[J26] Arsenal v Everton – Un caramel et ça repart ?

Le mercato hivernal est terminé. Enfin. Et Arsenal a sauté sur l’occasion pour combler des lacunes défensives criantes en recrutant… Pierre-Emerick Aubameyang ! Rassurons-nous, la meilleure défense reste l’attaque. Non ? 

Attaquer pour mieux défendre

On pensait avoir retrouvé les Gunners. On pensait avoir entrevu des signes positifs d’un allant et d’un jeu offensifs qui remontraient le bout de leur nez. On pensait Arsenal à l’abri de l’énorme danger que représentait le dernier de Premier League. Que nenni !

Mardi soir, les hommes d’Arsène Wenger nous ont encore démontré qu’il ne faut pas trop vite se réjouir de prestations convaincantes. Et pourtant, sans pour autant proposer quoi que ce soit, Nemo nous bluffait tous et servait Nacho Monreal qui faisait chavirer des supporters qui nageait alors en plein bonheur.

Mais ça, c’était avant. Avant que dans leur extrême générosité, les Gunners ne décident d’offrir à leurs adversaires les buts dont ils avaient tant besoin. Seulement 2 minutes après l’ouverture du score, Granit Xhaka laissait place à sa neutralité helvète naturelle, et surtout à Samuel Clucas, qui trompait Petr Cech. Et comme une erreur ne sent jamais mieux que lorsqu’elle est accompagnée, le portier Tchèque s’en rendait coupable d’une nouvelle, après que Monreal ait laissé le ballon sortir en touche quand il paraissait plus que jamais logique de le jouer, et que Shkodran Mustafi ne se décide à effectuer une passe en retrait des plus dangereuses. À croire que le nombre 200 – comme celui du nombre de clean sheet que Petr Cech vise – est bien trop rond pour que le portier ne souhaite l’atteindre.

En conférence de presse, le manager Alsacien déplorait la performance défensive pitoyable de ces joueurs.

Je dirais que Swansea a remporté des duels décisifs offensivement et défensivement, ce que nous n’avons pas réussi à faire. Pour couronner le tout, nous avons commis des erreurs inhabituels, des énormes erreurs, qui nous ont tués. Ils ont fait le genre de match qui pose des soucis parce qu’ils ont joué très bas, très discipliné et c’est pour ça que je crois que le moment décisif était celui où nous menions 1-0. Nous nous sommes rendus coupables de concéder l’occasion dans la foulée. Nous n’avons aucune raison rationnelle qui explique la façon dont nous leur avons offert ce but. Ils ont été heureux de revenir à 1-1, l’objectif était de ne pas faire d’erreur, mais dans l’ensemble, nous n’avons pas été convaincants offensivement et défensivement, et nous avons perdu le match.” 

Pris au piège de Cygnes qui ont fait sauter le verrou d’Arsenal en un battement d’aile, les hommes d’Arsène Wenger nous montrent que leur salut passera avant tout par une capacité offensive retrouvée. Cette saison, Arsenal a perdu 15 points dans des matchs où l’équipe avait pourtant ouvert le score. Trop fragiles derrière, les rouge et blancs ne peuvent absolument pas se permettre de gérer un match et de tenter de le contrôler après avoir pris les rennes d’une rencontre.

La force d’Arsenal doit être l’attaque, comme ça l’a très souvent été depuis de nombreuses années. Encore faut-il retrouver une animation cohérente. Et c’est pas gagné.

Retour à la maison, on ressort les charentaises

Ne pas être convaincants, ou être plutôt inquiétants ? La limite est relativement ténue. Mais peut-on encore s’inquiéter des performances d’une équipe qui nous habitue à une fébrilité chronique à l’extérieur. “Nous sommes à cette position au classement en raison de notre forme à l’extérieur” disait Cech après la rencontre face au Cygne. Les Gunners sont de retour à la maison ce weekend. La vie est bien faite, n’est-ce pas ?

Quand Arsenal se situe 3ème (à égalité de points avec Manchester United) au classement des matches à domicile avec 29 points pris en 12 journées, les Gunners ne pointent qu’à la 10ème place hors de ses bases, avec seulement 13 points pris en 13 journées et une différence de buts négative avec 15 petits buts marqués. C’est bien simple, Arsenal n’a jamais réussi à remporter deux matches d’affilée à l’extérieur cette saison. On ne se sent jamais mieux que chez soi, à ce qu’on dit.  “A domicile, nous sommes forts, nous prenons des points et nous profitons de cet avantage de jouer à la maison. Mais pour quelque raison que ce soit, cela ne nous arrive pas à l’extérieur“, résumait parfaitement Petr Cech.

