[J5] Watford v Arsenal – Ne pas piquer du nez

La trève internationale est passée, le football anglais reprend ses droits. Et après deux matches sans victoires , les hommes d’Emery devront se relancer sur le terrain de frêlons mal en point. L’objectif ? Repartir dare dare. 

Petite piqûre de… réveil

Oui, parce qu’il est bien question de réveil. Doucement, Unai Emery et ses hommes sont en train de se faire endormir. Deux victoires inaugurales et depuis, rideau. Une défaite à Liverpool – rien de bien honteux me direz-vous – et surtout un match nul concédé à l’Emirates Stadium face à Tottenham. Un match nul qui laisse un goût amer tant la place pour remporter cette rencontre malgré un déficit de deux buts était présente. Et encore et toujours, les questions restent les mêmes. Les doutes subsistent sur la capacité d’Emery à stabiliser une défense qui est à la peine. Et si les blessures n’aident pas, Unai dispose néanmoins d’expérience et de solidité permettant de stabiliser et imperméabiliser une défense qui reste à la peine.

Interrogé sur d’éventuelles inquiétudes concernant ce secteur de jeu, le manager espagnol usent de son traditionnel langage positif. Retour de l’optimisme, de la marge de progression et de son travail. Vous n’en pouvez plus, vous non plus ? Patience, les retours de blessures se précisent. Les bonnes nouvelles de la semaine au sujet de Rob, Hector et Kieran nous donnent un large sourire et nous laissent envisager la suite du mois de septembre un peu plus sereinement.

Parce qu’avant la trève, les Gunners ont encore fait peur. Toujours aussi friable et fragile dans les transitions défensives, les joueurs d’Emery ont activé le mode ‘Off’ depuis deux matches. David Luiz d’abord qui semble penser que le maillot de Liverpool est plus sympa que celui d’Arsenal. Granit Xhaka ensuite, qui s’est sans doute dit que de la jouer boucher des balkans, ça pouvait passer en Premier League. Résultat, deux pénaltys concédés lors des deux derniers matches et des erreurs stupides commises par des joueurs d’expérience. Apparemment.

Au moment de se rendre sur la pelouse de Watford, Arsenal n’a pas rassuré sur ses capacités défensives. Mais elle s’offre le luxe de rencontrer une équipe qui surprend elle-aussi par son exceptionnelle perméabilité. Deux matches à Vicarage Road, et deux fois trois buts concédés par les hommes d’un Javi Gracia remercié cette semaine. Exit Gracia, retour de Flores. Un manager qu’Emery connait bien pour l’avoir rencontré 8 fois, en ne parvenant à s’imposer qu’une seule fois. Un effet nouveau manager pour Watford ? Pas convaincu, Unai. Poli et diplomate comme toujours.

“Nous nous sommes affrontés par le passé et ses équipes sont très organisées. Il a l’expérience de l’Angleterre, de la Premier League et je le respecte beaucoup”

“Je respecte chaque coach. Avec Quique Sanchez Flores, ils vont continuer à bien travailler comme c’était le cas avec Javi Gracia. Ils nous les respecterons et nous nous préparerons correctement, en respectant leur style de jeu. Après, des choses peuvent changer. Ils seront les mêmes, auront le même état d’esprit collectif et vont pousser très fort avec leurs supporters. Ils ont de très bons joueurs.”

Alors que les caméras sont braquées sur le nouveau manager de Watford, la surprise pourrait venir d’un autre petit frêlon…

It’s Day Guy Welbz !

Il est l’un de ceux qui concentrera toutes les attentions ce dimanche à Vicarage Road. Vous vous souvenez de lui ? Mais si, vous savez, celui qui inscrit un but victorieux magnifique d’émotion sur la pelouse de l’Emirates Stadium face à Leicester City alors qu’il revenait d’une grave blessure. Mais si, vous savez, ce joueur qui entra dans le club fermé des joueurs anglais ayant réalisé des hat-trick en Ligue des Champions face à une équipe de Galatarasay qui n’en revenait pas d’avoir été la victime expiatoire d’un joueur qui a souvent passé son temps à chercher ses pieds sans les trouver. Non parce que Welbeck c’était aussi ça à Arsenal. Un guerrier, un homme de devoir fabuleux et un joueur de collectif qui donnait tout pour l’équipe. Mais aussi un attaquant qui avait un chouia de mal à finir les actions et à la mettre au fond, dirons-nous plus vulgairement.

