[J10] Crystal Palace v Arsenal – Le piège de Crystal ?

Ce dimanche, Arsenal s’en va défier les Aigles. Les Gunners repartent en chasse. Les joueurs d’Emery vont-ils tomber dans le piège de Crystal ou Palace va-t-il s’enliser ? On range les verres et la vaisselle et on se donne rendez-vous demain.  

Les apparences sont parfois trompeuses. Selhurst c’est Windsor finalement ?

Ce n’est pas nous qui le disons, c’est Unai Emery. Donc ça compte non ?

Lorsque j’étais en France et en Espagne, je regardais parfois la Premier League et Crystal Palace est une équipe qui n’avait pas beaucoup de grands noms dans son équipe, comme les meilleures équipes de Premier League.

Mais ils ont des très bons joueurs et ils produisent de très bonnes performances. Vous regardez et vous vous dites ‘Ces joueurs sont très bons et ils ont un très gros niveau pour jouer contre les meilleures équipes.’”

Désormais je suis ici et je les regarde, et je sais que Crystal Palace est une très bonne équipe avec de très bons joueurs, avec un très bon coach et beaucoup d’expérience en Premier League.

Pour nous, le respect est vraiment grand. Je pense qu’ils méritent plus de points en Premier League et ils mériteraient d’être plus hauts au classement, et pour nous il s’agit d’avoir le respect et ensuite bien nous préparer pour le match si nous voulons les battre.

Un jour, il faudra se poser devant un match d’Arsenal et se poser la vraie question à laquelle tout le monde souhaiterait qu’Emery réponde. Mais que se passe-t-il lors des mi-temps de chaque match ? Sans renouveler son discours, Emery parle de travail, d’analyse et d’adaptation. Mais si la formule auprès des journalistes reste la même, les capacités du coach espagnol à effectuer des ajustements ont toujours permis à ses joueurs de prendre en main le match et le résultat après le passage aux vestiaires.

Encore une fois, cette semaine, en Premier League et en Europa League, Arsenal a fait la différence en seconde mi-temps. Michel a pris le relai de PEA pour faire vivre aux Gunners une semaine parfaite. Et ce qui a éclaboussé tous les supporters d’Arsenal ont été la performance de Mesut Özil et le but magistral qu’il a participé à inscrire face à Leicester. Et si Nemo était la clé pour aller plus loin ? On va déjà régner sur Londres avant de partir à l’assaut du Nord, non ?

L’œil de… Nemo

“On espère remporter des trophées en fin de saison.” 

Son œil et son sourire, manifestement. Auteur d’une prestation de très grande classe face à Leicester City le weekend dernier, Mesut Özil est aujourd’hui heureux. Souvent cible des critiques pour son irrégularité, l’Allemand peut aujourd’hui les balayer d’un revers du pied. Gauche bien entendu.

“Je ne suis plus tout jeune et j’ai commencé en professionnel à l’âge de 16 ou 17 ans. Il y a toujours eu des hauts et des bas me concernant – les gens m’aiment ou ne m’aiment pas.” 

“Je ne les écoute pas. Je n’écoute que mon coach et les gens qui me disent les choses droit dans les yeux. Donc bien sûr, si je suis mauvais, je le sais très bien. Tout comme je sais très bien quand je joue bien.”

“La chose la plus importante est que le coach m’aide – si je fais des erreurs, qu’il puisse me le dire, que nous puissions en discuter pour me permettre de m’améliorer.” 

“Mais si les gens ne font que dire de mauvaises choses à mon sujet parce qu’ils veulent apparaitre dans les journaux, je ne fais que les ignorer.”

Installé en numéro 10 dans le 4-2-3-1 des Gunners le weekend passé, Nemo a rendu une copie parfaite. Auteur du but égalisateur juste avant la pause d’un intérieur du pied aussi délicat que du coton, le meneur de jeu a ensuite joué un rôle prépondérant dans les deux buts de PEA. Une fois en nous sortant une passe dont seul lui a le secret pour lancer un Hector Bellerin finalement passeur décisif, et une seconde fois en donnant la dernière passe d’un mouvement sublime qu’il avait grandement participé à initier. Une performance qui lui ouvre le légitimement le droit d’affirmer vouloir s’installer comme le n°10 d’Unai Emery. On en doutait ?

“C’est là où je suis le meilleur, en tant que numéro 10 mais au final je dois surtout accepter et respecter les choix du coach.” 

