Ses blessures, sa relation avec Arteta et son leadership : l’interview exclusive de Tierney à SkySports

Les résultats sur le terrain ne sont pas à la hauteur pour le moment, mais les joueurs ne semblent pas prêts à lâcher leur coach. C’est le cas de Kieran Tierney. Le latéral gauche écossais n’a pas tari d’éloges pour son coach dans une interview accordée à Sky Sports. Dans cette interview exclusive, notre numéro 3 est revenu sur les récentes difficultés rencontrées par Arsenal, mais s’explique sur les raisons qui font qu’il reste très optimiste concernant l’avenir sous Arteta, et tire un bilan sur sa blessure.

Pas grand chose de positif du côté d’Arsenal depuis la reprise de la Premier League. Après une défaite 3-0 à Manchester City, on pensait avoir toucher le fond. C’était sans compter sur la performance sans saveur de nos petits protégés défaits à Brighton samedi.

Mais l’une des seules bonnes nouvelles à se mettre sous la dent, c’est bel et bien le retour de blessure de Kieran Tierney. Le latéral écossais a eu l’occasion de jouer l’intégralité du match contre Man City (latéral gauche puis défenseur central) et quelques minutes à Brighton, une bouffée d’air frais après plus de 6 mois d’absence en raison d’une blessure à l’épaule. Sa première saison du côté de l’Emirates aura été tronquée par les blessures, mais le latéral de 23 ans veut désormais aller de l’avant. Tierney a d’ailleurs reçu des éloges de la part de Mikel Arteta qui a loué son “incroyable attitude”.

Même si les circonstances de son retour n’ont pas été excellentes, Tierney est ravi d’être de retour, et connaissant son fighting spirit, il ne compte rien lâcher.

“Evidemment, ce n’est pas le résultat que nous espérions ou le résultat pour lequel nous avons travaillé si dur, mais c’est quelque chose avec lequel on doit composer.”

“Le voyage en bus pour rentrer à la maison a été très calme, mais je pense que nous avons bien réagi à l’entraînement. Nous avons quelque chose à prouver et nous devons y aller, et ramener les résultats que le manager désire, et que les fans méritent.”

Une admiration pour Mikel Arteta… pour un avenir brillant à Arsenal

Alors que Neal Maupay accuse les joueurs d’Arsenal d’avoir manqué d’humilité samedi, nul doute que ce n’est pas le cas de Tierney. Ronny Deila, le manager qui lui a fait connaître ses débuts au Celtic le voit en effet comme le plus grand professionnel avec qui il n’ait jamais travaillé. Brendan Rodgers qui lui a succédé, a lui été tout autant impressionné par Tierney. C’est également le cas de Mikel Arteta, avec une admiration qui est mutuelle.

https://i2-prod.football.london/incoming/article17713391.ece/ALTERNATES/s615/1_Tierney.jpg

“Il a été brillant jusqu’à présent ! Evidemment, j’étais blessé au début quand il est arrivé et c’était vraiment pas de chance parce que tu veux impressionner le nouveau manager et prendre un bon départ. Mais même malgré ça, il a été bon avec moi. Il m’a regardé de loin et a demandé des nouvelles pour savoir comment j’allais.”

Arteta s’est d’ailleurs montré également attentif durant le confinement qui est arrivé juste au moment où Tierney commençait à être proche d’un retour en forme après sa luxation de l’épaule en décembre dernier contre West Ham.

“On a eu des discussions sur Zoom et il m’a donné des trucs sur lesquels travailler et des points à surveiller dans certains aspects du jeu. Ça a été une joie absolue de s’entraîner avec lui. J’ai la sensation que j’en apprends chaque jour et j’ai été reconnaissant pour l’opportunité qu’il m’a donnée contre Manchester City. C’était mon premier match depuis bien longtemps et un gros nom pour le club, donc le fait qu’il ait eu confiance en moi, c’était génial.”