Et malgré ces maladresses criantes, Welbz fut l’un de ces joueurs adorés par les supporters d’Arsenal pendant ses 5 saisons passées à Arsenal. Entre moments marquants et blessures graves, le joueur a passé 5 ans à être soutenu par des supporters qui vivaient avec lui ses hauts et ses bas. Welbz lui-même le reconnaissait: “Dès le début de mon aventure à Arsenal, j’ai senti beaucoup d’amour et de soutien de la part des fans.”

“Bien évidemment, nous avons connu des grands moments et des moments beaucoup moins bons. Les choses ont été difficiles à certaines périodes mais quand j’étais sur le terrain, je donnais toujours le maximum et les fans l’ont vu et l’ont reconnu.” 

“Ils m’ont vu traverser des moments très durs mais ont toujours été là pour me soutenir.” 

Et après un dernier match avec Arsenal disputé au mois de novembre, Welbz s’en est allé vers d’autres cieux. Enfin, des cieux qui se ressemblent quand même un tout petit peu. Ceux de Londres quoi. Alors bon, cela a beau être l’autre côté de Londres, on peut décemment se dire que les nuages sont les mêmes, ou presque. Londres. C’est peut-être une des raisons qui explique le choix de Welbz de s’engager avec Watford. La possibilité de continuer à cotôyer ses amis rencontrés depuis son arrivée à Arsenal, et s’intégrer à une équipe qui avait réalisé une saison surprenante la saison dernière.

“J’ai reçu des offres d’autres clubs de Premier League et de l’étranger mais j’ai choisi Watford parce que l’équipe est très bonne ici et qu’il y a beaucoup de joueurs talentueux. J’en connaissais déjà quelques-uns de mon passage à Manchester United – comme Clevz, Craig et Fozzy – et j’ai rencontré bon nombre d’entre eux lors de matches en Premier League, donc l’intégration a été facile.”

“Ismaïla et moi avons été particulièrement bien accueillis avant le match contre Watford et c’était génial de pouvoir être accueilli de la sorte au Vic. J’apprécie qu’ils aient chanté mon nom à Goodison également. Cela me donne envie de leur rendre leur confiance et de les faire chanter encore davantage.”

Et pour la première fois, Welbz rencontrera son ancienne équipe, Arsenal. Alors vous allez me dire que c’est écrit. On vous entend déjà. Vous allez me rappeler ce qui s’était passé sur la pelouse d’Old Trafford en Coupe ce soir où Welbz avait profité d’une erreur de la défense et d’une passe en retrait trop molle pour doubler De Gea et aller marquer. On s’en rappelle nous aussi. Mais, ça ne se passera pas comme ça. Débranchez vos cerveaux de scénaristes et lâchez Netflix. C’est pas nous qui le disons, c’est Danny. (Pas Danny Glover hein, bande de monomaniaques)

“Quelqu’un m’a dit que l’histoire était écrite et que je marquerai mon premier but contre Arsenal, mais les scénaristes ne jouent pas les matches donc je vais juste me donner à 100% et tenter de remporter le match avec Watford.”

Le pouvoir de Flores

“J’me souviens, on avait des projets pour la Terre, pour les Hommes comme la Nature. Faire tomber les barrières, les murs, les vieux parapets d’Arthur…” Pardon. On s’égare. Mais Laurent Voulzy quoi. C’est beau. Et puis métaphoriquement, nommer Flores afin de mener sur l’herbe des frêlons dont l’objectif est de faire tomber les barrières qui se sont érigées en face d’eux depuis le début de saison, je trouve ça beau. On pourrait presque appeler Banksi et en faire une fresque. Mais le dard est un peu limé. Rouillé.

