Kanu, la légende au grand coeur

L’ancien attaquant des Gunners, Nwankwo Kanu nous fait découvrir son association Kanu Heart à travers un entretien avec Dave Hytner du Guardian.

Une première rencontre bouleversante

“Nous avons sauvé 542 vies. C’est plus important que le football.”

“Papilo” Nwankwo Kanu se souvient des cris, de la confusion et du sentiment de désespoir. Il se souvient du jour où une femme lui avait amené sa fille gravement malade. «Nous avons dû la porter et l’amener à l’hôpital», se rappelle Kanu. «Dieu merci, elle n’est pas décédée.»

C’était l’an 2000 et Kanu venait de créer sa fondation pour les maladies du cœur, Kanu Heart, après avoir lui-même subi des problèmes cardiaques en 1996. La mère de la jeune fille avait appris la nouvelle et avait retrouvé le footballeur à l’hôtel de l’équipe nigériane, qui se préparait pour un match de la Coupe d’Afrique des Nations. «La mère voulait me montrer sa fille pour que je puisse l’aider», dit Kanu. «Quand elle m’a vu à l’hôtel, elle a crié et la fille s’est évanouie. Plus tard à l’hôpital, j’ai promis à la mère que le premier enfant sur lequel nous allions opérer serait sa fille. »

Cette jeune fille s’appelle Eniton et elle figurait parmi les premiers enfants que la Fondation Kanu Heart avait emmenés du Nigeria jusqu’à Londres pour une opération à l’hôpital de Great Ormond Street. «Pour une petite fille de cet âge, c’est difficile de ne pas jouer, ne pas avoir d’énergie en elle, ne pas pouvoir bouger; elle ne souriait pas. Ces enfants souffrent vraiment, ils sont dans une très mauvaise situation, et vous vous demandez: ‘Si personne ne leur vient en aide et ils meurent…’ Après chaque opération, je leur rendais visite et ils étaient souriants, sautaient et jouaient avec moi, faisaient des roulades et quand vous regardiez les mamans, on pouvait ressentir leur joie. A partir de ce jour-là, je me suis dit: ‘C’est quelque chose que nous devons faire de plus en plus.’»

L’histoire d’Eniton ne s’arrête pas la – elle est sur le point d’obtenir son diplôme de l’Université d’État de Lagos, Kanu ayant aider à payer ses frais de scolarité. La fondation a sauvé la vie de beaucoup d’enfants issus de milieux défavorisés d’Afrique et Kanu en est fier de révéler le nombre. «Nous en avons sauvé 542», dit-il. «Nous continuons notre travail. Cette semaine, quatre patients se sont rendus au Soudan et nous apprenons que les opérations ont été un succès et que six autres sont sur le point de partir.»

«Nous nous sommes associés à des hôpitaux, nous effectuons des bilans de santé, nous discutons avec les parents, nous les éduquons et en même temps nous emmenons les enfants dans d’autres pays pour des opérations. Le prochain objectif de la fondation est la construction de nos propres hôpitaux en Afrique, en commençant par le Nigeria. Cela faciliterait beaucoup les choses. En tant que footballeur, vous gagnez des trophées et c’est bien mais ce n’est pas comparable à cela.»

Le besoin d’aider les autres

Kanu a toujours su se démarquer et il ne passe pas inaperçu dans le Hertfordshire, où il vit avec sa femme et ses trois enfants. Il plaisante en disant qu’il avait l’intention de se reposer après sa retraite en tant que joueur en 2012 – «Je pensais: OK, c’est les vacances maintenant», dit-il, mais il est trop philanthropique, trop motivé à faire la différence.

Agé de 42 ans, il est ambassadeur de la Fédération de football du Nigeria et travaille également au sein du même rôle pour la Fifa. «On m’appelle une légende et les gens me considèrent comme telle, mais de ce fait je ne pense pas que je devrais me cacher chez moi et partir seulement pendant les vacances, boire du champagne et regarder la télévision», dit Kanu. «Je suis quelqu’un qui veut avoir un impact sur la vie des gens.»

Son plus gros projet reste sa fondation et avec plus de temps libre, il a pu se consacrer davantage à la collecte de fonds et à la sensibilisation. Sa dernière initiative est un match de charité qui se déroulera le samedi 30 septembre au Stade Hive de Barnet entre des joueurs africains et de Premier League. De nombreux ex-professionnels de renom se sont inscrits, dont Jay-Jay Okocha, Sol Campbell, Teddy Sheringham et Robert Pires.

