[J1] Arsenal v Manchester City – David et son canon pour venir à bout de Goliath

Allez c’est l’heure du grand lever de rideau. On s’installe et on profite. La Premier League revient enfin ! Et à la veille du premier match officiel de la saison c’est, pour nous autres, supporters d’Arsenal, beaucoup d’attente, d’excitation et d’appréhension. Mais surtout de nombreuses inconnues.

Et quoi de mieux pour commencer que de rencontrer le champion en titre dès la première journée ? On dit souvent qu’il vaut mieux se mesurer aux très gros du championnat en début saison pour profiter des éventuelles quelques lacunes physiques, techniques et tactiques encore présentes chez l’adversaire. Quoi ? Vous êtes en train de rigoler, je vous entends. Oui, Manchester City est… comment dire ? Prêt ? Je crois que c’est effectivement le moins que l’on puisse dire.

Un collectif à l’épreuve d’un monstre. Déjà.

Bon on va se l’avouer, la saison passée, Manchester City a battu tous les records et effectué une saison exceptionnelle en Premier League. 100 points inscrits – 37 de plus qu’Arsenal, histoire de remuer encore un peu plus le couteau dans la plaie –  106 buts inscrits pour seulement 27 encaissés. Soit une différence de buts de +79 ! Le plus impressionnant fut de toute évidence cette faculté à réaliser tout ça grâce un collectif souvent sublime à voir évoluer. Une attaque fluide et libérée, un milieu de terrain génial au sein duquel Kevin De Bruyne a rayonné (en tout cas beaucoup plus qu’au Mondial) et une défense équilibrée, la plus solide du championnat. Manchester City a fait peur. Très peur.

Et ça n’a pas l’air d’être fini. On se mouille la nuque parce que ça va encore sacrément chauffer. Même discrets sur le marché des transferts, les bleus ciel se sont renforcés en recrutant Riyad Mahrez, l’ailier Algérien annoncé partout depuis deux ans, ne partant nulle part, et qui a fini par s’engager en faveur du Club du nord de l’Angleterre. Libéré de la tanière de Puel, le joueur de 27 ans a trouvé son oasis et vient simplement renforcer un secteur qui comptait déjà Leroy Sané, Raheem Sterling et Bernardo Silva. Rien que ça. C’est ce qui s’appelle savoir entourer ses buteurs. Sergio Aguero et Gabriel Jesus. En toute simplicité.

Notre objectif est de gagner autant que nous le pouvons, et nous en verrons l’issue en Avril/Mai. Si nous sommes aussi forts et réguliers que la saison passée, nous avons de bonnes chances. – P.Guardiola

Cette force collective, la banda de Guardiola en a fait montre face aux Blues de Sarri lors du Community Shield. Clope au bec – ou pas – l’Italien a assisté, impuissant, à la démonstration de maitrise de son adversaire du jour. Des Blues qui semblaient empruntés et un Jorginho qui se demandait certainement si son maillot n’avait pas déteint au lavage. La vérité c’est que l’Italo-brésilien et ses co-équipiers n’ont rien pu faire face à une équipe qui a tout contrôlé du début jusqu’à la fin, et profité d’un doublé du Kun pour l’emporter. C’est aussi simple que ça.

A son arrivée, il y a bientôt 10 ans, Mansour disait vouloir créer une dynastie bleue ciel. A défaut d’avoir créé cette dynastie, il vient de réussir à créer un monstre qui semble avoir la possibilité de régner sur cette Premier League, une deuxième saison consécutive. Si City parvenait à conserver son titre, ce serait le premier back-to-back depuis United et Ferguson en 2009. Un réussite de taille dans cette Premier League.

Et Arsenal dans tout ça ?

On s’extasie, on s’extasie mais on est sur un site de supporters d’Arsenal quand même !” C’est pas faux. On va parler de nos Gunners. Mais c’est à la fois surprenant, amusant et assez flippant de se rendre compte que l’on ne dispose que de très peu de certitudes. Cela rend-il cette saison encore plus excitante ? Je crois oui. Mais après le match de ce weekend seulement !

Bon, présenté de la sorte, la réception de City serait presque une réécriture footballistique de David contre Goliath. Et bien force est de constater que c’est le cas. City dispose d’armes hallucinantes quand le canon d’Arsenal semble un peu enrayé et tire presque à blanc. Assez de métaphores belliqueuses, enfin !

Aux vues du mercato réalisé par Arsenal cet été, la force des rouge et blanc ne pourra être que collective. Bien sûr, cet effectif compte en son sein quelques éléments capables de réaliser une grande saison. Bien sûr, l’arrivée de certains joueurs est de très bonne augure et permet d’espérer retrouver petit à petit une cohérence d’effectif. Mais le salut des Gunners ne peut passer que par son collectif et une hargne et une intensité à toute épreuve. Quelqu’un a-t-il retrouvé le cerveau de Mustafi ?

Ce renouveau passera par un homme, Unai. Bon que les choses soient mises au clair maintenant, non, Unai n’est pas le David Moyes d’Arsenal ! D’accord, ce n’est pas le génie tactique que peut être Guardiola. D’accord, il ne dispose pas d’autant d’expérience que José Mourinho. Et non, il n’a pas la personnalité de Jurgen Klopp. Mais Emery est un travailleur acharné qui permettra à cet effectif, sur le long terme, de progresser physiquement, tactiquement et techniquement. C’est une certitude. D’ailleurs, son homologue Hispano-Mancunien l’avait encensé récemment en disant de lui qu’il avait une réelle “éthique de travail“.

