La Lettre Ouverte de Julio Pleguezuelo

Comme nous vous le rapportions récemment, Pleggy a joué son premier match officiel avec les Gunners en Carabao Cup contre Blackpool. Un accomplissement pour ce véritable passionné d’Arsenal à la jeune carrière déjà fortement entachée par les blessures. Néanmoins, l’Espagnol ne compte pas s’arrêter là et rêve à terme de s’imposer en équipe première. Le capitaine des U23 qui nous a rejoints à tout juste 16 ans, en a désormais 21 et à l’occasion de cette nouvelle étape majeure, il témoigne sur arsenal.com des nombreuses épreuves qu’il a déjà eues à affronter pour en arriver là. Espérons pour lui que la prochaine étape sera un NLD à l’Emirates pour le prochain tour de Carabao Cup. Résiste, bats-toi, signe et persiste !

«  Sois juste patient et continue à travailler. Si tu continues à bien faire les choses, tu seras récompensé »

« Il n’y a aucune voie toute tracée pour arriver en équipe première. Tout dépend de chaque individu, de la situation de l’équipe, notamment au niveau des blessures… il y a tellement de facteurs qui rentrent en compte juste pour jouer 90 minutes à l’Emirates Stadium ou peu importe où avec l’équipe première. »

« Il se passe tellement de choses en coulisse qu’on ne peut pas contrôler, il faut juste se concentrer sur soi et essayer de se dépasser autant que possible. Mais surtout, il faut de la patience – et il m’en a fallu tout au long de ma vie. »

« Je suis né à Majorque et j’y ai vécu jusqu’à mes 7 ans. Mon premier souvenir tapant dans un ballon remonte à quand j’avais cinq ou six ans, mon père m’avait inscrit dans cette équipe à Majorque qui s’appelle Atletico Baleares. Je me souviens juste d’y jouer avec mes amis de l’école et de m’amuser. C’est tout ce dont il s’agit quand tu es petit. »

« Je viens d’une famille très sportive. Mon père a joué au football à un niveau semi-pro en Espagne et mon grand frère a aussi joué quelques matchs pour Majorque avant de se blesser et de devoir arrêté. Il jouait arrière gauche, comme mon jeune frère, Xavi, qui joue pour Malaga maintenant. »

« Quand j’ai quitté Majorque pour Barcelone, je jouais juste pour mon équipe locale. J’ai joué mon premier match de la saison et mon père a reçu un coup de téléphone pour que je fasse des essais à l’Espanyol pour leurs équipes d’U7 ou U8. J’ai intégré leur équipe et j’ai passé six ans au club. Ensuite, quand j’ai eu 14 ans, j’ai rejoint l’Atletico Madrid pour une saison mais je pense qu’être loin de ma famille aussi jeune était difficile. Bien sûr, cela m’a aidé à grandir bien plus rapidement mais ma famille et mes amis me manquaient beaucoup, particulièrement aussi jeune. »

« A la fin de cette saison à Madrid, le FC Barcelone m’a contacté et après en avoir discuté avec ma mère et mon père, nous avons décidé que je rentrerais à la maison. J’habitais à La Masia mais je pouvais les voir tous les deux ou trois jours et cela m’a vraiment aidé. En plus mon petit frère était aussi au club à cette époque. »

Les débuts à Arsenal : sur les traces de Titi et de Freddie, derrière Bellerin et Toral

« J’ai passé deux ans au FC Barcelone mais au cours de ma deuxième saison, Arsenal est arrivé et j’ai réalisé qu’ils me suivaient depuis plusieurs mois. Quand j’ai eu à prendre une décision, j’ai tout de suite su quelle serait ma réponse. Je suis venu à Londres, j’ai rencontré Arsène Wenger, j’ai vu le centre d’entraînement et le stade et j’ai été fasciné par le club. Je n’ai même pas eu à réfléchir, j’ai rejoint le club directement. »

« J’aime Arsenal depuis que je suis enfant. Cela peut paraitre étrange mais la défaite en finale de la Ligue des Champions contre Barcelone m’a fait aimer le club encore plus. Je supportais Arsenal ce jour-là et j’étais très déçu qu’ils n’aient pas gagné parce qu’ils le méritaient vraiment. J’ai toujours aimé leur histoire et j’ai suivi beaucoup de joueurs comme Freddie et Thierry Henry. »

