[J2] Arsenal v Burnley – La vraie première

Deuxième de la saison, mais première chez soi. Possible première pour de nouvelles recrues. La rencontre de demain face à Burnley s’annonce riche en enseignements. Mais elle pourrait surtout permettre de trouver les premières assurances et garanties de la saison. 

Lever les doutes

D’aucun pourrait dire qu’il en existe encore un sacré grand nombre à l’aube de la première réception en Premier League pour les Gunners. L’animation offensive, la question des latéraux, celle des milieux, celle de la solidité défensive, celle de la place des recrues. Tout ça nous parait un chouia démesuré en réalité. Parce que beaucoup des questions peuvent être englobées dans deux problèmes principaux : celui de la défense, et de l’intégration des recrues. Et lever ces doutes pourrait permettre à l’équipe d’Emery de réellement se lancer après un premier match légèrement poussif. On peut dire ça comme ça.

Anfield pointe le bout de son nez – pour peu qu’on puisse trouver un nez à un stade, mais passons – et il est temps d’observer l’état de forme de cette équipe avant d’aborder dans une semaine un choc capital. Pas décisif mais capital. Parce que le niveau proposé par Arsenal la semaine dernière n’a pas particulièrement rassuré. D’abord très en jambes et prenant le contrôle du ballon dans la rencontre, les Gunners ont très vite baissé le pied et laissé leur adversaire du jour reprendre confiance. Et c’est là que le bât blesse. Si vous croyiez en avoir fini avec les errements défensifs, les largesses et les “qui prend le ballon ?”, ou encore “il est où le marquage ?”, votre espoir s’est vite retrouvé douché en visionnant cette rencontre à Saint James’ Park. Comment ? On nous aurait menti ? Sortir Mustafi du 11 ne serait finalement pas la solution à tous nos maux ? Non. Au-delà de la très bonne performance de Calum Chambers qui s’est installé dans la défense centrale depuis son retour de prêt de Fulham cet été, l’organisation défensive collective des Gunners a très souvent été mise à mal par l’attaque des Magpies, l’activité d’un Joelinton heureusement maladroit ou encore d’un Jonjo Shelvey dont la frappe sur le poteau de Leno aura donné quelques sueurs froides.

Finalement vainqueurs 1-0 d’un adversaire assez faible, les Gunners n’ont pas rassuré. Mais c’était sans compter l’arrivée de… Tahiti Bob ! Le grand frère de Tahiti Bobby, vous suivez toujours ? L’équipe alignée dimanche dernier dans le nord de l’Angleterre ne ressemble pas à l’équipe-type que devrait aligner Unai Emery au cours de la saison. Elle en est même assez loin. Privé de ses deux latéraux titulaires, de Lucas Torreira et Alexandre Lacazette trop justes pour débuter la rencontre, et préférant laisser sur le banc les recrues Ceballos, David Luiz et Nicolas Pépé, le Basque a fait des choix. Des choix de confiance envers des joueurs qui ont beaucoup joué en pré-saison. Ainsi Guendouzi, Willock et Nelson étaient titulaires dans cette équipe. Rien d’extraordinaire si vous avez suivi la pré-saison pour des joueurs qui trouveront logiquement leur place comme doublures avec le temps. Et dans cette gestion d’effectif, le cas de chacun des recrues sera examiné et suivi. Certains pourraient démarrer la rencontre de samedi. C’est en tout cas ce que laissait entendre Unai Emery en conférence de presse hier.

“C’est différent pour chaque joueur, et après Newcastle, cette semaine, les joueurs ont vraiment bien travaillé. Aujourd’hui c’était pareil. Nous pouvons décider et choisir différentes options pour chaque poste au sein de l’effectif.”

“Nous devons être compétitifs et nous avons besoin de différentes options pour décider de ce qui est meilleur pour chaque match. Si j’ai quelques doutes, c’est que c’est une bonne chose parce que c’est positif, et ensuite nous allons décider et cela peut dépendre aussi de l’entraînement de vendredi. Mais les nouveaux joueurs, les joueurs qui étaient avec nous la saison passée ainsi que les jeunes joueurs sont tous avec nous, et nous pouvons réussir notre plan de jeu lors de chaque match avec la confiance en eux.”

“Je vais décider de cela [savoir si Nicolas Pepé est prêt à débuter la rencontre de samedi, ndlr] vendredi parce que désormais il n’y a plus qu’une petite différence pour ma décision à propos des joueurs qui débuteront. Cela dépend de comment ils seront demain à l’entraînement.”

“Mais Pépé s’entraîne avec nous, il progresse avec nous, il apprend à nous connaître, ainsi que nos idées, notre style de jeu, et il est désormais capable de mieux comprendre ses coéquipiers. Physiquement c’est pareil, il devient meilleur. Il est plus proche de nous aider qu’il ne l’était au tout début, après nous avoir apporter un impact durant le match également.”

