Unai Emery se la joue Nèg’ Marrons et tire son bilan de première année !

« On fait le bilan! ». A la veille du premier match de cette nouvelle saison, soldé par une victoire arrachée à St James Park, le coach d’Arsenal s’est livré à l’exercice préféré de Ben-J et Jacky Brown. Si sa première saison s’est achevée en eau de boudin avec cette finale d’Europa League perdue, Unai préfère se concentrer sur les bons moments où il a commencé à insuffler sa culture de la gagne. Sur sa tablette, Emery a revécu entre autre son arrivée dans la famille Arsenal, sa première conférence de presse, son premier match à l’Emirates, son premier NLD et le but de la saison passée. Que de bons souvenirs qui, on l’espère, en appellent de nombreux autres pour la saison à venir. On note le petit taquet au passage à nos rivaux londoniens, tout ce qu’on aime !

sur son premier jour à Arsenal… 
« Je regarde actuellement la vidéo du premier jour où j’ai rejoint le club d’Arsenal et ma première visite de l’Emirates Stadium. C’est vraiment excitant de revivre ce moment. Après le très, très grand coach qu’est Arsène Wenger, j’ai commencé à poursuivre son travail mais avec ma personnalité, mon caractère et mes méthodes. En ce premier jour, j’ai vraiment pris conscience que de grandes choses pouvaient arriver ici avec toute la famille Arsenal. »

sur sa première conférence de presse avec Ivan Gazidis…
« Passons maintenant à ma première conférence de presse. Nous ne savions pas si c’était mieux de la faire en anglais. Mon anglais n’était pas très bon. Mais le club m’a soutenu et m’a aidé pour la faire en anglais. Ils m’ont dit : « les supporters vont beaucoup apprécier si tu fais l’effort de parler en anglais. Ce sera difficile mais tu peux essayer parce que tu connais un peu l’anglais. ». J’ai décidé de le faire en anglais parce que je viens du nord de l’Espagne, au Pays Basque, et nous avons aussi notre propre langue là-bas. Quand j’ai commencé mes études, les cours étaient en Espagnol et en Basque. Ma région est à la frontière avec la France donc le français est un peu ma troisième langue mais il y avait aussi l’anglais. Quand vous êtes partagé entre deux langues, c’est plus difficile pour vraiment en apprendre une sérieusement. Ensuite je me suis concentré sur le football et j’ai laissé de côté l’apprentissage de ces deux langues. Mais le football m’a finalement donné cette possibilité après 2 ans en France et maintenant ici à Arsenal. Pour moi c’est très important pour la communication avec les joueurs. Quand j’étais petit à la maison, ma mère me demandait de parler en basque. Elle me disait : « nous avons une grande culture Unai, et avoir notre propre langue est une richesse pour nous ». C’est aussi une question de respect. C’est pourquoi ma première conférence de presse a été en anglais. »

sur sa première victoire (victoire 3-1 devant West Ham)…
« Ici, il s’agit de la première victoire à l’Emirates Stadium.
Le début de saison a été très difficile avec des matchs compliqués. Tous les matchs sont compliqués mais jouer le premier match contre la meilleure équipe de la saison précédente, Manchester City, puis enchaîner contre Chelsea à l’extérieur, c’est difficile. C’était la première victoire après ça, et ça a été génial de prendre nos trois premiers points. Nous commencions notre process progressivement pour remonter au classement. Je m’en souviens bien parce que ce furent nos trois premiers points et ils nous ont donné un peu de confiance. C’était une façon de dire à nos supporters : « c’est ça que nous voulons ». »

sur la série incroyable de plus de 20 matchs sans défaite…
« Ensuite nous avons eu une série très excitante. A chaque but, je ressentais quelque chose d’important à l’intérieur parce que chaque but crée une bonne connexion entre nous, les joueurs, les entraîneurs, le staff et surtout les supporters. J’étais très excité à chaque match, nous jouions bien, nous marquions et nous gagnions. Nous avons partagé ça dans le vestiaire, au centre d’entraînement avec les joueurs mais surtout à l’Emirates Stadium avec nos supporters. »