Ce weekend, Arsenal retrouve l’herbe douce de Londres pour se rassurer. Tous les voyants sont au vert face à des bonbons qui n’ont pas l’habitude résister très longtemps aux coups de canon des joueurs d’Arsenal. Mais difficile de prédire l’avenir.

Rassurons-nous avec quelques faits: la dernière défaite d’Arsenal en Premier League dans leur enceinte date de février dernier, soit plus de 20 journées sans défaite. Et face à Everton, Arsenal a l’habitude de réussir. Les Toffees n’ont plus gagné sur le terrain de l’Emirates Stadium depuis 11 journées de Premier League et ont concédé plus de 100 buts face aux Gunners, ce qu’aucune autre équipe de Premier League n’a réussi.

Oui, on se rassure comme on peu.

Theo Walcott dans le rôle du caramel dur ?

Il vous est sans doute déjà arrivé de choisir un caramel parmi une multitude dans une boîte, de croire fortement que vous allez apprécier ce moment et de vous péter une dent après l’avoir mâché. Et si Walcott était ce caramel et les joueurs d’Arsenal les dents ?

Loin de moi l’idée de vouloir mordre Theodore, mais l’histoire semble écrite. Un joueur qui quitte Arsenal après douze (très) longues années passées au Club, qui se venge en inscrivant le but victorieux qu’il ne célébrera pas mais qui lui fera prendre un pied royal.

En temps normal, affronter Theo Walcott ne serait pas une expérience particulièrement effrayante, n’en déplaise à Xavi. Mais l’anglais vient de planter un doublé face à Claude Puel et ses hommes, un doublé qui permettait aux siens de l’emporter. Deux premiers buts et déjà l’ailier pouvait sentir un état d’esprit irréprochable, une équipe soudée qui tire dans le même sens.

“L’équipe a bien communiqué et le public était derrière nous. Nous avons fait preuve de solidarité ce soir et nous en avions besoin avant ce weekend et la rencontre contre Arsenal. 

“Pour moi, de marquer mes premiers buts à Goodison Park était un sentiment brillant. Le soutien du public est fantastique et d’avoir obtenu la victoire pour l’équipe est la chose la plus importante. 

“Nous en avions besoin ce soir. Nous avons eu besoin de puiser loin dans nos ressources dans des conditions de froid, de vent et de pluie difficiles. Mais les gars s’en sont vraiment très bien sortis.” 

Big Sam rajoutait en conférence de presse que cette victoire face à Leicester permettait de soulager l’équipe d’une pression constante depuis le début de saison.

“La victoire contre Leicester libère l’équipe d’une pression qu’ils commençaient à ressentir après quelques matches sans victoire. Obtenir un résultat face à Leicester était très important parce que nous nous en étions si bien sortis quand je suis arrivé. 

“En prenant la question de l’autre côté, nous ne sommes qu’à trois points de Leicester, huitième. Donc pouvez-nous aller plus loin et être plus constants dans nos résultats ? C’est une bonne question avant la rencontre de samedi parce que le bilan d’Arsenal à domicile est l’un des meilleurs de Premier League.” 

Le caramel collera-t-il aux dents ? Réponse ce samedi à 18h30 (heure française).

Infirmerie

Arsenal pourrait être obligé de se priver de plusieurs joueurs. Danny Welbeck est toujours blessé et est donc forfait pour cette rencontre.

Fraîchement descendu de l’avion, la nouvelle recrue Pierre-Emerick Aubameyang s’est pris un vilain tacle à l’anglaise et a choppé un méchant rhume et pourrait repousser ses débuts au derby face à Tottenham dans 10 jours. Il a rejoint Jack Wilshere à la pharmacie, l’anglais pour qui Arsène Wenger est plus optimiste quant à sa participation à la rencontre.

Côté Toffees, Tonton Sam pourrait aligner d’entrée sa nouvelle recrue, l’international tricolore Eliaquim Mangala qui apporterait un “nouvel équilibre”, selon le manager.

Après un retour en fanfare, Seamus Coleman pourrait de nouveau jouer face à Arsenal, mais la décision sera prise au dernier moment.

R.Funes Mori, M.Stekelenburg, L.Baines et J.McCarthy ne seront eux pas de la partie.

Compositions possibles

Arsenal: Cech – Bellerin – Koscielny – Mustafi – Monreal – Elneny – Xhaka – Mkhitaryan – Özil – Ramsey – Lacazette

Everton: Pickford – Coleman – Jagielka – Keane – Cuco Martina – Gueye – Davies – Sigurdsson – Rooney – Walcott – Niasse

Avec arsenal.com et evertonfc.com

Articles liés