Ljungberg quitte Arsenal… La fin d’un voyage de 22 ans racontée par le Suédois !

On a appris ce week-end que Freddie Ljungberg avait décidé de quitter Arsenal durant cette intersaison. Le Suédois explique sa décision de quitter le club pour de nouveaux projets, et revient sur ce long voyage avec Arsenal !

Ce n’est que peu étonnant mais ça laisse un petit pincement au cœur. Freddie Ljungberg a ainsi décidé de quitter Arsenal pour essayer de trouver de nouveaux challenges ailleurs, notamment en tant qu’entraîneur principal. Le Suédois qui a assuré l’intérim compliqué entre Emery et Arteta aura laissé de très bons souvenirs à Arsenal et on lui souhaite ainsi bon vent.

Véritable légende d’Arsenal en tant que joueur, maillot qu’il aura porté de 1998 à 2007 (durant les périodes dorées des Gunners), Ljungberg était ensuite devenu ambassadeur du club entre 2013 et 2016. Après un court passage à Wolfsburg, il rejoint l’Academy d’Arsenal en tant qu’entraîneur des U23 durant une saison où il effectue un gros travail. Il devient l’adjoint d’Emery l’été dernier avant d’assurer son intérim et de redevenir adjoint d’Arteta.

Freddie, c’est la fin d’un chapitre et le début d’un autre ? Pourquoi cette décision et quel avenir pour vous ? 
“J’ai été en relation avec le club durant 22 années et ça a été un voyage incroyable, et j’ai appris tellement auprès de tellement de gens différents. Mais je pense que désormais c’est le bon moment pour moi de sauter un petit peu dans l’inconnu et de me tester et de devenir entraîneur.”

Vous avez été entraîneur assistant, vous avez entraîné des équipes de l’Academy dans différentes catégories et vous avez été entraîneur principal par intérim l’an dernier. A quoi ressemble cette prochaine étape, quel est le nouveau défi pour vous ? 
“Lorsque j’ai commencé cette aventure, j’ai entraîné durant cinq ou six années, j’ai eu une discussion avec Arsène et il m’a dit que parfois les joueurs devaient franchir des obstacles parce qu’ils ont un nom, ils peuvent le faire, et c’est important de se chercher si on peut appeler cela comme ça. Pour moi, c’était essentiel d’entraîner en U15, U16, U19 et ensuite U23 au niveau des jeunes et j’ai pu prendre tellement d’expérience auprès de ces joueurs, pour comprendre leur mentalité, ce qui les motive, et comment tirer le meilleur d’eux, parce que c’est une génération qui est totalement différente de la mienne par exemple. Et à partir de cela, j’ai sauté le pas en devenant assistant en Bundesliga, et ensuite avec Unai et Mikel. J’ai la sensation d’avoir tellement appris et je voulais prendre mon temps pour avoir ses bases et les connaissances du jeu, pas seulement en tant que joueur mais en tant que coach, et maintenant je pense que c’est le moment de me défier moi-même. Bien sûr, j’aurais pu rester à Arsenal durant longtemps et être dans une situation de confort, j’ai énormément d’amis parmi les gens qui sont au club, mais parfois vous devez prendre une décision et je pense que c’est une bonne chose pour moi.”

Lorsque vous avez été propulsé entraîneur par intérim avec peu d’adaptation la saison dernière et que vous avez fait du bon travail, qu’est-ce que vous avez appris sur vous en tant que coach ? 
“Vous apprenez beaucoup. Le club était dans une situation extrêmement difficile et ce que j’ai vu, c’est comme quand cela arrive à quelque chose que vous aimez, vous vous lancez et vous aidez, peu importe ce que c’est. C’est ce que j’ai essayé de faire. J’ai essayé de garder mon calme face aux joueurs et aux gens de l’extérieur lorsque les tempêtes arrivaient. En tant que coach, j’ai beaucoup appris, il y avait des matchs tous les trois jours et aucun entraînement entre les deux. Je suis très fier de cela, je suis très content de cela et j’espère que les gens en ont été contents également.”

Il suffit juste de regarder au sein de l’effectif des joueurs comme Bukayo, Joe, Emile, Eddie et beaucoup d’autres pour comprendre l’impact que vous avez eu récemment. Quelle fierté ressentez-vous lorsque vous songez au rôle que vous avez eu dans le développement de ce qui est vraiment une nouvelle génération talentueuse d’Arsenal ? 
“C’est incroyable lorsque vous dites tous ces noms… Je n’y ai pas vraiment réfléchi comme cela mais c’est une immense fierté lorsque j’entends cela et lorsque je les vois jouer. J’ai essayé… avec Bukayo depuis qu’il a 15 ans je crois… et j’ai essayé d’aider tous ces joueurs et de les voir évoluer en équipe première et d’avoir autant d’entre eux qui réussissent aussi bien, et en plus d’avoir la sensation d’avoir joué un petit rôle en les ayant aidés, c’est une sensation incroyable de voir qu’en ce moment nous avons tellement de jeunes joueurs en équipe première à Arsenal.”

