[J2] Chelsea v Arsenal – Le pont de la tempête Unai

Ce samedi (18H30 heure française), les rouges et blancs d’Arsenal  se déplaceront sur la pelouse verte des bleus de Chelsea. Une nouvelle occasion de voir le travail effectué par Emery et ses joueurs. Des idées au service d’une victoire, cette fois-ci ? 

Le weekend passé nous a servi son lot de déceptions, c’est vrai. Mais malgré tout, la simple déception du résultat a très vite laissé place à une analyse encourageante des progrès tactiques réalisés par l’équipe sous la direction d’Unai Emery. Et après P.Guardiola, l’Espagnol défie un autre tacticien génial.

Guardiola, Sarri et après on se calme. Vale ?

C’est lorsqu’on observe attentivement le nom des entraîneurs des gros clubs de Premier League cette saison que l’on se rend compte du regain d’intérêt et de niveau que ce championnat doit connaître. Et quand certains sont dans leur club depuis au moins deux saisons, d’autres doivent reconstruire. C’est en cela que Chelsea et Arsenal se ressemblent. Et après Guardiola, c’est Sarri qui pointe le bout de sa clope.

Face à Manchester City, les intentions d’Unai étaient claires. Grâce à son 4-3-3, Emery voulait empêcher les Citizens de repartir de derrière, bloquer l’intérieur et réussir à contrer les ailes. Même si cela n’a pas fonctionné, cette rencontre nous a permis de déceler des idées à approfondir et travailler.

« Le premier match nous a permis de réunir plus d’informations sur les choses à améliorer et celles à poursuivre. C’est évident que l’objectif premier était le résultat. Mais c’était le jour de Manchester City. Nous devons poursuivre notre travail pour pouvoir faire des différences lors du prochain match et dans le futur. Pour moi, le plus important était que les joueurs soient au courant des bonnes choses que nous avons réalisées dans ce match et de ce qui doit être amélioré. »

« Nous pouvons nous améliorer à chaque match, à chaque entraînement. La difficulté est claire: je crois en notre équipe, je crois en nos joueurs. Nous pouvons et nous devons améliorer notre capacité à jouer lors de matches compliqués. Nos objectifs sont très hauts et je veux que l’on place la barre haute pour moi, mais aussi pour les joueurs et le club. Nous devons travailler dur, nous devons travailler et souffrir tous ensemble lorsque nous perdons. »

Stephan Lichtsteiner au duel avec Kyle Walker contre Manchester City, le 12 août 2018.

A dire vrai, beaucoup se sont interrogés sur le rôle assigné à Mesut Özil. Henrikh Mkhitaryan et Pierre-Emerick Aubemeyang très hauts, Emery avait demandé à Aaron Ramsey d’utiliser son volume pour presser à la même hauteur. Ainsi, le meneur de jeu allemand était éloigné du but adverse et passait son temps à défendre sur un Benjamin Mendy presque milieu de terrain ce jour-là. De ces dispositions naissaient des difficultés de défense sur le côté gauche mancunien d’où sont venus les deux buts. Et si la bataille du milieu n’a pas vraiment eu lieu face à City, il se pourrait que la confrontation prenne une réelle importance dans ce secteur de jeu demain soir.

Mais laissons de côté les questions purement individuelles et concentrons-nous sur le collectif. Un collectif mis à mal face à City mais qui a démontré qu’il pouvait appliquer les principes de son entraîneur, et d’en maintenir le cap, avec plus ou moins de réussite. Et si la défense a inquiété – et ce n’est pas le retour de Coupe du Monde du capitaine de seumland qui arrangera les choses – Emery le confirme : la victoire passera par des idées de jeu conservées et améliorées. Petits et grands ponts en vue au Bridge. Ou pas.

« D’abord, nous voulons construire une équipe compétitive. Nous jouerons à l’extérieur mais nous devons conserver notre personnalité, garder notre mentalité, parce que je crois que contre Manchester City, notre équipe a maintenu ses idées, a gardé son état d’esprit tout au long du match, même lorsque nous perdions, et nous n’avons pas baissé la tête. C’était une bonne chose malgré malgré le fait que nous ayons perdu 2-0. Je veux poursuivre ce travail et que nous soyons compétitifs pendant 90 minutes, mais en réalisant une meilleure performance que dimanche, à la fois individuellement et collectivement. Nous voulons effectuer une bonne préparation et en apporter une bonne preuve sur le terrain. »

En pré-saison, Arsenal avait rencontré Chelsea. Un score nul (1-1) avait envoyé les deux équipes aux tirs aux buts. Et c’est Iwobi – aussi surprenant cela puisse paraitre – qui avait inscrit le tir aux buts vainqueur. On ne va pas se le cacher, même si des signes encourageants avaient été perçus, déjà, aucune conclusion ne peut évidemment être tirée d’une telle rencontre. Et si Emery affirme pouvoir la prendre comme référence, le technicien espagnol reste lucide quant à l’intérêt d’un match comme celui-ci dans sa préparation d’avant-match.

