Position : Milieu

Nationalité : Arménienne

Date de naissance : 21 janvier 1989

> Henrikh Mkhitaryan sur le forum <

HENRIKH MKHITARYAN – 7


C’est l’histoire d’un mec qui a su se faire sa place dans le football européen. Il y a certains joueurs qui vivent une carrière tranquille, limpide et facile. D’autres qui doivent davantage aller la chercher. Même si son environnement familial y était propice, Mkhitaryan fait partie de ces derniers.

Né à Erevan en 1989, Mkhi est le fils de Hamlet Mkhitaryan, ancien grand attaquant d’un des clubs de la capitale arménienne, le Ararat Yerevan. Décédé en 1996 d’une tumeur au cerveau, le père d’Henrikh ne pourra donc pas suivre la carrière de son fils qui venait alors d’entrer au centre de formation du club de Pyunik, un an plus tôt. Très précoce, le jeune arménien signe pro à l’âge de 15 ans et effectue ses débuts à 17 ans avec son club de Pyunik. En 2009, quatre saisons après ses débuts, et à seulement 20 ans, Mkhitaryan était déjà quadruple champion d’Arménie, double vainqueur de la supercoupe d’Arménie et titulaire indiscutable dans son club. Suffisant pour attirer l’oeil du Metaluhr Donetsk en Ukraine. A l’été 2009, Mkhitaryan quitte son pays et rejoint le championnat ukrainien.

Une seule saison. C’est ce qui suffit à Mkhitaryan pour marquer le club du Metaluhr de son empreinte. Une saison pleine avec près de 40 matches disputés dans la peau d’un titulaire et près de 15 buts. Des débuts et des buts en championnat ukrainien mais aussi et surtout en Europa League qui lui permettent de se montrer à l’Europe entière. Une saison qui lui vaut, en juillet 2010, d’être nommé capitaine du Metaluhr, le plus jeune dans l’histoire du club.

International arménien depuis plus de 3 ans, Mhitaryan s’engage au faveur du rival, le Shaktar Donetsk, le 30 août 2010. Un transfert à hauteur de 7.5M qui permet à l’arménien de rejoindre un grand club ukrainien qui en impose sur la scène européenne. Peut-on alors parler de réelle explosion pour le milieu de terrain ? Sans aucun doute. Avec le Shaktar, l’Arménien se découvre des vrais talents de buteur et de finisseur. Actif sur son côté, Mkhi n’hésite jamais à rentrer dans l’axe du terrain et à venir finir les actions qu’il lance. En trois ans au Shaktar, Mkhitaryan réplique le modèle de Pyunik. Trois doublés coupe-championnat de suite entre 2011 et 2013, une supercoupe en 2012 et des statistiques qui s’affolent. Une saison 2012/2013 à plus de 30 buts toutes compétitions confondues et une intelligence folle remarquable et remarquée. La saison 2012/2013 lui permettra même de finir meilleur buteur du championnat ukrainien avec 25 buts, ce qui constitue alors un record.

27.5M€ plus tard, le milieu arménien rejoignait l’Allemagne et le Borussia Dortmund, une étape de plus vers les sommets. L’explosion du talent laisse place à la confirmation. Et ce n’est pas son statut de joueur le plus cher de l’histoire du club allemand qui l’empêche de confirmer son talent. Là encore, le schéma se répète. Trois saisons, dont deux sous la houlette de Jurgen Klopp avec lequel, il ne peut remporter le titre de champion d’Allemagne et ne peut permettre aux siens de regoûter à une finale de Ligue des Champions comme celle perdue par les jaune et noir en 2012/2013. Sous les ordres de Klopp, Mkhitaryan poursuit ce qu’il avait laissé exploser au Shaktar: intelligence, vivacité, technique et instinct de buteur. L’arrivée de Thomas Tuchel permet à l’Arménien d’ajouter une nouvelle couleur à sa palette technique et le joueur se mue en passeur hors pair. Sa meilleure saison, c’est avec Thomas Tuchel – et son pote PEA – que l’Arménien la vit. 23 buts et 19 passes décisives pour le milieu excentré. Une saison terminée dauphin du Bayern Munich.

Et comme l’Arménien n’avait qu’une envie, celle d’aller le plus à l’ouest possible, son départ de Dortmund fut acté le 2 juillet 2016. De Dortmund, Mkhitaryan avait décidé de passer à Manchester United, un transfert estimé à plus de 30M€. Alors bon, on parle d’explosion, de confirmation, la prochaine étape devait être la consécration. Ca ne se passe pas réellement comme prévu.  Principalement parce que Mkhi a du mal à s’acclimater au football anglais. Lors de sa première saison à Manchester United, et malgré un temps de jeu conséquent, l’Arménien ne parvient pas à retrouver le football qui avait fait de lui un joueur extraordinaire à en Arménie, en Ukraine et en Allemagne. Seul fait majeur de sa saison, un trophée remportée en Europa League, faisant de lui le premier Arménien à remporter un trophée européen.

Eloigné petit à petit des terrains lors de sa seconde saison, il est alors échangé par Manchester United à Arsenal, contre Alexis Sanchez, à l’hiver 2018. Premier d’un dernier double gros coup d’Arsène Wenger sur le mercato d’hiver, l’Arménien s’installe très vite comme titulaire dans l’équipe d’Arsenal et retrouve des couleurs. Une fin de saison entrecoupée de petits blessures et qui lui permet d’apporter 3 petits buts en 17 matches dans une fin de saison décevante pour les Gunners.

L’arrivée d’Emery remet son statut en question. De titulaire indiscutable, Mkhitaryan devient davantage un joueur d’effectif et de rotation aux côtés d’Özil et d’Iwobi. Tantôt joueur de côté, tantôt soutien des attaquants, parfois même plus bas, l’Arménien prend part à beaucoup de rencontres mais pas souvent en tant que titulaire. Très souvent titulaire lors du très bon parcours des Gunners en Europa League, il est maheureusement tenu de rester à Londres et ne peut disputer la finale à Baku face à Chelsea.

L’Arménien entame la saison 2019/2020 dans la peau d’un joueur d’Arsenal malgré des rumeurs de transfert.