[J14] Arsenal v Tottenham – Trois points de surtension

Le dimanche, ça peut aussi être le jour de North London Derby, n’en déplaise à Amadou et Mariam. Et cette saison, la rencontre s’annonce plus intense que jamais. On prévoit fil et aiguille, ça va refermer des plaies après avoir comblé les trous. 

Ca va saigner !” Le match de dimanche à l’Emirates pourrait être un réel combat. Un match à l’ambiance électrique qui pourrait être déterminant pour la suite.

Un duel qui sent la poudre. Bonne nouvelle pour les Canonniers ?

L’histoire des North London Derby c’est aussi du dirty. Ou plutôt naughty comme le dit plus justement Teddy Sheringham: “J’adorais ces matches. Ils étaient intenses, méchants à notre époque.

Le NLD c’est l’histoire d’un match dont l’importance est capitale pour les supporters des deux camps et d’une ambiance dans laquelle les joueurs sont baignés dès leur arrivée au club. Et s’ils sont bébés à ce moment-là, c’est dans le biberon qu’on dissémine les premières gouttes de cette rivalité. “Dès que je suis arrivé au club, on a implanté en moi l’importance de ces matches.“, affirme l’ancien Spurs Justin Edinburgh.

Le NLD, c’est l’histoire d’un match où la seule victoire n’est pas suffisante, mais où, comme le souligne Mark Falco, l’humiliation de l’adversaire est recherchée: “Ma première pensée était de les battre, et ensuite de gagner d’une belle façon. Vous deviez être le meilleur dans votre secteur.

Historiquement, le NLD c’est aussi et surtout Dennis Bergkamp qui s’amuse à envoyer le défenseur de Tottenham tacler en Sibérie avant de passer le gardien d’un plat du pied tranquille. C’est l’histoire d’un gros coup de boule de Tony Adams. C’est évidemment celle des genoux de Thierry Henry qui n’ont goûté qu’à la boue d’Highbury lors de cette célébration magistrale après un but qui l’était tout autant. C’est cette ironie entourant Emmanuel Adebayor, meilleur buteur de l’histoire des NLD, expulsé sur le terrain de l’Emirates avec le maillot de Tottenham sur les épaules. C’est la provocation de Sol Campbell signant à Arsenal pour enfin gagner des titres. Ce sont les deux 5-2 consécutifs à l’Emirates. Ca va, on est bien niveau émotions et storytelling ?

Mais comme le rappelle si bien Sheringham aujourd’hui, cette rivalité c’est l’histoire d’une domination d’une équipe sur l’autre qui s’essouffle petit à petit: “C’était dur pour nous à l’époque. Nous étions derrière à les chasser, et ce n’était pas un bon sentiment. Cela change maintenant.

La fin de règne d’Arsène Wenger a, de toute évidence, été compliquée pour des Gunners qui ont vu Tottenham finir devant au classement lors des deux dernières saisons. Une première depuis l’ère Wenger. Et pour la première fois depuis 1996, le NLD se jouera sans Wenger sur le banc. Un challenge tout aussi excitant si on en croit Mauricio Pochettino.

“Ce sera différent parce qu’il y a un nouveau manager qui apporte une culture différente, une mentalité différente et une nouvelle approche.” 

“Ce sera compliqué et excitant comme ça l’était sous Arsène Wenger, mais avec cette fois-ci de nouvelle idées portées par Unai Emery. C’est un entraineur expérimenté qui a entrainé dans beaucoup de pays différents. Je suis certain qu’il va montrer ses qualités à Arsenal.”

Et comme on ne peut lancer des fleurs dans une seule direction, Emery en a fait autant, comme tant de fois depuis le début de saison. C’est pas trop dans l’esprit NLD ça, si ?

“Pour moi, c’est un coach qui a beaucoup de respect de la part des autres coachs. Je peux apprendre en regardant les matchs de Tottenham et en regardant ses caractéristiques.” 

“Pour moi, je pense aux supporters et à leur faire passer une journée très spéciale dimanche avec une très grosse victoire pour nous. Nous savons également que notre responsabilité est de préparer le match contre une grosse équipe avec des gros joueurs.”

“Chaque match pour moi est très spécial. Le derby est évidemment plus spécial encore parce que ma responsabilité est encore plus grande envers tous les supporters. Egalement, nous avons besoin des trois points pour le championnat parce que nous voulons être plus proches des autres équipes, comme Tottenham, et nous avons ce défi.”

