Position : Défenseur

Nationalité : Grecque

Date de naissance : 9 juin 1988

> Sokratis Papastathopoulos sur le forum <

SOKRATIS PAPASTATHOPOULOS – 5


On va l’appeler Papa, vous ne nous en voudrez pas, on l’espère ? Non parce qu’on a rien contre les noms grecs à rallonge, on n’est juste pas fans de Tintin.

Né en 1988 dans le Peloponnèse, Papa rejoint très vite les Spartiates afin de les aider dans leur guerre contre Athènes. Ou alors, ça c’est Gerard Butler dans 300, on sait plus.

En 2004, après plusieurs années à l’Apollon Petalidiou, Papa s’engage en faveur de l’AEK Athènes. Papa monte à la capitale et représente l’un des plus gros clubs du pays. Des débuts effectués en 2005 face au PAS Giannina – ça ne vous rappelle rien, ça ? – permettent d’entrevoir son talent mais également un besoin de jouer davantage afin de gagner de l’expérience. En janvier 2006, le défenseur grec est prêté pour 6 mois au Niki Volou pour qui il jouera 15 matches, avant de retourner à l’AEK, et de s’y imposer. La saison 2007/2008 est réellement celle de l’explosion. Papa s’installe en défense et devient même le capitaine de l’AEK à seulement 19 ans, devenant ainsi le plus jeune capitaine de l’histoire du club. Amour de l’antiquité méditerranéenne oblige, Sokratis traverse l’Adriatique et s’engage en faveur de Gênes.

Son passage au Genoa est réussi. Deux saisons, dont une seconde en 2009/2010 au cours de laquelle il s’impose une nouvelle fois et devient l’un des chouchous des fans. Son agressivité, son physique et sa hargne lui permettent d’être les des joueurs les plus appréciés du club. Mais comment vous dire qu’entre 2010 et 2013, la carrière de Papa n’aura pas été des plus folles ? Un vrai faux départ au Milan, puis un retour au Genoa pour des questions de droits de joueurs quelques semaines plus tard. Un prêt au Werder Brême. Un début de prêt qui lui permet une nouvelle fois de performer à haut niveau avant que le club allemand ne décide de l’acheter définitivement au cours de la saison 2011/2012. Une seconde saison bien moins aboutie dans une équipe qui se bat pour son maintien. Des tensions qui se développement et une bagarre avec Marko Arnautovic à l’entrainement, et Papa qui participe au maintien du club allemand en Bundesliga.

Le terme “revivre” signifie vivre de nouveau. Je crois que ce verbe s’applique assez bien au cas de Papa lorsqu’il fut transféré au Borussia Dortmund à l’été 2013. 9.5M€ et un contrat de 5 ans pour le Grec qui rejoint lui-aussi le Dortmund de Jurgen Klopp. Ca fait beaucoup d’anciens jaune et noir qui arrivent à Arsenal. Hein, Sven ? Arrivé la même année que Mkhitaryan et PEA c’est aux côtés de ces deux joueurs que le Grec va petit à petit s’imposer dans le 11 du manager allemand. D’abord barré par la charnière bien établie formée par Mats Hummels et Neven Subotic, Papa prend la mesure du niveau qui est lui est demandé. Souvent remplacant, Sokratis parvient tout de même à prendre part à 40 matches lors de sa première saison. Des prestations solides, et des blessures à répétition de Subotic, et Hummels, lui permettent de s’installer et d’être nommé dans le meilleur XI de Bundesliga en 2013/2014.

C’est l’arrivée de Thomas Tuchel en 2015 qui permet à Papa de mettre définitivement Neven Subotic sur le banc. Une prolongation de contrat plus tard, Sokratis était leader de défense, lié jusqu’en 2019 avec Dortmund, dans une équipe qui pratiquait un football génial et était à la lutte pour le titre de champion d’Allemagne. Vainqueur de la coupe d’Allemagne en 2017, Sokratis ne peut soulever d’autres trophées avec le Borussia. Tantôt capitaine, Papa reste solide lors de sa dernière saison au Borussia mais des blessures permettent à d’autres jeunes de jouer davantage. Quelques chiffres de la carrière de Sokratis à Dortmund: 5 saisons, 200 matches joués, 10 buts, une coupe d’Allemagne et deux supercoupes.

A l’été 2018, Sokratis rejoint ses potes Mkhitaryan et PEA à Arsenal, sous les ordres du nouveau head coach Unai Emery. L’international Grec s’impose très vite dans une défense à reconstruire et forme avec Rob Holding une très bonne charnière centrale. La blessure de l’Anglais ainsi que de Hector Bellerin redistribuent les cartes mais le Grec toujours aussi important. Solide leader, Papa s’adapte aux nombreux changements de système et de joueurs de son entraineur tout en continuant à performer.

Défenseur solide et international d’expérience, Sokratis entame la saison 2019/2020 dans la peau d’un titulaire chez les Gunners.