Il connait absolument tout de l’adversaire. Il a accompli quelque chose d’unique dans le football européen avec trois Europa League d’affilée et il s’en est très bien sorti au PSG. C’est un top top manager et ce sera difficile. C’est un beau défi pour tous les managers et pour moi de l’affronter à nouveau ici en Angleterre. – P. Guardiola

La pré-saison d’Arsenal nous a permis de nous rendre compte du travail physique effectué cet été. Sur les 5 matches de pré-saison, Arsenal n’a perdu qu’une seule fois (aux tirs aux buts face à l’Atletico Madrid). Mais, au-delà des résultats, les Gunners ont rassuré sur bon nombre de points. Physiquement, les joueurs sont prêts. A voir les joueurs courir comme des morts de faim, fournir de réels efforts dès le premier match face à une très modeste équipe de Boreham Wood, on s’est rendus compte qu’Emery et son staff n’étaient pas venus pour enfiler des perles et que Colney avait sans doute été transformé en salle de muscu géante, le lendemain de son arrivée. Et à voir Carcedo gueuler comme un putois, ça devait filer droit.

Mon message premier est clair. Penser à chaque match. Apprécier les défis de chacun d’entre eux. Je les vois tous les jours, les joueurs sourient et développent un vrai esprit d’équipe. Ils travaillent beaucoup et finissent fatigués mais avec un sourire sur leur visage. C’est le meilleur message que je puisse donner aux supporters. Mon message pour dimanche est optimiste. – U. Emery

La vie n’est pas toute rose non plus. Faut pas rêver. Arsenal reste en chantier. Et après cette pré-saison, et cette fin de mercato, parfois déroutante, un chantier reste béant. Celui de la défense. Plus particulièrement, la défense centrale. Dire qu’aucun des défenseurs centraux de cet effectif n’apporte de réelles garanties de fiabilité est un doux euphémisme. Pire, savoir que nous démarrerons vraisemblablement la saison avec une charnière Sokratis – Mustafi me fait à la fois rire jaune, et pleurer. Et face à une attaque aussi puissante et mobile que celle de Manchester City, il faut s’attendre clairement au pire.

Mais malgré ces lacunes criantes, Unai semble serein et désireux de commencer de la meilleure des manières : “Nous avons l’envie de bien démarrer notre saison dimanche contre les champions en titre. 

“Nous travaillons chaque jour à l’entrainement pour nous améliorer. Mais dimanche, nous devons le prouver lors d’un match de très haut niveau. Cela requiert d’être à notre meilleur niveau tactiquement et physiquement. 

“La première des choses que je souhaite c’est d’être ensemble avec nos supporters ce dimanche. Cela aide. Et si nous arrivons à trouver cet unité avec nos fans, nous trouverons l’énergie, la qualité et l’état d’esprit pour aller de l’avant face à cette équipe de Manchester City.

Nous voulons bien démarrer, jouer, montrer nos qualités et prouver que notre travail tactique pendant tout ce mois a payé.” 

Et puisque son compère avait déjà loué son travail, Emery lui a emboîté le pas et a fait de même.

“Après deux ans sous Guardiola, City est plus stable, plus solide et serein, et que vous regardez les matches de City, ils jouent avec une très grande confiance en eux. 

“Je crois que le coaching de Guardiola est clair dans leur tête. C’est pour cette raison que nous travaillons cette semaine et nous nous préparons pour cette rencontre, en tant qu’unité collective et joueurs individuels. 

“Par-dessus tout, notre confiance en nous nous permettra de jouer le mieux possible dimanche. Nous ne pensons qu’à gagner cette rencontre.”

Un discours emprunt de confiance qui ne peut rassurer complètement les fans d’Arsenal, à l’approche d’un tel match. Une chose est certaine: cette équipe va se battre. Et il faudra au moins ça pour venir à bout d’une équipe qui a déjà tout d’un futur champion.

Unai en Premier League, épisode 1, c’est ce dimanche et contre Guardiola, mesdames, messieurs. Appréciez !

Compositions possibles

Quelques news très succinctes ont été données au sujet de l’infirmerie. Laurent Koscielny et Sead Kolasinac ne joueront pas cette rencontre en béquilles. Aucune surprise de ce côté. Beaucoup plus sympa, Aaron Ramsey a repris l’entraînement et est donc bien dispo pour ce match. Arsenal pourra donc bien compter sur son capitai… euh milieu de terrain. Nacho Man ne devrait pas non plus démarrer cette rencontre mais pourrait figurer sur le banc. C’est en tout cas ce qu’a laissé entendre Emery.

Manchester City fait très peur. Mais si encore l’équipe avait eu quelques blessures, cela aurait pu arranger quelques peu les choses. Ou au moins équilibrer les débats. Et bien, non. Guardiola a confirmé, en conférence de presse, la présence et la disponibilité de Raheem Sterling et du plus connu des Roux Belges – devant Tintin – pour cette rencontre.

Arsenal: Cech – Bellerin – Mustafi – Sokratis – Maitland-Niles – Xhaka – Torreira – Ramsey – Özil – Lacazette – Aubameyang

Man. City: Ederson – Walker – Stones – Otamendi – Mendy – Fernandinho – Silva – De Bruyne – Sané – Aguero – Mahrez

Articles liés