« C’est fou comme le monde tourne parce qu’un jour vous êtes un gamin et vous regardez ces joueurs comme vos idoles et du jour au lendemain ce sont vos managers et vous vous entrainez avec eux. C’était un peu fou quand tout cela est arrivé, avec Thierry qui est venu avec nous pour l’UEFA Youth League et Freddie qui entraine maintenant les U23. Je ne leur ai jamais dit à quel point je les admirais donc ils ne le savent pas encore ! »

« Hector Bellerin et Jon Toral avait fait le voyage de Barcelone à Arsenal environ un an avant que je ne le fasse. Je n’avais aucun contact avec Hector avant que je rejoigne le club et je pense que Jon se faisait opérer en Espagne, mais quand je suis arrivé au centre d’entraînement pour visiter, Hector était là et nous avons un peu discuté. Il m’a expliqué comment tout se passait, la philosophie au club, les valeurs… J’étais déjà convaincu que je voulais venir ici mais tout ce qu’il m’a dit m’a donné encore plus envie de rejoindre le club. »

« Etonnamment, nous fûmes plusieurs à quitter Barcelone pour l’Angleterre cette année-là. Sergi Canos, qui joue maintenant pour Brentford, avait d’abord rejoint Liverpool et Josi Quintero s’était fait recruter par Chelsea. Il y avait aussi quelques joueurs de Valence que je connaissais grâce à l’équipe nationale, mais surtout Pablo Maffeo qui a rejoint Manchester City. »

« Pablo est un ami pour la vie parce que nous avons joué ensemble à l’Espanyol quand nous étions petits. C’était vraiment très bien pour moi qu’il soit ici aussi et d’ailleurs j’ai dû l’affronter dès ma première saison pour les U18. C’était incroyable de jouer contre un ami qu’on a connu dans un pays différent. »

Le début des galères : sur les traces de Diaby et Rosicky

« C’était un bon souvenir de mes premiers mois en Angleterre mais il y en a aussi eu beaucoup de mauvais. Les six premiers mois ont été compliqués parce que je ne pouvais pas jouer comme je n’avais pas de permis de travail. Le club m’a beaucoup aidé parce qu’ils me laissent rentrer chez moi assez souvent pour me ressourcer un peu. Dès que j’ai eu mon autorisation en novembre, j’ai pu commencer à jouer un peu et je suis arrivé directement en réserve. »

« Le bon point c’est que je n’avais plus le mal du pays. Mon expérience à l’Atletico Madrid m’a vraiment endurci et m’a aidé à m’installer plus facilement dans ma nouvelle vie. La famille avec laquelle je vivais m’a beaucoup aidé et tous mes coéquipiers étaient supers. Hector m’a bien sûr beaucoup aidé, Jon également quand il est revenu de sa blessure, mais tous les joueurs de ma génération étaient fantastiques. Tafari Moore, Stefan O’Connor, Dan Crowley… J’ai eu de la chance d’avoir de supers joueurs avec moi pour m’aider. »

« Mais tandis que je continuais à m’adapter, les blessures ont commencé. C’était très frustrant parce que tout ce que je voulais c’était jouer. Au cours de ma première saison, j’ai eu beaucoup de problèmes à l’aine, particulièrement au niveau des hanches, donc ça m’a coupé dans mon élan. Ensuite quand je suis revenu de la pause estivale, j’ai fait la présaison avec l’équipe première et je me suis senti comme si je volais. »

« J’ai joué contre Boreham Wood avec l’équipe première avec Arsène Wenger comme coach pour la première fois et je pense que j’ai été très bon dans cette présaison. Mais ensuite j’ai eu une blessure à la cheville qui m’a arrêté pendant environ un mois, et pour mon premier match de retour de blessure, j’ai eu une déchirure à l’aine qui m’a privé de match pour encore six ou sept semaine. Littéralement trois matchs après être revenu de ma blessure à l’aine, je me suis fait le genou. »

« J’étais très frustré parce qu’à chaque fois que je revenais, je revenais très fort avec beaucoup de confiance et c’était très dur pour moi parce que je voulais juste continuer comme ça mais je ne pouvais pas. Quand je suis revenu de ma blessure au genou, environ cinq moins après l’avoir contractée, j’ai joué les trois ou quatre derniers matchs de la saison et ensuite j’ai tout fait pour être en forme pour la saison suivante. Je n’ai pas arrêté de courir durant l’été parce que je ne voulais plus être blessé. Au retour de l’été, j’ai fait la présaison et finalement, après trois ans, j’ai pu faire une saison réussie. J’ai joué tous les matchs de la saison, ai été nommé capitaine de l’équipe et nous avons atteint la promotion en première division avec les U21. »

