[EL – Demi-finale retour] Valence v Arsenal – Jamais dans la tendance, toujours dans la bonne direction

Ce soir, c’est un match important, capital, décisif. Et les Gunners seraient bien inspirés de suivre leur propre route et de ne pas imiter leurs voisins de la C1. Ou on risque de faire un infarctus. 

Arsenal en marge de la mode du comeback fou : tout est une question d’équilibre

Avant la rencontre de ce soir, Marcelino, le manager de Valence, affirmait ceci: « L’intelligence et la patience seront deux vertues dont nous devrons faire preuve pendant cette rencontre, même si cela ne doit pas empêcher de jouer avec envie, intensité et volonté d’aller de l’avant et marquer. » Comment ne pas avoir l’impression que le coach espagnol est en train de décrire l’état d’esprit des deux équipes avant cette rencontre ?

Pour Valence, cela prend tout son sens. Pour Arsenal, la situation pourrait être un peu plus délicate. Les Gunners pourraient être tentés d’attendre. Mais il ne faut surtout pas le faire. La jurisprudence Amsterdam d’hier soir nous vous a pas suffi. Arsenal ne sait pas le faire. Si Leicester, Everton et tant d’autres ont réussi à marquer un grand nombre de buts à Arsenal en championnat sur leur terrain, vous croyez que Valence ne pourrait pas le faire en demi-finale européenne à Mestalla ? Hmmm.

Tout comme au tour précédent, le match retour de cette double confrontation se jouera à l’extérieur pour Arsenal. Après le San Paolo, c’est un autre stade bouillant que s’apprêtent à affronter les Gunners. Et comment vous dire ? On a vu les joueurs d’Emery se chier dessus à Goodison, Molineux et au Roazhon Park cette saison. Et même à Borisov ! La confiance n’est pas le premier sentiment qui nous habite après les événements des deux derniers jours et la vue du nom d’Arsenal en second dans l’opposition. Mestalla sera d’une grande aide, Marcelino et son joueur Gaya en sont conscients.

Marcelino: « Il est indéniable que nous aurons plus de chance d’atteindre la finale si les fans sont derrière nous dès le coup d’envoi. Nous aurons des moments délicats à gérer contre une grande équipe, et c’est là que les fans seront les plus indispensables. Nous affronterons l’événement dès la première minute en ayant la certitude de pouvoir battre Arsenal. Ce sont les mots que les joueurs m’ont transmis, leur façon d’agir et leur regard. Ils semble convaincus, je le suis, et les fans également. » 

« Le match à Londres s’est décidé sur des détails à des moments précis, que nous aurions pu mieux gérer mais nous rencontrons des joueurs de très haut niveau qui tirent le meilleur de chaque occasion en très peu de temps. Nous pouvons le faire ici. » 

Gaya:« Mestalla aura un rôle fondamental à jouer dans ce match. Nous avons besoin des fans et ils ne nous laisseront pas tomber. Nous allors tout donner pour atteindre la finale une nouvelle fois. L’équipe sortira avec l’intention de gagner, avec beaucoup d’intensité et cette volonté énorme. » 

« Mestalla sera avec nous et nous aurons besoin des fans. Nous sommes à 90 minutes d’une nouvelle finale, mais nous savons que ce sera difficile. » 

« Ce n’est pas facile de gérer toutes ces émotions. J’ai été témoin de magnifiques accueils à Mestalla, et il y a des moments où beaucoup d’émotions se mélangent, mais cela motive tout le monde. L’énergie qu’ils nous donnent est positive et nous devons prendre tout ça pour jouer. » 

Avec le plus grand respect pour son adversaire, Emery décidait de désamorcer l’importance de ce stade en conférence de presse. Préférant parler de ses souvenirs en tant que coach de Valence, le manager basque affirmait son objectif: son envie de marquer des buts afin d’assurer la qualification. Parce que si les Gunners devront bien défendre, marquer un but pourrait leur assurer la qualification. De quoi voir supporter les bandrilles valenciennes plus sereinement. N’est pas Divock Origi qui veut.

Valence comme une flèche: qui pour imiter Origi et Lucas Moura ?