David Luiz, Dani Ceballos, Nicolas Pépé, autant de nouveaux visages qui pourraient transformer l’animation offensive de cette équipe. Avec le probable retour de Lacazette, Emery pourrait se décider à aligner l’attaque que tous les supporters d’Arsenal attendent depuis l’arrivée de l’ancien Lillois dans le nord de Londres. Parce que l’offensive sera le meilleur moyen de résister à la pression.

Équilibrer les débats

Là on parle de Burnley et de Sean Dyche, hein ? Non parce que demander à Emery de rééquilibrer les débats contre une équipe qu’il a battu deux fois 3-1, à la maison et à l’extérieur, la saison passée, pour sa première saison anglaise, ce serait un peu gonflé vous ne trouvez pas ? La saison passée, par intermittences, les hommes de Sean Dyche avaient montré une réelle capacité à embêter quelques-unes des grosses équipes de Premier League, l’emportant face à Tottenham et ramenant un point de Old Trafford et de Stamford Bridge en fin de saison. Dans ces standards et après un passage par la zone de relégation en fin d’année civile 2018, les Clarets finissaient la saison 15ème, maintenus en Premier League, mais avec deux défaites face à Arsenal à leur passif. Et ouais, on se vante comme on peut, c’est un peu petit.

Le pire dans tout ça, c’est que les hommes de Dyche avaient vécu le même scénario lors des deux confrontations entre les deux équipes en championnat. L’ouverture du score d’Arsenal par Aubameyang. Un second but pour creuser l’écart, toujours par PEA. La réduction du score de Barnes autour de l’heure de jeu. Une victoire assurée pour Arsenal par un but dans les arrêts de jeu, par Iwobi à l’aller, par Nketiah au retour à Turf Moore. Un dur résultat et un scénario encore plus difficile à avaler mais qui résume parfaitement l’âpreté des matches disputés entre Arsenal et Burnley la saison passée. Des performances dont se souvient encore Sean Dyche avant d’aborder ce très gros choc.

“C’est une grande équipe mais nous avons montré que nous pouvions prendre des points contre ces équipes-là.” 

“Nous avons bien joué contre Arsenal l’an passé, et quelques décisions douteuses n’ont pas été dans notre sens non plus.” 

“Il faut avoir de la réussite et possiblement avoir des décisions en notre faveur. Cela pourrait s’équilibrer avec le VAR et nous ne vivrons pas ce que nous avons vécu l’an passé à notre encontre, mais en ce qui nous concerne, nous devons être performants.” 

“Nous devons consolider ce que nous avons produits la semaine passée, et avec moi, il n’est que question de performances. Si tu continues de produire des performances, ça finira par payer.” 

“Les joueurs sont revenus libérés et en meilleure santé physique. Il est très tôt, mais c’est déjà agréable de voir que le travail fourni cet été nous a permis de bien démarrer.” 

Cette confiance malgré des résultats défavorables aux Clarets l’an passé, le nouveau capitaine de Burnley, Ben Mee, l’assume également.

“Nous sommes toujours impatients d’y aller et nous avons le sentiment de nous rapprocher de quelque chose, mais pour une raison que l’on ignore, nous n’y sommes pas encore parvenus.” 

“Ces matches ont toujours été intéressants, et on espère, cette fois, pouvoir faire tourner le résultat en notre faveur.” 

“Ce serait bien que les choses puissent aller dans notre sens. Nous avons quelque peu joué de malchance, mais généralement, nous jouons assez bien là-bas, et nous y allons pleins de confiance en raison de notre victoire le weekend dernier. Donc je ne vois pas pourquoi nous ne serions pas en mesure d’en ramener quelque chose.” 

“Mentalement, remporter ces trois points avant d’entamer des gros matches contre des équipes qui ont fini dans la première moitié du classement était important. Et nous allons là-bas avec de la confiance et la certitude que nous pouvons ramener quelque chose.” 

Le point Croix-rouge

Côté Arsenal, Bellerin et Tierney ne sont évidemment pas proches d’un retour, tout comme Dinos. Emery pourrait devoir faire sans Granit Xhaka blessé à la jambe. Les recrues Ceballos, Luiz et Pepé seront elles bien là. Alex Lacazette devrait faire partie du groupe. Mesut Özil et Sead Kolasinac sont eux prêts pour cette rencontre.

Pour Burnley, il faudra faire sans Danny Drinkwater et Robbie Brady mais avec le retour de Charlie Taylor.

Arsenal: Leno – Maitland-Niles – Luiz – Sokratis – Kolasinac – Chambers – Guendouzi – Ceballos – Pepe – Aubameyang – Lacazette

Burnley: Pope – Lowton – Pieters – Tarkowski – Mee – Cork – Gudmundsson – Westwood – McNeil – Barnes – Wood

Articles liés