Tierney décrit l’intensité des sessions d’entraînement à Arsenal comme “incroyable” durant les dernières semaines et ce malgré les résultats décevants de l’équipe depuis la reprise et qui font jaser chez les supporters. Selon Tierney, l’optimisme doit être de mise car les méthodes d’Arteta pourraient bel et bien remettre le club à l’endroit qui était le sien il y a quelques saisons. L’Espagnol essaie ainsi de faire retrouver à Arsenal son style de jeu, restaurer l’identité du club en faisant de l’équipe une force offensive de nouveau, tout en modernisant l’approche sans le ballon pour essayer d’imposer un pressing plus haut sur la pelouse, à l’image de ce que font Man City et Liverpool. Ce process ambitieux demande ainsi un engagement complet de la part des joueurs.

“Tous les jours à l’entraînement, vous savez que vous y allez pour bosser. Il y a des moments pour rire et blaguer, Mikel adore cela également, mais lorsque c’est le moment de travailler, nous travaillons. C’est beaucoup de trucs tactiques également, et cela va nous aider à avoir une bonne compréhension de la manière dont il veut que l’on joue.”

“Je l’ai dit précédemment, quelque chose comme ça ne va pas juste fonctionner tout de suite, ça va être un processus, mais il y a une lumière au bout du tunnel et nous devons rester concentrés sur cela. Il va y avoir de mauvais résultats et des mauvais matchs, mais en tant qu’équipe nous devons garder la confiance, rester ensemble et continuer.”

Full-backs Tierney and Hector Bellerin are key figures in Arteta's system

Le déplacement de ce jeudi à Southampton sera un bon test pour mesurer cette unité de l’effectif. Arsenal n’a plus le droit d’abandonner des points en route s’ils espèrent jouer en coupe d’Europe l’an prochain, mais Tierney insiste sur le fait que les joueurs ont réellement envie de mettre les récents déboires derrière eux et d’aider Arteta à réaliser sa vision qu’il a pour l’équipe.

“Tous les joueurs sont blessés, c’est une période difficile pour tout le monde au club, mais il y a des jours meilleurs en perspective. Les deux derniers résultats n’ont pas été idéaux, mais notre niveau de de travail est toujours à 100% chaque jour à l’entraînement. Nous travaillons tellement dur et nous travaillons sur le plan de jeu que le manager veut. Nous croyons tous en cela et nous y adhérons tous.”

Une première saison tronquée par les blessures…

D’un point de vue personnel, Tierney se montre impatient de récupérer le temps perdu. Recruté en provenance du Celtic en août dernier pour la somme de 25 millions £, le début de carrière à Arsenal de Tierney a été limité en raison des blessures. Il n’a ainsi pu jouer que 13 fois sous le maillot des Gunners en raison d’un problème de double hernie qu’il avait contracté en Ecosse, puis de sa luxation de l’épaule.

“J’avais des doutes quant à savoir si la blessure que j’ai eue auparavant aller disparaître, elle était chronique et j’ai joué avec durant tellement longtemps. J’ai pu en finir avec, c’était un poids en moins sur mes épaules, mais ensuite je me suis luxé l’épaule et ça c’était juste un autre accident inattendu. C’était quelque chose contre lequel je n’aurais rien pu faire.”

Tierney dislocated his shoulder against West Ham in December

C’était une période compliquée pour Tierney qui se montre reconnaissant de sa famille, ses amis et du staff médical d’Arsenal pour l’avoir aidé à traverser cette période.

“Ce n’est pas idéal lorsque tu es blessé et que tu es loin de ta famille et que tout le monde est nouveau, mais j’ai eu de bonnes personnes autour de moi et de bonnes personnes au club. Ceux qui t’aident dans les moments compliqués, ce sont les personnes que tu te dois de chérir. Ils savent qui ils sont et je sais aussi qui ils sont.”

Sa blessure à l’épaule lui a permis de rentrer chez lui à Glasgow pour Noël, “cela a été énorme pour moi” déclare-t-il, mais quelques jours plus tard il devait revenir à Londres pour se concentrer sur sa rééducation. Et la pause causée par le coronavirus qui a retardé un peu plus son retour l’a poussé à travailler encore un peu plus dur.

“Je m’en suis servi à mon avantage. Je suis parti et j’ai travaillé aussi dur que je le pouvais. J’étais en contact avec des gars qui travaillent dans la science du sport pour leur demander tout ce que je pouvais faire pour m’aider à être dans une bonne forme pour revenir, parce que six mois ça a été la plus longue durant laquelle je n’ai pas joué au football durant toute ma vie.”