C’est sans doute le plus gros troll de ces deux soirées de Ligue des Champions. Que le Barca et l’Ajax soient éliminés est déjà assez extraordinaire et délicat à assimiler. Surtout lorsqu’on se rappelle que Barcelone avait remporté le match aller 3-0 sur sa pelouse. On les pensait intouchables, toute la Belgique a regardé Messi dans les yeux pour lui signifier le contraire, une bière à la main. Quant à l’élimination des Hollandais, autant ne pas y revenir, tant elle fait mal. Parce que cette équipe était, sans aucun doute, la plus belle qu’il nous ait été donné de voir depuis le Barca de Pep. Ensuite et surtout parce qu’elle offre une chance aux Spurs de remporter la Ligue des Champions avant Arsenal. Et ça ça pourrait faire mal. Bref.

Il me semble que c’est l’anniversaire de Kevin Gameiro aujourd’hui non ? Et si un troisième ancien de Ligue 1 sortait de sa tannière et se rappelait aux souvenirs du football européen et en qualifiant son équipe. Non parce qu’on a beau cherché, on ne trouve pas d’équivalent à Divock et Lucas dans l’absolu. Et voir Kevin marquer le jour de ses 32 ans ne nous surprendrait guère. Le seul réconfort serait qu’il inscrive le but du 1-1 à la 95ème minute d’un match déjà plié…

Ou alors – je ne fais que des suppositions, hein – cela pourrait être Francis Coquelin qui viendrait nous crucifier à la dernière minute comme Lucas est venu achever tout Amsterdan à la dernière seconde. Et connaissant Mustafi, le voir glisser comme Magallan qui glissé hier ne me surprendrait pas non plus. Je l’attends presque. Et ne pas le voir commettre de bourde me décevrait peut-être. J’en viens à penser qu’il pourrait se faire expulser sur le banc pour avoir glissé et emporter le 6ème arbitre dans sa course en lui gueulant qu’il n’aurait pas du être là et qu’il n’avait pas anticipé son placement. Enfin. Troll ou pas, Coquelin va sortir les dents. A la Gabriel Paulista. Ou à la Luis Suarez avant le match à Anfield.

« L’équipe est là pour réaliser ce comeback. Le but à l’extérieur nous aide mais un match difficile nous attend. Mais avec la qualité de cette équipe, nous y croyons. » 

« Nos fans nous ont toujours aidé à la maison. Ils l’ont fait contre Getafe dans un match très difficile de Copa del Rey, au cours duquel nous avons réalisé un grand retour. L’équipe entière est prête à faire la même chose jeudi, contre une très grande équipe. Nous sommes tous persuadés de pouvoir le faire, je le crois. Nous avons une équipe assez forte pour relever le défi, et nous l’avons toujours montré face aux grosses équipes cette saison. Nous le ferons aussi à Mestalla en face de nos supporters. » 

« Nous démarrerons très fort, mais le match est long. Nous l’avons vu contre Getafe, quand nous avons réussi à marquer deux buts dans les dernières minutes. Tant que nous ne concédons pas de buts, nous avons l’opportunité de nous qualifier à tout moment. » 

« Nous avons toujours rencontré de grands attaquants. Contre la Juventus, contre Manchester United, et nous avons toujours répondu présent. Nous avons conservé notre cage inviolée face à Manchester United et nous n’avons pris qu’un seul but face à la Juventus. J’ai entièrement confiance en notre défense et notre équipe dans son ensemble. » 

« J’étais déçu de ne pas prendre part au premier match, mais plus parce que je ne pouvais pas aider l’équipe que pour mon retour à l’Emirates. C’est spécial de jouer face à Arsenal, surtout après manqué le premier match, mais ce serait également spécial de les battre et de nous qualifier pour la finale de l’Europa League, et écrire un peu plus l’histoire de Valence. »

Comme Gabriel la saison passée, le discours fera sans doute plaisir aux fans de Valence. Mais sans pitié pour Arsenal. Le message est passé et la guerre est déclarée. Sortez les protège-dents et mouillez vous la nuque.

Le point Croix-Rouge

Rien de bien surprenant des deux côtés. Le retour de Francis Coquelin est à noter.

Valence: Neto – Piccini – Gabriel – Diakhaby – Gaya – Wass – Parejo – Coquelin – Guedes – Rodrigo – Mina

Arsenal: Cech – Sokratis – Koscielny – Monreal – Maitland-Niles – Torreira – Xhaka – Kolasinac – Mkhitaryan – Aubameyang – Lacazette

Articles liés