Arsenal a pour lui une statistique, sans doute insignifiante, mais qui nous permet de nous rassurer à la veille de ce match. Les Spurs ne l’ont emporté qu’une fois en déplacement à Arsenal lors des 25 dernières rencontres. La dernière en date, l’an passé. Alexis Sanchez (oui, oui) et Shkodran Mustafi avaient permis aux Gunners de l’emporter 2-0 sur leur pelouse. Parce que oui, l’histoire de NLD c’est aussi Mustafi qui inscrit un but et donne l’avantage aux siens. Oui Mustafi fait partie de cette histoire-là. Ca nous mettrait presque les larmes au yeux. En tout cas, cela ne semble pas avoir plu à Pochettino. Je ne sais ce qui a été le plus dur pour lui. D’accepter la défaite, ou de prendre un but de Shkodran…

“C’est difficile à accepter lorsque vous perdez un match, et encore plus face à Arsenal.” 

“Nous savons très bien ce que cela représente de jouer face à Arsenal.” 

“Nous donnerons le meilleur de nous-même et nous ferons tout pour l’emporter. C’est un match tellement important pour conserver notre place au classement et mettre la pression sur les équipes tout en haut. Si la mentalité est bonne et nous mettons la bonne énergie, je sais que nous pourrons l’emporter.” 

“Ce sera évidemment compliqué face à Arsenal mais avec tout le respect que je leur dois, je pense que nous pouvons gagner. Nous devons répéter nos performances des deux derniers matches.”

Un duel de séries. Ca sent la fin pour l’une des deux.

Attardons-nous quelque peu sur Tottenham. On vous rassure c’est pour mieux mettre en avant la série d’invincibilité des Gunners qui est bien plus impressionnante, cela va de soi.

Demain, Arsenal affrontera une équipe qui n’a plus perdu depuis un mois. Dernière défaite en date pour les hommes de Pochettino, le 29 octobre face à Manchester City, à domicile (1-0). Oui, les Spurs sont meilleurs qu’Arsenal dans la défaite. Notons-le.

Mais depuis ce match face au futur champion, Tottenham a engrangé les victoires et les points. Au menu, des victoires en Premier League sur des terrains qui n’ont rien d’évident: à West Ham et Crystal Palace – quand bien même ces deux équipes ont du mal en ce début de saison – et surtout à Molineux face à des Wolves à qui il ne manquait pas grand-chose pour réussir un comeback après avoir été menés 3-0.

Pochettino évoquait la nécessité de répéter la même performance que lors des deux derniers matches et on le comprend assez bien. Cette semaine, Tottenham est venu à bout d’un Inter Milan solide, en toute fin de match grâce à un but de Christian Eriksen entré en jeu quelques minutes plus tôt. Quelques jours avant, c’était à Wembley, son antre pour encore quelques semaines, que les Spurs avaient fait montre d’une vraie force pour maitriser son sujet face au Chelsea de Maurizio Sarri. Une victoire 3 buts à 1 permettant à Tottenham de conforter sa troisième place.

A quelques longueurs de là. Trois, très exactement. Arsenal attend sagement. Tapis dans l’ombre, les Gunners fixent leur proie. Le poulet court, il serait peut-être temps de l’attraper si on ne veut pas être décroché. Non ?

Allez, on en ajoute deux cette semaine. Ca fait donc 18. 18 rencontres sans perdre qui permettent à Emery et ses joueurs de conserver leur série d’invincibilité. Et si Arsenal accusait un peu le coup en enchainant les matches nuls, tout est revenu dans l’ordre cette semaine. Une victoire, moins séduisante qu’à l’accoutumée mais tout aussi importante, sur la pelouse du Vitality Stadium de Bournemouth. Et une autre en championnat U23 face à Vorskla FC. Cette semaine, les cadres sont reposés et les esprits sont en confiance. 5 buts inscrits, 1 seul encaissé. On y va sûr de notre force. Presque.

Un duel d’attaquants. Et s’il fallait deux attaquants pour venir à bout d’Harry Kane ?

On ne va pas se mentir, on tremble un peu. On aurait été bien plus sereins si Harry Kane était blessé. On n’en est pas à faire un appel comme Adil Rami auprès des défenseurs de Ligue 1 au moment de l’arrivée de Neymar au PSG, mais presque.

On ne se l’explique pas trop. On ne sait pas pourquoi mais Harry Kane se fait un malin plaisir à marquer contre Arsenal. Et pas que des buts dégueus. Ospina avait pris un sacré joli but dans sa lucarne gauche à White Hart Lane – paix à son âme. Au stade, pas au joueur hein. Et on ne comprend pas comment un mec qui a grandi avec un maillot d’Arsenal sur le dos peut en être à 7 buts dans des NLD. A seulement une petite unité de Manu. Être sanctionné autant de fois par deux traitres, ça reste en travers de la gorge.