“C’était dur et c’était frustrant évidemment, mais je pense que tout arrive pour te tester et tout arrive pour une raison. J’ai eu des obstacles par le passé et travailler dur c’est la manière que j’ai trouvée pour passer les mauvais jours. Tout simplement travailler dur, et des jours meilleurs viendront.”

Une attitude, un leadership et un professionnalisme loués par tous…

Une attitude pour laquelle il a été loué durant toute sa carrière. Au Celtic, il est devenu capitaine de l’équipe à 21 ans et ses coéquipiers ont souvent été bluffés par la férocité avec laquelle il jouait à l’entraînement. Autre petit exemple, durant la finale de Coupe d’Ecosse en 2017 contre Aberdeen, il avait été amené à l’hôpital pour s’être cassé la mâchoire, mais était revenu en tenue à Hampden Park pour célébrer la victoire au coup de sifflet final. Il avait alors dit : “J’aurais craché mes dents pour jouer.

Un tel dévouement et une telle détermination sont deux des qualités qui manquent cruellement chez une bonne partie de l’effectif d’Arsenal, mais pour Tierney ce sont des qualités naturelles. “Je vais apporter ce que je peux apporter. Je n’essaie pas d’être un leader ou quoique ce soit de ce genre. Je suis juste comme je suis. C’est la manière dont je joue et dont je travaille. J’ai appris auprès des bonnes personnes également.”

L’une des plus grandes influences sur lui, il l’accorde au capitaine du Celtic Scott Brown.

“Il incarne ce qu’est un leader. C’est le leader parfait. J’ai travaillé sous ses ordres durant tellement longtemps et il m’a appris tellement de choses sur le football et sur la vie. Je ne suis pas comme lui sur de nombreux points, mais il apprend aux gens comment être eux-mêmes et comment être la meilleure version qu’ils puissent être, et c’est ce que j’essaie de faire. Si les gens disent que je montre du leadership, alors c’est génial.”

Tierney est déjà un visage populaire au sein de l’effectif d’Arsenal et auprès des supporters qui sont tous très excités par ses qualités, et qui se sont montrés très amusés durant l’hiver par ses habitudes vestimentaires à l’entraînement, privilégiant des vêtements légers aux vêtements chauds de coutume durant les grosses périodes de froid hivernal. Et cela lui a donné le sourire.

“Les autres sont tous emmitouflés, ils portent des bonnets et tout le reste. Mais l’hiver d’ici n’est en rien comparable à l’hiver que l’on a en Ecosse. Il ne fait même pas froid ici. Vous devriez regarder le temps en Ecosse, ensuite on pourra parler.”

“Les gens me demandent toujours ‘pourquoi tu ne t’entraînes pas en veste ?’ mais je ne joue jamais en survêtement le samedi, donc ça a du sens pour moi de porter les mêmes habits à l’entraînement. Je ne sous-entends rien par là, c’est juste que je me sens à l’aise comme cela.”

Brendan Rodgers, son manager durant trois ans au Celtic décrivait d’ailleurs cela comme une “détermination old-school” mais ce sont les qualités de Tierney en temps que joueur qui l’ont réellement marqué. Il a passé le plus clair de son temps du côté du Celtic à jouer “plus comme un ailier qu’un arrière gauche”, selon ses propres dits. Mais il est également capable de jouer au poste de défenseur central, comme il a dû le faire à Man City après l’expulsion de David Luiz, et enfin, il peut également jouer sur le côté droit.

“Je pense que tout le monde aime attaquer et essayer de faire des passes décisives, mais j’aime également l’aspect défensif, les 1v1 et redescendre pour aider parce que tu dois commencer par défendre, c’est très important pour l’équipe. Mais ça n’a pas d’importance où tu joues temps que tu joues. J’essaierai de tout donner quoiqu’il arrive.”

_

Source : https://www.skysports.com/football/news/11670/12013288/kieran-tierney-interview-arsenal-players-see-bright-future-under-brilliant-mikel-arteta

 

 

Articles liés