Maitland-Niles et Willock auraient pu mal tourner… mais le football les a sauvés !

Ainsley Maitland-Niles et Joe Willock ont passé un cap cette saison et se sont établis comme des joueurs de l’équipe première. Tout va pour le mieux pour les deux gamins de l’Academy grâce au football… mais leur vie aurait pu être tout autre et ils en sont bien conscients.

Diplômés de l’Academy de Hale End, Ainsley Maitland-Niles et Joe Willock ont progressé tout au long des catégories jeunes et sont aujourd’hui des membres à part entière de l’équipe première et jouent en Premier League et en coupe d’Europe.

Une aubaine pour ces deux gamins qui ont grandi dans les quartiers difficiles de Londres, mais qui ont surtout grandi grâce au football dans le Nord-Est de Londres. Arrivé à 4 ans, Joe Willock a quasiment passé toute sa jeunesse à l’Academy, dont une grosse partie aux côtés de ses frères. Maitland-Niles, qui lui est arrivé à l’âge de 6 ans, a trouvé une porte de sortie à une vie très compliquée à travers le football. Les deux jeunes se sont exprimé sur la chance offerte par le football et sur le fait qu’ils auraient pu prendre des directions bien différentes sans cette opportunité et sans Arsenal.

“En grandissant à Londres, il y a beaucoup de pression de l’entourage et vous pouvez vous laisser influencer par les mauvaises personnes qui peuvent vous dire que leur mode de vie est le meilleur” explique Maitland-Niles. “Mais par chance, nous avions le football lorsque nous étions plus jeune, et les parents pour nous pousser de l’avant. S’il n’y avait pas eu cela, peut-être que nos vies se seraient terminées bien différemment.”

“Lorsque j’étais plus jeune, la communauté ça ne signifiait pas grand chose pour moi. Maintenant j’ai mûri et je suis capable de voir le monde d’un point de vue différent, c’est une grande chose. Je pense que le travail que les grandes personnalités mettent en oeuvre au sein de la communauté est bon pour l’environnement, pour les gens qui y vivent. La manière dont vous traitez les autres personnes a un effet parce que les gens vous montrent plus d’amour et plus de soins pour la communauté désormais. C’est un effet domino.”

Willock approuve ce que dit son coéquipier. “Je suis d’accord avec Ainsley. C’est très facile de basculer du mauvais côté parce que ce n’est que ce que vous voyez lorsque vous grandissez dans les quartiers où nous avons grandi. Tout ce qui vous entoure est mauvais. Par chance, nous avions une bonne base familiale et une bonne équipe de football sur laquelle on pouvait également compter.”

“Ayant grandi dans ce quartier, j’y ai rencontré mes meilleurs amis au sein de cette communauté, et c’est encore mes meilleurs amis à ce jour. C’est génial cet endroit où vous pouvez aller, comme un centre communautaire, où les gens ont donné de l’argent pour vous afin que vous puissiez apprendre le football et apprendre différents sports pour vous faire oublier les choses.”

“Arsenal a mis la main à la pâte pour aider ces gens avec différents programmes, et j’espère que nous pourrons les inspirer, qu’il y aura de l’espoir après cela. J’espère que je pourrai également être une source d’inspiration pour quelques jeunes.”

_

Source : https://www.arsenal.com/news/were-lucky-we-had-football-when-we-were-younger

Articles liés