sur la victoire 4-2 dans le North London Derby… 
« Le derby. J’ai vraiment compris à quel point c’était spécial ce derby contre Tottenham pour eux comme pour nous. Nous avons joué pour les trois points dans le championnat et en coupe. Mais il ne s’agit pas seulement de prendre trois points ou de passer un tour de coupe, c’est plus que ça. Il faut gagner car c’est la seule façon d’être contents. Nous avons joué trois matchs contre eux avec le match de coupe et c’était vraiment excitant avec nos supporters. L’année dernière, nous voulions profiter et progresser. Nous avons réduit l’écart au classement avec Chelsea et Tottenham. Chelsea était 2 points devant nous et Tottenham, un point. Cette saison, nous avons un gros challenge et beaucoup de motivation. Nous voulons continuer à nous rapprocher. En fait non, pas nous rapprocher, nous voulons même les dépasser et les laisser derrière nous. »

Résultat de recherche d'images pour "emery north london derby"

sur le but de la saison inscrit par Auba contre Leicester sur un mouvement collectif incroyable…
« Notre méthode, c’est d’imposer notre plan de jeu à chaque match. Mon idée c’est de le faire en créant des combinaisons via des passes, être compacts quand on gagne du terrain avec la balle. Avec ces passes, nous voulons trouver des brèches dans les lignes défensives de l’adversaire, prendre les espaces avec beaucoup d’intensité et de détermination. Peut-être que ce but
en est l’exemple. Nous progressons sur le terrain avec des bonnes passes, des bonnes combinaisons. On arrive à casser des lignes et on prend bien les espaces pour finalement arriver à marquer. C’est un bon exemple de notre méthode et du style que nous voulons développer pour les supporters. Quand vous pouvez produire ce genre de moments, je pense que cela démontre une super connexion. Dans ce genre de moments, on sent la pression du stade qui monte. On se concentre sur un but en particulier, un but génial, mais c’est la même chose quand nous n’avons pas le ballon. Nous voulons une équipe avec beaucoup d’intensité pour récupérer le ballon, qui travaille ensemble, avec de l’entraide et qui montre de l’énergie en permanence sur le terrain. Cela aide à récupérer la balle. Quand on a la balle, il faut trouver l’équilibre entre ces moments d’intensité et le calme nécessaire pour avoir des bonnes séquences de passe, en étant intelligent pour trouver comment rompre leur défense. C’était vraiment un but génial et je m’en rappelle très bien. »

sur la demi-finale d’Europa League contre Valence…
« La demi-finale d’Europa League contre Valence. Nous avons plusieurs défis mais le plus important c’est que nous jouons ici pour remporter des titres. Arsenal, de par son histoire, son présent et à l’avenir, se doit d’être ambitieux. Chaque année, on doit jouer avec l’idée de gagner des titres. Nous sommes une grande famille à Colney. Il y a beaucoup de gens qui travaillent ici. C’est très important de connaître des gens différents qui viennent de pays différents avec une autre culture, une autre langue et arriver à avoir une bonne relation avec eux. »

sur son intégration et celle de son staff…
« Dans mon staff, nous sommes beaucoup d’espagnols. Nous nous soutenons beaucoup. On se concentre d’abord sur le travail en nous respectant mutuellement et on essaye d’aller tous dans la même direction. Quand nous sommes arrivés ici et que nous avons rencontré toutes les personnes qui travaillent ici à Colney et à Arsenal, nous avons d’abord voulu nous adapter à eux et pas que eux doivent s’adapter à nous. La langue est très importante. Tous les entraîneurs apprennent l’anglais. L’année dernière, nous avons travaillé avec Steve Bould et cette année avec Freddie Ljungberg parce que je veux avoir une personne d’Arsenal 
dans mon staff. Cela nous aide à mieux connaître le fonctionnement du club pour réussir à nous adapter. »

sur Colney et le cadre d’entraînement…
« Colney, c’est notre maison. Nous passons plus de temps à Colney que chez nous. C’est un centre d’entraînement exceptionnel. On peut très bien travailler ici. En ce moment, nous préparons les prochains matchs avec les joueurs. L’année dernière nous avons été très satisfaits de tous les joueurs, de leur détermination, de leur travail mais aussi du staff à Colney. Nous nous sentons vraiment en famille ici et nous sommes vraiment contents de pouvoir progresser en famille. »


Source : https://www.arsenal.com/news/one-year-unai-emery-reflects-first-season

Articles liés