueurs d’Emery de clore les débats face au Manchester United de Gollum. Un lien fort entre les deux compères d’attaque qui ne saurait que faire du bien à Arsenal à l’aube de cette rencontre capitale. 30 buts en Premier League à eux deux, les deux amis réussissent une très bonne saison statistique. De quoi les aider à atteindre l’objectif du club cette saison si on en croit le Gabonais.

“Nous devons nous qualifier, c’est le but depuis le départ. Nous avions deux matches importants, d’abord contre Tottenham et ensuite contre Manchester United. On a maintenant l’impression d’avoir notre destin entre nos mains. Nous savons que ce sera compliqué mais nous voulons faire quelque chose. Nous voulons retrouver la Ligue des Champions. On a faim. Quand vous la regardez à la télé et que vous entendez cette musique, ça a quelque chose de spécial. Donc nous devons continuer et gagner des matches.” 

“Nous savons que nous avons deux moyens d’y parvenir, et la Premier League est la première et la plus importante de ces façons. Ensuite, il y a l’Europa League. Mais nous devons renverser la vapeur face à Rennes, jeudi. L’emporter face à Manchester est bon pour la confiance de tout le groupe, parce que jeudi est un match très important. Je pense que nous allons démarrer très fort. Nous serons concentrés et confiants.” 

Ne reste qu’à faire parler la poudre. Et puis si ça ne passe pas, on pourra toujours dire que c’est la faute de l’UEFA, non ?

Le point Croix-Rouge

Croyez-le ou non, l’UEFA ne nous permet pas encore de guérir les blessés de longue date qui seront toujours absents. Et l’UEFA est encore suffisamment malhonnête pour ne pas laisser Sokratis jouer. Mkhitaryan subira un test de dernière minute dans le bureau d’Aleksander.

Côté Rennes, c’est pitoyable de voir que l’UEFA permet à Hamari Traoré de jouer cette rencontre. En même temps, ni Traoré, ni Niang ne sont encore suspendus. Mouais.

Arsenal: Cech – Maitland-Niles – Mustafi – Koscielny – Monreal – Kolasinac – Xhaka – Torreira – Ramsey – Lacazette – Aubameyang

Rennes: Koubel – Traoré – Da Silva – Mexer – Bensebaini – Grenier – Andre – Bourigeaud – Ben Arfa – Sarr – Niang

Articles liés