[J6] Arsenal v Everton – Mettre les Toffees à l’amende

Demain (17h heure française), Arsenal reçoit Everton. L’équipe de Marco Silva se rend à l’Emirates pour y défier des Gunners enfin lancés. Et si on se décidait à ne prendre pas de buts pour une fois ? 

Quatre victoires de suite, toujours pas de clean sheet

C’est le gros point noir de la saison côté Arsenal. Si l’équipe tâtonne en ce début de “Process”, les joueurs d’Emery se font régulièrement chahutés en défense. Face à Manchester City et Chelsea, rien d’anormal. Mais on pensait que les Gunners seraient bien plus tranquilles face à West Ham, Newcastle ou Cardiff. A chacun de ces matches, Arsenal a encaissé au moins un but.

Cette semaine, on pensait vraiment que ce serait la bonne. La réception de la modeste équipe de Vorsk… la modeste équipe ukrainienne paraissait être le moment idéal pour enfin garder son but inviolé. Et avec la première titularisation de Leno, en lieu et place d’un Cech titulaire en championnat depuis le début de saison, la soirée aurait été parfaite.

Que nenni ! Rien n’est trop beau pour cette équipe d’Arsenal. Pourtant menés 4-0, les visiteurs du soir ont pu profiter une nouvelle fois des largesses défensives et du manque de concentration de joueurs qui n’ont pas su être sérieux jusqu’à la dernière minute. Des difficultés dont est parfaitement conscience Unai Emery.

Je veux gagner. Nous gagnons mais peut-être qu’un jour, nous ne marquerons pas nos occasions de buts et l’adversaire convertira de nombreuses occasions et nous perdrons le match. Je veux continuer à progresser dans tous les domaines et trouver l’équilibre. Désormais c’est très important et notre objectif est de nous améliorer en phase défensive.

Il y a différentes choses. Par exemple, dans le match contre Newcastle nous n’avons pas concédé beaucoup d’occasions, et le but que nous avons concédé à la dernière minute est quelque chose sur laquelle nous pouvons travailler. C’est quelque chose où nous pouvons leur donner de l’espoir donc cela ne pas doit pas se reproduire à nouveau. Je pense que ce match est un bon exemple sur comment nous avons progressé là-dessus. Hier [contre Vorskla], c’était différent parce qu’après avoir marqué quatre buts, l’équipe s’est relâchée un peu et nous avons concédé un ou deux buts. L’un était sur erreur, mais je pense que nous avons la solution et la première opportunité que nous avons de le prouver c’est contre Everton ce dimanche.

La capacité d’Arsenal à rester concentré jusqu’à la dernière minute, ainsi qu’à gérer les couvertures défensives, sera l’une des clés de cette rencontre. Surtout, quand l’attaque de l’adversaire est menée par Theodore James Walcott. Oui, bon d’accord, aussi un peu par Richarlison.

Vive le rhum, après Baba, Neymar s’est trouvé une autre groupie

Si Dijon possède dans son effectif un joueur aussi fort, voire meilleur, que le vrai Neymar, Everton n’est pas en reste. Arrivé cet été en provenance de Watford, Richarlison est une autre des groupies du Brésilien de Paris. Né en 1997, l’ailier brésilien fait partie de cette génération de joueurs dont les modèles ont aujourd’hui 25 ans. Et si Ronaldo – le vrai hein, pas le non-brésilien jouant en Italie – était l’un de ces grands modèles de la jeunesse offensive brésilienne, Neymar est l’une des ces idoles actuelles.

“Neymar est l’une de mes idoles depuis tout petit.” 

“J’ai toujours essayé de reproduire sa façon de jouer et ses coupes de cheveux. Quand j’avais 12/13 ans, j’avais même une crête jaune.  Je ne l’ai pas conservé parce que je n’avais pas les bons produits pour les cheveux.” 

“Dès que nous sommes en voyage, je regarde des vidéos des buts d’Adriano, Ronaldo et Neymar pour trouver de l’inspiration. Et quand je suis sur le terrain, j’essaie de les reproduire.” 

“Je regarde aussi certains de mes propres buts pour voir ce que j’ai fait de bien. J’ai mes buts pour la sélection nationale avec le Brésil sur mon téléphone et je les regarde très souvent. Dans l’avion entre New York et Liverpool, j’ai du les visionner au moins 50 fois.” 

Laissons les discussions capillaires à Frank Provost et intéressons-nous au football. Si Richarlison semble donc très en cheveux, l’ailier est également très en jambes. Après seulement 3 matches et déjà 3 buts au compteur, le brésilien est déjà un cadre pour les joueurs de Marco Silva.

“Richarlison est un joueur important pour nous. Il a très bien démarré la saison, a inscrit des buts importants.”

“Il peut jouer à nouveau et c’est une très bonne nouvelle. Les joueurs savent ce que nous avons mal fait face à West Ham et nous avons analysé le match cette semaine. Ils savent à quoi s’attendre pour le prochain match.” 

“Nous avons travaillé dur depuis le premier jour. Nous devons apprendre de nos erreurs mais aussi gagner de la confiance en nous pour aller de l’avant.” 

“Nous rencontrons une équipe solide et nous devons être à notre meilleur niveau pour être à la lutte. Nous voulons être prêts à être dans la course face à tous nos adversaires.” 

“Ce sera dur, bien sûr, mais ce que j’attends c’est de voir mes joueurs se battre, bien jouer et obtenir un bon résultat.”

Emery affronte Silva ce dimanche. Vous reprendrez bien un peu de Turron ?

Face-à-face

  • Arsenal a remporté 5 de ses 6 derniers matches de Premier League à domicile. J’entends parler de forteresse ?
  • 10 buts inscrit en Premier League, et toujours pas un joueur buteur plus d’une fois cette saison. On compte même sur les adversaires pour marquer à notre place. Coucou Issa !
  • Aaron Ramsey a marqué 6 buts lors de ses 4 dernières confrontations avec les Toffees. Il a même inscrit un triplé face à Everton  à l’Emirates l’an passé. De quoi remporter le ticket d’or ?
  • Everton n’est pas bon à l’extérieur, seulement 3 victoires lors des 29 derniers matches joués hors de ses bases. Non, l’herbe n’est pas plus verte ailleurs.
  • Aucune victoire à l’extérieur pour Marco Silva lors des 7 derniers matches de Premier League. Le mal de l’air, sans doute.
  • Theodore James Walcott est le deuxième meilleur marqueur à l’Emirates Stadium derrière Robin Van Persie avec 56 réalisations. Comme quoi les chiffres ne laissent pas les mêmes traces que les souvenirs.

Compositions possibles

Les Gunners devront se priver de Sead Kolasinac, Carl Jenkinson, Laurent Koscielny et Ainsley Maitland-Niles.

Des caramels un peu ramollis se présenteront à l’Emirates. Seamus Coleman, Andre Gomes, Phil Jagielka, Michael Keane et James MacCarthy ne seront pas de la partie.

Arsenal: Cech – Bellerin – Mustafi – Sokratis – Monreal – Guendouzi – Xhaka – Ramsey – Özil – Aubameyang – Lacazette

Everton: Pickford – Kenny – Mina – Zouma – Digne – Schneiderlin – Gueye – Walcott – Sigurdson – Richarlison – Tosun

Articles liés