[J28] Arsenal v Bournemouth – Ne pas avaler le noyau

Ce mercredi, Arsenal reçoit pour la seconde fois consécutive sur sa pelouse de l’Emirates Stadium. Cette fois, c’est le Bournemouth d’Eddie Howe qui se présente face à Emery et ses hommes. Et les cerisiers fleurirent avec l’arrivée des beaux jours.

La même philosophie plantée des deux côtés de l’arbre

Seulement trois jours plus tard, Arsenal est de retour aux affaires. Bon, pas de voyage à prévoir. On reste à domicile, face aux supporters et on continue sur notre lancée. On fait ça Eddie, ça te va ? Rien n’est moins sûr.

Non parce que le manager anglais n’est pas du genre à attendre. Il est plutôt de la trempe de ceux qui se déplacent dans un stade afin de prendre le jeu à leur compte. Et ses équipes se déplacent le couteau entre les dents malgré des moyens sportifs évidemment limités. Tiens, on croirait lire une description d’Unai Emery. Serait-ce pour cela qu’Eddie Howe faisait partie des prétendants pour prendre les rênes des Gunners ? Nous n’en aurons jamais confirmation. Ce qui est certain néanmoins, c’est la philosophie du manager des Cherries. Imposer son style et faire en sorte que les cerises soient empoisonnées.

Malgré cela, la saison de Bournemouth est une illustration parfaite de la sensation que l’on éprouve en dévalant les pentes de montagnes russes. Capables de briller et de battre Chelsea 4-0 fin janvier, les joueurs de Howe – enfin ceux qui sont encore à sa disposition pour constituer une équipe – prennent néanmoins un malin plaisir à faire redescendre le taux d’endorphines de ses supporters en s’inclinant à domicile face à Brighton. Ce weekend, alors qu’ils menaient depuis le quart d’heure de jeu, les Rouges et Noirs ont dû se résoudre à voir Wolverhampton égaliser sur pénalty dans les 5 dernières minutes. Une situation qui commence à préoccuper Eddie Howe.

« Il y a certains moments au cours de ces matches où nous nous sommes sentis en-dessous, parfois malchanceux de ne pas obtenir quelque chose. C’est particulièrement difficile. » 

« Vous savez, quand vous jouez à l’extérieur, vous devez faire en sorte que votre jeu soit parfait, vous devez tirer profit de toutes les opportunités que vous avez, et nous ne l’avons sans doute pas fait. » 

« Nous devons prendre plus de points sinon nous serons happés vers le bas du classement, et si nous prenons plus de points, nous aurons l’opportunité de regarder plus haut. » 

Mais si Bournemouth tâtonne, c’est une nouvelle fois avec l’idée de s’imposer et d’imprégner son style à cette rencontre que l’équipe d’Eddie Howe se rendra sur la pelouse de l’Emirates.

« Nous tentons de nous imposer à chaque match. Nous essayons d’aborder chaque match avec un plan clair et positif de le remporter. Nous n’abordons jamais une rencontre sans l’intention de montrer nos qualités. »

« Nous avons disputé des matches accrochés face à Arsenal et nous espérons pouvoir encore mieux faire demain. » 

« Arsenal s’améliore. Le manager fait un boulot fantastique avec cette volonté d’installer une philosophie et un style de jeu pour y parvenir. »

Et si les Gunners s’améliorent, ils parviennent à trouver une intensité et un équilibre qui leur permet de contrôler les matchs. Face à Southampton et malgré une seconde période en contrôle, les joueurs d’Emery ont réalisé une très belle performance. Une nouvelle fois, Emery avait décidé d’imposer son intensité et de marquer son emprise sur cette rencontre. Face à Bournemouth, le plan des Gunners pourrait être chatouillé. Face à eux, une équipe avec des principes de jeu similaires qui cherchera elle-aussi à les imposer à son hôte du soir. La faculté d’Arsenal à conserver le ballon et à réaliser des différences techniques pourrait être la clé. Et si ces possibilités de construction reposaient sur un gardien de but ?

Focus sur… Bernd Leno, l’homme qui cueillait des cerises avec des gants de foot

Il incarne sans doute le mieux la philosophie d’Unai Emery cette saison. Cette volonté jusqueboutiste de construire au sol, par des passes courtes et des transmissions rapides afin de déstabiliser l’adversaire. A certains moments, cet Arsenal-là, celui d’Emery fut brillant. Et souvent, le gardien allemand fut à l’origine de ces mouvements géniaux.

En début de saison, alors qu’il était titulaire, Petr Cech affirmait que les fans ne retenaient que ses erreurs de relance sans se rendre compte que bon nombre de ses passes trouvaient preneur. En délicatesse avec ses relances courtes, le portier tchèque avait sans doute raison. Mais il déplaçait le problème de ce qui importait le plus. Ses passes ne permettaient pas de déstabiliser l’adversaire et de faire preuve d’audace dans la construction.

Installé titulaire depuis des mois, Bernd Leno le permet. S’il assure en premier lieu en protégeant son propre but face aux assauts adverses, – en témoigne une nouvelle fois son arrêt décisif face à Southampton le weekend dernier – c’est aussi son sang-froid qui permet aujourd’hui à Arsenal de pratiquer, par intermittences, le jeu qu’Emery tente d’installer. Et une nouvelle fois la discussion se déplace et chacun loue la faculté qu’a aujourd’hui Arsenal, à aspirer son adversaire grâce aux possibilités qu’offre Leno.

Et cet aspect, ses coéquipiers l’ont également bien compris. Tout autant Henrikh Mkhitaryan que Lucas Torreira. Tous deux dressaient de grandes louanges à l’égard du portier allemand après la rencontre face aux Saints.

H.Mkhitaryan« Je crois que sans l’arrêt de Leno, nous n’aurions pas inscrit le premier but. C’est grâce à lui. Il a fait la moitié du boulot. »

L.Torreira: « Bernd est un joueur très important qui a grandi avec nous tout au long de la saison. Nous sommes très heureux de l’avoir dans les buts. Il est également très habile avec ses pieds, et nous sommes très heureux d’avoir pris les trois points. »

Dans une période sympathique pour les gardiens bleus, Leno fait son chemin et s’installe tranquillement. Arsenal commence à tenir là une certitude sur laquelle construire. Face à Bournemouth, l’allemand devra une nouvelle fois faire parler ses qualités pour permettre aux siens d’installer leur jeu face à une équipe joueuse.

A son arrivée à Londres, Leno affirmait vouloir apprendre aux côtés de Cech, devenir numéro 1, s’améliorer et juste profiter. On dirait qu’il ne reste plus tant de cases à cocher que ça, si ?

Le point Croix-Rouge

Arsenal est une nouvelle fois assez tranquille et pourrait aborder la rencontre avec un banc de ministre. Ainsley Maitland-Niles fait son retour. Seuls Alex Iwobi et Stephan Lichtsteiner devront passer des tests de dernière minute.

Côté Bournemouth, Eddie Howe souffre toujours autant. Lerma (suspendu) accompagne de nombreux blessés: Cook, Wilson, Brooks, Stanislas et Francis.

Arsenal: Leno – Maitland-Niles – Mustafi – Sokratis – Kolasinac – Xhaka – Guendouzi – Suarez – Özil – Mkhitaryan – Aubameyang

Bournemouth: Boruc – Clyne – Mepham – Ake – Smith – Ibe – Surman – Gosling – Fraser – King – Solanke

Articles liés