“Donc je me dois de tout donner sur le côté droit. C’est nouveau et appréciable pour moi aussi, en particulier avec ces buts inscrits, donc je continuerai à tout donner sur ce côté.”

“Je suis toujours motivé, en particulier avant les matches – je veux tous les remporter et je déteste perdre, même à l’entrainement, je suis chiant et agressif parce que je veux toujours gagner.”

“Je suis quelqu’un de très calme, parfois sur le terrain, je m’emporte un peu si je commets des erreurs ou perd le ballon, simplement parce que je veux tout faire à la perfection.”

Nouvelle masterclass en vue pour le milieu rouge et blanc ? Comme un poisson dans l’eau.

On gagne ensemble, on perd beaucoup plus souvent ensemble

Face à Arsenal, se dresse la forteresse de Selhurst Park. Bon, d’accord, on a pour le moment l’impression que la forteresse a perdu son donjon et ne sait plus comment faire remonter son pont-levis. Depuis le début de saison, Palace s’est transformé en tipi subissant les rafales de vent d’adversaires qui ne repartent généralement pas les mains vides.

Sur leur pelouse de Selhurst Park, les joueurs de Roy Hodgson n’ont pris qu’un seul point, face aux Mapgies. Les trois autres rencontres jouées à domicile ont accouché d’une défaite pour les locaux. Pire encore, avec Huddersfield, Crystal Palace est l’une des deux seules équipes à ne pas avoir inscrit un seul but dans son stade. Oui, les supporters se sont endormis depuis.

Installés à la 15ème place du championnat, à seulement 2 points de Fulham 18ème – coucou Calum ! – les hommes d’Hodgson se rassurent en scrutant minutieusement la colonne suivante. Meilleure défense des 10 derniers du championnat, les Eagles savent défendre leur nid. Suffisant pour contenir la deuxième meilleure attaque du championnat ? A voir.

Mais quand bien même Crystal ne part pas favori, la solidarité est présente. On perd et on gagne ensemble selon Luka Milijovejic. Ne nous habituons pas trop à perdre ensemble quand même, Luka.

“On gagne semble, on perd ensemble. Parfois, c’est de ma faute, parfois c’est de la faute d’autres joueurs. Mais bien sûr, toute l’équipe se soutient mutuellement.” 

“Nous avons de forts caractères, une bonne mentalité au sein du groupe et ça va nous permettre de nous maintenir en Premier League.” 

“Ce n’est pas facile pour nos adversaires de venir à Selhurst et de battre Crystal Palace; ce n’est facile pour personne. Cette saison, certaines équipes ont eu de la chance de repartir d’ici avec trois points. Ce ne sera pas facile pour eux tout comme ça ne le sera pas pour nous, on s’attend à un match très compliqué. Ils ont une très bonne équipe, un très très bon manager, selon moi, et ils pratiquent un très beau football.” 

“Mais comme je l’ai dit, à Selhurst, devant nos supporters et avec cette ambiance, ce match de dimanche ne sera pas simple pour eux. C’est certain.” 

“On le joue match après match. Nous avons besoin des supporters, de leur soutien à chaque match. Nous essaierons de les rendre heureux parce que ça compte beaucoup pour nous de gagner dans notre stade. Nous allons tenter de prendre ça avec nous et de leur rendre cette joie.”

La joie et le soutien pour contrer la fragilité d’une équipe en mal de victoires. Mazel Tov !

Compositions possibles

Côté Palace, on recolle les morceaux partie par partie. Ainsi, font leur retour Max Meyer, Alexander Sorloth et Connor Wickham. En revanche, Christian Benteke et Joel Ward resteront sur la touche.

Côté Arsenal, si Petr Cech est de retour, Nacho Man et Hulk subiront tous les deux des tests de dernière minute avant de décider de leur présence ou non. Ainsley Maitland-Niles a joué hier avec les U23 et ne sera donc pas dans le groupe malgré son retour de blessure. Lolo et Dino sont toujours out.

Crystal Palace: Hennessey – Wan-Bissaka – Tomkins – Sakho – Van Aanholt – MacArthur – Milijovejic – Kouyaté – Schlupp – Townsend – Zaha

Arsenal: Leno – Bellerin – Mustafi – Holding – Monreal – Torreira – Xhaka – Iwobi – Özil – Mkhitaryan – Lacazette

Articles liés