Kanu a été façonné par son enfance difficile dans l’État d’Imo, où l’argent était rare et le football de rue, pieds nus, était la norme. Il n’oublie pas ses racines et après avoir rejoint l’Ajax en provenance d’Iwuanyanwu Nationale, il avait déclaré que sa «priorité était d’aider ceux au Nigéria qui n’avaient rien». Il ajoute: «Je suis un sportif, alors que dois-je faire? Vous essayez de conseiller d’autres jeunes qui montent, vous ramenez des crampons et des maillots au pays, vous créez une académie, vous les aidez avec leurs frais de scolarité.»

Kanu vécu un mois infernal, à la suite de son passage d’Ajax à l’Internazionale et, quand il raconte son expérience, il est plein de détails. Pour une raison inconnue, il joua deux matches de pré-saison pour le club italien avant même de passer la visite médicale et c’est juste après celle-ci qu’il fût écarté. Personne ne lui avait dit pourquoi et il était dans le flou jusqu’au lendemain matin, lorsqu’il alluma la télé. “Ce qu’ils ont annoncé c’est que j’avais eu un problème cardiaque et que je ne pouvais plus jouer au football”, déclare Kanu. “C’était aussi dans les journaux nationaux en Italie. C’est comme ça que j’ai découvert ce problème – à travers les infos. Plus tard, l’Inter est venu me dire que oui, c’était bien cela la situation. J’ai dit: ‘Je le sais déjà.’ C’était un grand problème – et surtout que ce soit révélé de cette manière. Cela n’aurait pas dû être annoncé comme ça. A ce moment la, tout allait à contre courant pour moi.”

Kanu a eu de la chance que son problème de valve aortique au cœur se soit manifesté lors de la visite médicale et il a pu poursuivre sa carrière grâce à un spécialiste de Cleveland, en Ohio. Des médecins du Royaume-Uni et des Pays-Bas lui avaient conseillé de ne plus jouer mais celui de Cleveland a pu effectuer une opération pour corriger les dégâts et lui permettre de continuer.

Kanu, un exemple pour beaucoup

Le Nigérian remportera trois titres d’Eredivisie à l’Ajax ainsi que la Ligue des champions, et il aidera son pays à remporter l’or olympique pendant l’été 1996. Il gagnera la Coupe Uefa avec l’Inter avant son transfert à Arsenal, où il remportera deux Premier League et deux FA Cup. Il obtiendra une autre Coupe d’Angleterre à Portsmouth en 2008, marquant le seul but de la finale. Sélectionné à 86 reprises par le Nigeria, il jouera pour eux lors de trois Coupes du monde et fut deux fois nommé joueur africain de l’année.

“Ce que j’ai vécu lors de mon transfert à l’Inter m’a rendu plus fort”, déclare Kanu. “Il n’y a pas de plus grand test que lorsque vous êtes entre la vie et la mort, donc si vous pouvez rebondir, vous pouvez affronter n’importe quoi. Cela m’a poussé à faire mon devoir et cela a aussi changé ma vision du monde. Par exemple, si vous n’avez pas été dans un hôpital, vous ne comprenez pas vraiment ce qui se passe là-bas. J’ai réalisé que la vie valait d’être partagée. Vous pouvez vous ouvrir aux autres pour les aider. Je connais la douleur que j’ai ressentie à l’âge adulte, alors imaginez ce que c’est pour un enfant. C’est dur pour eux.”

Kanu a eu besoin d’une seconde opération en 2014 pour réparer la même valve et à la suite de celle-ci, il s’est senti extrêmement faible. Mais il est impossible de le garder au repos trop longtemps et il est plus que jamais déterminé à sensibiliser le monde par rapport aux problèmes cardiaques, y compris ceux dans le football professionnel. «Des gens comme Marc Vivien-Foé sont morts en jouant», déclare Kanu. «Il y en a eu d’autres, y compris Cheick Tioté. Les clubs et les fédérations doivent prendre au sérieux les contrôles et bilans médicaux. Qu’est-ce qui les empêche de le faire tous les trois mois ? C’est quelque chose que j’ai encouragé et prêché parce que qui sait, j’aurai pu être l’un de ceux qui ont joué au football et qui sont décédés si mon problème n’avait pas été trouvé lors de ma visite médicale à l’Inter.»

La Petrolex Kanu Cup 2018, en association avec Masters Football TM, aura lieu samedi 30 septembre au Stade Hive afin de recueillir des fonds pour la Fondation Kanu Heart.

Source : https://www.theguardian.com/football/2018/sep/14/nwankwo-kanu-we-have-saved-542-arsenal

Articles liés