Mais n’en déplaise à certains, Arsenal a du répondant offensivement. Alors bien évidemment, Alexandre Lacazette, s’il est apte, sera un élément clé pour les Gunners. Mais à côté de lui, Unai Emery a quand même à sa disposition Mr “Je tap-in“. Le spécialiste du “Je mets mon pied là où il faut.” Et tout en faisant oublier sa faiblesse dans le jeu, le Gabonais en est déjà à 8 buts en 13 matches. Tous inscrits dans le jeu, aucun sur pénalty. Incroyable non ? 8 touches de balle qui permettent à PEA de squatter la première place du classement des buteurs en championnat. Propre.

S’il est incontestable que malgré son faible apport dans le jeu PEA a apporté un nombre de buts importants depuis son arrivée en janvier dernier, le Gabonais n’a pas encore fait de victimes parmi les rangs de l’ennemi. Alors, c’est bien le moment de s’y mettre, mon petit Pierre.

Tous les joueurs veulent jouer ce genre de matches. Nous jouons à domicile et nous nous devons d’offrir la victoire à nos supporters.” 

“Quand vous entrez sur le terrain et que vous sentez cette ambiance, vous savez à quel point c’est un match important. C’est grand. C’est comme quand je jouais à Dortmund ou Saint-Etienne, nous avions de grands derbies et je ressens la même chose aujourd’hui. Il y a beaucoup d’excitation, ce sont de grands matches.” 

“Quand vous jouez un derby et que vous gagnez, c’est vraiment spécial. Comme je l’ai déjà dit, j’ai joué des debies dans le passé et j’ai eu la chance de marquer, c’était un sentiment incroyable. Le dernier derby à Wembley était un mauvais jour pour nous, mais nous devons changer ça et remporter celui-là.”

Ne reste plus qu’à espérer un grand match. Qu’est-ce que disait le minot à la sortie de l’Emirates Stadium ? Ah oui: “F*** Spurs!
On acquiesce humblement. Avec amour et respect.

Face-à-face

  • La saison dernière, Arsenal l’avait emporté à domicile face aux Spurs (2-0). Et si Mustafi devenait notre Sergio Ramos ?
  • Les Spurs n’ont gagné à l’extérieur face aux Gunners qu’une seule fois lors des 25 dernières confrontations. Rassurés ?
  • Face à Arsenal, Tottenham a perdu 37 points après avoir mené au score face à leur rival historique. Ne remarquerait-on pas là quelques signes d’une sorte de complexe ? Petit poulet humide quand il mène au score…
  • La série d’invincibilité d’Arsenal se poursuit. 11 en Premier League, 18 toutes compétitions confondues. Tottenham nous aurait-il donné ses ailes ?
  • PEA a marqué 8 buts sur ses 8 derniers tirs cadrés. Depuis West Ham et Fabianski, aucun gardien n’a arrêté un tir cadré du gabonais. Prépare-toi Hugo. Arrête des tirs non cadrés si tu ne veux pas aller chercher le ballon au fond des filets.
  • Puisqu’il faut aussi faire preuve d’humilité, Arsenal connait de vraies difficultés face aux membres du Top 6, avec seulement 3 victoires en 28 matches de championnat. Et oui, Tott’ en fait partie.
  • Harry Kane pourrait chasser un record. L’attaquant anglais est à un but d’Emmanuel Adebayor, meilleur buteur de l’histoire des NLD.
  • Les Spurs sont en chasse d’un autre record. Une sixième victoire consécutive à l’extérieur leur permettrait d’égaler un vieux record du club.
  • Tottenham est moins fort qu’Arsenal. I mean, that’s a fact.

Compositions possibles

Les habituels blessés seront évidemment absents côté Arsenal. Seule petite incertitude, Alexandre Lacazette dont la présence n’est pas certaine en raison d’une légère blessure contractée au moment de la trêve internationale.

Côté poulets, des doutes subsistent quant à la présence d’Erik Lamela. Christian Eriksen devrait bien être présent. Toujours forfaits: Kieran Trippier, Victor Wanyama, Mousa Dembele et Davinson Sanchez.

Arsenal: Leno – Bellerin – Mustafi – Holding – Kolasinac – Torreira – Xhaka – Iwobi – Özil – Aubameyang – Lacazette

Tottenham: Lloris – Aurier – Foyth – Alderwereild – Davies – Dier – Sissoko – Son – Dele – Eriksen – Kane

Articles liés