« Nous avons rencontré Chelsea il y a 2 ou 3 semaines, mais ils avaient des joueurs différents de ceux qui joueront samedi – Hazard, Kanté, Giroud, Kovacic. La personnalité avec laquelle nous vous voulons jouer ce match sera la même. Ce sera différent parce que les deux équipes pourraient avoir différents joueurs sur le terrain, mais cela reste un bon match référence sur lequel s’appuyer avant la rencontre de samedi contre Chelsea. »

Arsenal attend son match référence pour lancer sa saison. Pour que la tempête Unai ne se retrouve pas mis dans l’œil du cyclone par des supporters impatients.

Mollo Maurizio ! Mollo !

Dès son arrivée, l’entraîneur italien avait calmé les ardeurs de supporters déjà acquis à sa cause. Pas de fumisterie pour celui qui, clope au bec, avait décidé de ne pas plaisanter. Ses premiers mots ? Des paroles choisies dans le but de tempérer les ardeurs et demander du temps aux supporters, à qui il donnait rendez-vous en Janvier: « J’espère que notre seconde partie de saison sera très bonne et que nous engrangerons beaucoup de points. 

« Je m’attends à quelques difficultés en première partie de saison. Peut-être que les performances de première partie de saison ne seront pas au niveau du potentiel de cette équipe. »

Quoi de plus naturel alors pour une équipe en apprentissage d’être tenue en échec à l’extérieur sur le terrain d’un promu qui vendrait chèrement sa peau ? Et bah non.

Ce premier match de Premier League n’a pas été facile non plus. Des dires de Sarri lui-même, les Blues ont rencontré des difficultés certaines en première mi-temps face à une équipe « très physique« . Mais malgré une très forte intensité mise par les joueurs de David Wagner, Chelsea s’en est remis à son homme fort Kirik… N’Golo Kanté ! Oui oui, vous avez bien lu. Chahutés par leurs adversaires, les Blues ont vu le milieu de terrain français reprendre un centre de Willian et inscrire le premier but. Chanceux, vous dites ? Sans doute. Mais voir un tel travailleur de l’ombre être mis dans la lumière, c’est beau. Bref.

Bien lancés, les joueurs de Sarri plient définitivement le match avec le pénalty transformé par Jorginho. Transféré du Napoli, l’italo-brésilien fut d’ailleurs loué par son entraîneur qui décrit le milieu comme un joueur « très technique, sachant prendre des décisions rapides, et très utile pour faire vite courir le ballon« . On me souffle dans l’oreillette que Granit prend des notes !

Une première victoire 3-0 à l’extérieur pour Chelsea. Et au moment d’affronter Arsenal, les Blues et leur nouvel entraîneur inaugurent Stamford Bridge cette saison. Quoi de mieux qu’un derby pour s’affirmer à Londres ? Et déjà en Premier League ? Il est évidemment bien trop tôt pour poser ce genre de questions. Chelsea, à l’instar d’Arsenal, est encore en rodage. Sarri reconnaît que l’équipe mettra du temps à pratiquer son meilleur football. « Deux mois » sont annoncés par l’italien. Tout comme Emery – que son homologue italien considère comme « un très grand coach » – dans un contexte différent, l’entraîneur de Chelsea doit s’adapter « aux caractéristiques du championnat et de ses joueurs« . Avec un effectif qui semble néanmoins nettement supérieur à celui de son voisin londonien.

Et le retour des mondialistes n’arrangera vraisemblablement pas le cas des rouges et blancs.

Compositions possibles

Quelques blessés côté Arsenal, mais aucun important. Carl Jenkinson – oui oui, il est encore au Club –  blessé à la cheville, devrait manquer 6 à 8 semaines de compét… d’entraînement. Il sera accompagné dans sa convalescence par Ainsley Maitland-Niles qui a contracté une fracture mineur du péroné de la jambe gauche lors du match contre Manchester City. Autre latéral blessé, Sead Kolasinac. Le Bosnien s’est blessé au genou gauche et devrait reprendre l’entraînement début octobre seulement.

Vous voulez des nouvelles plus joyeuses ? Nacho Man et Michel sont de retour à l’entraînement et devraient être dans le groupe pour cette rencontre.

Seul forfait de marque pour Chelsea, celui de Cesc Fabregas. Le milieu espagnol à qui nous souhaitons évidemment tous un prompt rétablissement. Matteo Kovacic, encore en cours de préparation afin d’être au top physiquement, ne démarrera sans doute pas la rencontre. A l’instar d’un Alvaro Morata qui devrait être poussé sur le banc par un Eden Hazard, bel et bien de retour.

Arsenal : Cech – Bellerin – Mustafi – Sokratis – Monreal – Torreira – Ramsey – Guendouzi – Özil – Lacazette – Aubameyang

Chelsea : Kepa – Azpilictueta – Rudiger – Luiz – Alonso – Kanté – Loftus-Cheek – Jorginho – Pedro – Willian – Hazard

Articles liés