« On me rappelle toujours cette interview que j’ai donnée en direct à la télévision après le match [il avait dit f**k, ndlr], mais tout ce que je peux dire c’est que je suis un joueur passionné. Une fois que je suis sur le terrain, je donne tout ce que j’ai parce que je veux rendre aux fans ce qu’ils nous donnent. Cette interview, c’était cette facette de moi qui s’exprimait et j’ai juré à cause de tout ce que je ressentais à ce moment. Evidemment après mes deux premières saisons, ce moment était ma première bonne expérience en tant que jouer d’Arsenal et je pense que je me suis un peu trop laissé aller ! »

Les prêts en Espagne : retour sur ses terres pour se faire les dents

« Après cette saison, j’ai eu l’opportunité de rejoindre mon club d’enfance, Majorque, en prêt. C’était dur parce que c’était ma première expérience en tant que footballer professionnel, et je sentais que je jouais vraiment bien, que je m’entrainais vraiment bien et je me sentais en pleine forme mais j’avais l’impression que ma chance n’allait jamais venir. Vu que je n’avais pas d’expérience en tant que professionnel, les entraineurs ne voulaient pas me faire confiance. »

« En général, ils recherchent des joueurs d’expérience pour jouer en défense centrale et des joueurs qui peuvent gérer la pression, donc j’avais l’impression que je n’étais pas assez bon. J’ai pu jouer quelques matchs avant Noël et alors que je pensais avoir fait bonne impression, je n’ai plus été impliqué jusqu’à Avril lorsqu’un nouveau manager est arrivé et a changé toute l’équipe. Il m’a fait confiance et a vu mes bonnes performances à l’entrainement, donc il m’a dit que j’allais jouer. Je crois que j’ai joué les 12 derniers matchs et nous sommes passés très prêt d’éviter la relégation mais nous avons raté le maintien pour deux points. »

« C’était une bonne et une mauvaise expérience en même temps. Après cette saison, je n’ai pas eu trop de temps pour couper parce que trois semaines plus tard, j’étais de retour à Arsenal pour la présaison. J’ai essayé de me dépasser autant que je pouvais à Arsenal en pensant « j’ai emmagasiné de l’expérience en prêt, maintenant il est temps de décoller et d’essayer de me faire ma place en équipe première à Arsenal. » Cette chance n’est pas vraiment arrivée donc en janvier j’ai pris la décision de repartir en prêt. Le Gimnastic [Tarragone, en deuxième division espagnole, ndlr] s’est manifesté le jour de la deadline et je les ai rejoints jusqu’à la fin de la saison. »

« J’ai commencé à jouer là-bas puis ai connu un petit contretemps avec une blessure à l’aine, et j’ai terminé en jouant environ 12 matchs. J’ai été vraiment bon donc je me sentais bien en revenant à Arsenal, prêt pour cette saison, plein de confiance. J’ai eu des offres pour partir cet été, mais j’avais ce sentiment que cette année allait être mon année. »

Les grands débuts en match officiel : la roue tourne va tourner

« Je voulais juste jouer pour Arsenal, cela a toujours été mon rêve. Je suis resté patient et j’ai juste attendu d’avoir mon moment. J’ai juste essayé de prouver à tout le monde que j’étais assez bon pour jouer, donc j’ai continué à travailler encore et encore. Je pense que ma récompense est venue en étant titulaire contre Blackpool. »

« C’était tout ce dont j’avais rêvé depuis que je suis arrivé au club. Certains joueurs arrivent rapidement en équipe première, d’autres prennent plus longtemps mais les jours avant mes débuts ont été incroyables pour moi et je suis tellement content de la façon dont tout s’est passé. Mon rêve s’est réalisé. »

« Je sais que j’ai joué pour l’équipe première désormais et c’est un grand accomplissement pour moi, mais bien sûr mon objectif principal est de m’imposer en équipe première pour devenir un vrai joueur de Premier League dans un grand club comme Arsenal. Arsenal est le club que j’aime et je veux jouer pour Arsenal. J’espère que je continuerai à avoir les opportunités de le faire. »

Articles liés