Depuis le début de saison, Watford c’est une dernière place du classement avec un seul petit point remporté juste avant la trève sur la pelouse de Newcastle (1-1). Parce qu’avant cela, les frêlons avaient du se resigner à perdre leur match à trois reprises. Deux fois à domicile face à West Ham et Brighton – en encaissant trois buts à chaque fois – et une fois sur la pelouse de Goodison Park face à une équipe d’Everton qui semble être enfin de retour. Avec ses résultats, et malgré l’excellente saison réalisée l’an passé, Javi Gracia n’a pas survécu à cette forme récente. Une trève internationale passée dans son canapé à profiter des matches internationaux sans penser à rien.

Et pour remplacer un coach qui penait à conserver une régularité et à trouver une stabilité défensive depuis février dernier, les propriétaires de Watford ont décidé de rappeler un ancien de la maison. Quique Sanchez Flores. Barbe taillée, cheveux grisonnants, la fleur au fusil, le manager espagnol revient dans un club qu’il avait entrainé en 2015/2016. Un club qu’il connait et qu’il devra tenter de relancer afin de ne pas l’enfermer dans une bataille pour le maintien que Watford n’était pas programmé à jouer. Une relance qui passera par la remotivation d’un groupe et l’insufflation d’une énergie nouvelle, selon les dires du manager.

“Nous devons faire avec les joueurs dont nous disposons. Le plus important est de créer une dynamique d’équipe qui nous permette de faire jouer n’importe quel joueur parce qu’il y a des blessures, parce que se blesser est très facile de nos jours. La compétition est très dure, chaque weekend. Nous allons perdre des joueurs pendant la saison donc le plus importat pous nous est d’avoir cette mentalité de collectif.” 

“Il est très important d’avoir une très bonne équipe. C’est important de récupérer les joueurs qui ne se sentent pas utiles à l’équipe en ce moment. Tout comme il est important de faire revenir les joueurs qui jouaient très peu, ceux qui ne se voyaient pas accorder d’oppportunités de jouer. Nous avons besoin de tout le monde, c’est pour ça que les joueurs rejoignent l’équipe.” 

“L’équipe est meilleure qu’il y a trois ans. J’adorais mes joueurs il y a trois ans mais le football grandit et s’améliore. Watford s’est énormément amélioré, mais ce n’est pas seulement Watford. Toutes les équipes grandissent, donc la compétition est très difficile pour nous. Nous devons jouer très dur, chacun des matches sera compliqué, donc la concurrence est ouverte, et tout est possible.” 

Une nouvelle mentalité collective soulignée par Tom Cleverley qui est déjà temoin de changements dans la dynamique du groupe depuis l’arrivée de Flores.

“Nous ne le connaissons que depuis quelques jours mais il est très clair dans ce qu’il exprime. Il n’y a pas de demi-mesure. Il veut que nous soyons plus organisés et que nous encaissions moins de buts. Nous n’avons pas fait la pré-saison avec ce coach mais je suis certain qu’il y aura des changements. Ce ne sera pas forcément très lisible pour les fans, mais je peux voir qu’il y aura du changement.” 

Suffisamment pour inverser la dynamique face à Arsenal ? Réponse dimanche.

Le point Croix-Rouge

Troy Deeney est rejoint par Craig Cathcart sur le banc des blessés.

Côté Arsenal, malgré leur retour à l’entrainement complet, Holding, Tierney et Bellerin ne devraient pas être alignés. Blessé à la cheville, Lacazette ne sera pas du voyage.

Watford: Foster – Janmaat – Dawson – Cathcart – Femenia – Hughes – Doucouré – Hughes – Deulofeu – Gray – Welbeck

Arsenal: Leno – Maitland-Niles – Sokratis – Luiz – Kolasinac – Torreira – Guendouzi – Ceballos – Nelson – Aubameyang – Pépé

Articles liés