Bukayo raconte souvent à quel point vous croyez en lui, il dit souvent que vous avez parlé de lui aux autres coachs en leur disant qu’il était prêt pour l’équipe première. D’avoir persuadé les coachs de lui offrir sa chance et ensuite de le voir réussir aussi bien, quelle émotion cela vous procure ? 
“Ce n’est pas seulement Bukayo, il y a également des autres comme lui parce que lorsqu’ils sont jeunes, il y a toujours des points d’interrogation et c’est un peu unique. Je ne dis pas que c’est un pari mais comme je l’ai dit beaucoup de fois, je me suis avancé et j’ai dit ‘non, il est prêt, laissez-le faire et il va vous montrer’ et évidemment s’il ne réussit pas ça me retombe dessus. Mais je pense que concernant les jeunes joueurs, lorsque vous pouvez voir qu’ils sont prêts, ils ont besoin de cette chance et parfois ils n’ont juste pas cette opportunité et donc rien ne se passe pour eux. Mais la chose la plus importante c’est qu’ils saisissent cette opportunité, ce n’est pas à moi. J’essaie juste de les aider un petit peu sur leur chemin, et lorsqu’ils saisissent leur chance avec toute la pression et le reste qui l’accompagne, ils réussissent.”

Vous avez désormais acquis cette grosse réputation en tant que coach, Freddie, mais ce voyage avec Arsenal, il a commencé il y a 22 ans. Quels sont vos souvenirs de ce jeune suédois aux cheveux hérissés que vous étiez lorsque vous êtes arrivé à Highbury en 1998 ? 
“Cela fait très très longtemps ! Bien sûr, ce sont de bons souvenirs. J’étais vraiment jeune et j’arrivais de Suède ici et j’ai joué ici durant très longtemps, et en plus j’ai marqué pour mes débuts contre Manchester United. J’ai été suffisamment chanceux parce que nous avions une équipe tellement incroyable, les Invincibles, et nous avons gagné des trophées. C’était génial en tant qu’équipe et d’un point de vue individuel. Donc bien sûr, c’est incroyable et je garderai cela en moi pour toujours. Mais ensuite, vous avez également l’autre partie également où, comme on en a parlé avant, le privilège, et j’en deviens presque ému, d’entraîner ces jeunes joueurs que j’ai vu évoluer jusqu’à aujourd’hui, et je peux ressentir de la joie en moi lorsque je les vois réussir. Tout cela a été couronné lorsque j’étais coach intérim et que nous sommes allés à West Ham, et je pense qu’à ce moment nous n’avions pas gagné à l’extérieur depuis la première journée. Nous étions sous une pression énorme et nous avons gagné ce match d’une belle manière et vous pouviez presque voir des larmes chez certains joueurs en raison de la pression et parce qu’on était libéré. Ces souvenirs, je les garderai à coup sûr en moi.”

Que ce soit quand vous étiez joueur ou coach, les fans ont continué de chanter ‘We Love You Freddie…’Les cheveux rouges ne sont plus là mais l’amour et le respect sont plus forts que jamais. Pourquoi cette relation avec les fans est si particulière pour vous ? 
“J’aime les fans. Je ne peux rien dire d’autre. Je peux être honnête et dire que lorsque j’étais plus jeune, je me suis tenu aux côtés des fans d’où je viens, et c’est un lien, je ne sais pas pourquoi, j’aime juste les fans et j’ai une connexion avec eux. Pour moi, bien sûr, lorsque vous êtes un joueur c’est une chose différente mais lorsqu’ils ont chanté mon nom durant tous les matchs lorsque j’étais en intérim, cela montre à quel point ils ont été particuliers pour moi. Ils ont toujours été derrière moi. Pas derrière moi en fait, mais à côté de moi, à mes côtés. Ils m’ont tout le temps aidé et c’est quelque chose que je n’oublierai absolument jamais.”

Et quelque soit l’endroit où vous irez ensuite, je suis certain qu’il y aura plusieurs opportunités, cette connexion à Arsenal ne vous quittera jamais. Pouvez-vous résumer ce que le club représente pour vous ?
“Le fait que j’ai été connecté avec le club durant 22 années montre probablement à quel point il est particulier pour moi. J’ai toujours dit que c’est les valeurs, l’humilité et le fait d’agir avec classe, mais tout en ayant toujours cette pression et l’obligation de toujours gagner. Ce n’est pas toujours si facile, de combiner ces choses et c’est quelque chose que je garderai toujours en moi, et j’ai appris à connaître tellement de personnes formidables au sein du club actuellement, et qui n’y sont plus également. Mais j’ai eu le privilège de les avoir comme amis pour la vie.”

_

Source : https://www.arsenal.com/news/its-been-amazing-journey-im-very-proud

Articles liés